home > Films > Taklub (2015)
Taklub (2015)
de Brillante Ma Mendoza
publié le jeudi 31 mars 2016

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection Un certain regard du festival de Cannes 2015

Sortie le mercredi 30 mars 2016

JPEG - 254.7 ko

 


Brillante Ma Mendoza est l’auteur d’une dizaine de longs métrages dont les sujets varient, de la réalité la plus crue à la délicate contemplation du peuple philippin.

Souvent ses films brutalisent, provoquent et violentent le regard, voir l’affreuse descente aux enfers de Kinatay (2009) ou encore les images complètement débridées de Serbis (2008), incursion crasseuse, affolante et drôle dans un cinéma porno de Manille.

L’action de Taklub se situe à Tacloban, aux Philippines, peu de temps après le typhon Haiyan. Le village est dévasté, les gens errent à la recherche de leurs proches.
Dépossédés de tout, il ne leur reste que la foi qui les aide à tenir debout. Leur église trône, solide, au milieu des baraquements de toiles en ruine emportés par le typhon.

JPEG - 156.6 ko

 

Dans l’extrême pauvreté de leur vie, ses personnages donnent encore de leur temps à l’église, se montrent solidaires des leurs, s’entraident et se soutiennent.
Bebeth (Nora Aunor) magnifique actrice, à la présence bienveillante traverse le village, cherchant les moindres signes de détresse ou de vie.

JPEG - 119.5 ko

 

Le film montre le malheur des hommes. Ce qui frappe d’emblée dans son cinéma, c’est la perception sensorielle du climat. Cette pluie drue, abondante et continuelle qui tombe sur les gens, transperce leurs abris, l’eau qui recouvre et s’infiltre en tous lieux, comme dans Lola (2012). La vision de Mendoza est celle d’un documentariste "urgentiste", pourquoi pas ! L’œil capte et enregistre le réel immédiat, la catastrophe humanitaire au présent, la caméra placée à bonne distance des sujets.

JPEG - 196.1 ko

 

S’agit-il d’un cinéma militant ? d’un cinéma vérité ? d’un cinéma qui témoigne et dénonce ?
Mendoza travaille les images dans un souci d’esthète, mais la beauté du film vient de la force du peuple philippin, sans cesse tourmenté par le climat, de son destin fragile et incertain, un peuple qui résiste et se bat, un peuple qui survit.

Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe (mars 2016)

Taklub. Réal : Brillante Ma Mendoza ; sc : Mary Honeylyn Joy Alipio ; ph : Odissey Flores ; mont : Kats Serraon. Int : Nora Aunor, Julio Diaz, Aoron Rivera, Rome Mallari (Philippines, 2015, 97 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts