home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! (2017) > Semaine télé du 26 août au 1er septembre 2017
Semaine télé du 26 août au 1er septembre 2017
Salut les câblés !
publié le samedi 26 août 2017

Samedi 26 août 2017

20.40 : Colt 45 de Fabrice Du Welz (2014), OCS Choc
Une soirée offerte au réalisateur belge, pourquoi pas ? Du Welz creuse depuis bientôt quinze ans un sillon bien personnel, entre le gore, le fantastique et le polar un peu braque. Le film vaut plus par ses acteurs (Lanvin, Joey Starr, Simon Abkarian) que par son intrigue.

20.45 : L’Été de Kikujiro de Takeshi Kitano (1999), Famiz
Nouvelle sortie en salle, réédition en DVD, passage sur le câble, Kitano revient dans l’actualité - mais l’ancien Kitano, dont l’image a bien pâli depuis ses derniers films : après un premier Outrage, fort décevant, le second volet n’a été proposé qu’en VOD. On attend le prochain film pour vérifier s’il faut parler du cinéaste au passé. En attendant, cette histoire d’un enfant qui entraîne un yakuza fatigué à la recherche de sa mère conserve toutes les qualités de la première partie de la filmographie de l’auteur.

20.45 : L’Accompagnatrice de Claude Miller (1992), Club
Les vacances sont finies, les programmateurs sont revenus : deux inédits à la même heure, sur Famiz et Club, c’est presque trop d’un coup. Romane Bohringer n’est pas Charlotte Gainsbourg, que Miller nous avait révélée, mais elle se sort bien tout de même de ce personnage un peu convenu - le roman de Nina Berberova avait fait un tabac et il ne fallait pas déranger ses lecteurs.

22.05 : Alleluia de Fabrice Du Welz (2014), OCS Choc
Joli scénario d’une possession amoureuse absolue - sorte de "tueurs de la lune de miel" à la française -, qui démarre comme une comédie branchée - un rendez-vous pris sur Internet - et se termine dans un bain de sang. Laurent Lucas est comme il sait être, trouble, mais le grand personnage est celui de Lola Dueñas, époustouflante, encore plus que chez Almodovar.

23.05 : Hemingway & Gellhorn de Philip Kaufman (2012), OCS City
Le film semble être resté inédit, après son passage à Cannes en 2012. Il s’agit d’un téléfilm HBO (on voit le niveau). En tout cas, sortir de l’ombre une des épouses d’Hemingway (la dédicataire de Pour qui sonne le glas), rencontrée au cours de sa période la plus forte, celle de l’Espagne puis de la guerre, était une belle idée. Sacrée femme, journaliste suffisamment brillante pour qu’Ernest la jalouse. Nicole Kidman est parfaite et Clive Owen campe un Hemingway inattendu. Passent Joris Ivens et Dos Passos (interprété par le grand David Strathairn) - et même Robert Capa.

00.10 : Lune de miel mouvementée de Leo McCarey (1942), TCM
La sélection RKO du soir fait un bond qualitatif en accueillant McCarey - ou comment faire rire avec une intrigue qui flirte constamment avec le drame, ici, la situation politique dans l’Europe gagnée par le nazisme, traversée par le trio Cary Grant-Ginger Rogers-Walter Slezak. Lubitsch n’est pas loin.

Dimanche 27 août 2017

Erreur, les programmateurs ne sont pas encore au travail.
Presque rien de neuf ce soir sur le bouquet Ciné+ et ce qui est neuf est nul (La Nouvelle Guerre des boutons de Christophe Barratier, Famiz, 20.45).
Tout le reste est du réchauffé.

20.40 : Soirée Presley sur Paramount Channel
Honte à la chaîne, qui nous ressort deux films d’Elvis passés depuis moins de deux semaines, celui de John Rich, L’Homme à tout faire (20.40) et celui de Norman Taurog, Sous le ciel bleu d’Hawai (22.25). Si l’on songe à tous les titres de qualité qui restent dans leurs boîtes, Frankie and Johnny ou Viva Las Vegas, on rage.

22.50 : Lost River de Ryan Gosling (2014), OCS City
Passé le 25 avril 2017, mais il faut bien occuper la soirée… Note du jour : "Le premier (et unique pour l’instant) film réalisé par l’acteur. Un flop, à Cannes et ailleurs, totalement immérité (sans doute parce qu’il n’y apparaît pas, déjouant les attentes de son public), car il est superbe. On attend le suivant avec impatience : Gosling a un regard visionnaire, osons le mot."

00.20 : La Grande Farandole de H.C. Potter (1939), TCM
On s’est promis d’indiquer tous les films RKO. Mais celui de ce soir est à l’image de la soirée, sous le signe du déjà-vu. Non que l’histoire de Vernon et Irene Castle, les grands danseurs d’avant 1914, ne soit pas une comédie musicale réussie, mais on l’a vue lors de l’intégrale Astaire, puis lors de l’intégrale Ginger Rogers, etc. Il s’agit de leur dernier duo avant 1948.

Lundi 28 août 2017

20.40 : WUSA de Stuart Rosenberg (1970), Paramount Channel
Pas revu depuis la sortie, mais le film nous avait bien plu - un des premiers où la radio jouait un grand rôle. Et le casting était de haut vol : Paul Newman et Joanne Woodward, Anthony Perkins, Laurence Harvey, Bruce Cabot et Cloris Leachman, juste entre Butch Cassidy et La Dernière Séance !

20.45 : Pan de Joe Wright (2015), Famiz
Adaptation de Peter Pan pas vue, mais deux raisons pour ne pas la négliger : 1. l’auteur a de la patte et a fort bien filmé, plusieurs fois, Keira Khnightley (dans Pride and Prejudice, entre autres) ; 2. à défaut de Keira K., c’est Rooney Mara qui est l’héroïne ce soir ce qui donne au moins dix raisons supplémentaires.
Le film est serti de deux autres versions du roman de J.M. Barrie, le Peter Pan de Walt Disney (1953) (19.30), un de nos préférés du Maître (ah, le crocodile mangeur d’horloge !) et le Peter Pan australien de P.J. Hogan (2003), dont on ne sait quoi penser.

20.45 : Stefan Zweig : adieu l’Europe de Maria Schrader (2016), Club
Pas vu, car, honnêtement, on n’a pas osé le voir, de peur d’être déçu par l’incarnation de l’écrivain (Josef Hader). Mais il y a Barbara Sukowa en Madame Zweig, donc, rattrapage souhaitable.

20.50 : Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen de Josef von Baky (1943), Arte
1943, l’Allemagne, une commande de Goebbels, Hans Albers = film nazi. Eh non ! Le film est hors du temps et, le scénario étant dû à Erich Kastner (sous pseudo, car il était interdit d’écriture), il est même particulièrement libéral pour son époque et sa nationalité. Le film le plus cher produit par la UFA, le plus avancé techniquement - les truquages sont exceptionnels -, profitant d’un Agfacolor rutilant, on peut le trouver plus réussi que celui de Terry Gilliam de 1988 (mais moins poétique sans doute que celui de Karel Zeman (1961). On ne connaît aucun autre film du réalisateur, mais celui-ci nous suffit.

21.35 : L’Autre Vie de Richard Kemp de Germinal Alvarez (2013), OCS Choc
La rareté du soir. Un premier film, encore sans second, polar fricotant avec le fantastique, mélange des genres qui ne se pratique pas souvent. Jean-Hugues Anglade et Mélanie Thierry, naviguant entre 1989 et 2010, l’idée est plaisante.

22.45 : La Fabrique du film allemand de Sigrid Faltin (2017), Arte
Doc inconnu, mais le sous-titre, "La Ufa fête ses 100 ans" en fait un spectacle indispensable. Même si, comme souvent, le format télé (moins d’une heure) semble un peu court pour un tel sujet.

23.45 : Force et beauté de Wilhelm Prager (1925), Arte
Doc produit par la Ufa sur la beauté de la gymnastique et l’exercice du corps, vu l’an dernier à Toute la mémoire du monde (cf. Jeune Cinéma n° 380, mai 2017).

00.55 : En suivant la flotte de Mark Sandrich (1936), TCM
Musical RKO, un des meilleurs Astaire-Rogers de la décennie. Déjà passé le 29 septembre 2016, mais à 2 heures et demie du matin.

Mardi 29 août 2017

Aujourd’hui, une nouvelle chaîne cinéma arrive sur le câble, Altice.
Au vu de programme du premier jour, elle semble chasser dans les eaux de la chaîne Club plutôt que celles de Classic. Dans la journée : La Loi de Murphy (Peter Yates) ; Loin du paradis (Todd Haynes) ; La mort vous va si bien (Robert Zemeckis), ce qui n’est pas un mauvais choix d’entame. À suivre.

Sinon, sur tous les bouquets, la soirée est pauvre, ne recyclant que des titres usés à force d’être projetés (Million Dollar Baby, La Prisonnière du désert, Reservoir Dogs, Monsieur Ibrahim, Sur la route de Madison, Je suis une légende, Fog, La Fiancée du pirate, Riz amer, Un fauteuil pour deux). De l’air !

20.45 : D’une pierre deux coups de Fejria Deliba (2016), Club
Le premier long de l’actrice, après un court qui remua tous les festivals en 1991, Le petit chat est mort. La sensibilité de l’auteure ne s’est pas émoussée en vingt-cinq ans et on marche fort devant cette plongée dans le passé de Milouda Chaqiq (la slameuse Tata Milouda).

22.05 : Baden Baden de Rachel Lang (2016), Club
Soirée "premier film" sur Club. On n’a pas vu celui-ci, mais les deux courts précédents (Pour toi, je ferai bataille et Les navets blancs empêchent de dormir) donnent confiance. Le film, sorti en janvier 2016, n’a reçu la visite que de 20 000 spectateurs. Il est temps de s’y intéresser.

00.00 : On ne roule pas sa femme de Ray McCarey (1940), TCM
Le titre semble bizarre, c’est pourtant la traduction de l’original, You Can’t Fool Your Wife. Toujours Lucille Ball, la vedette RKO du moment. On ne connaît guère du réalisateur, occulté par son grand frère Leo, que ses courts métrages comiques du début des années 30 et un long de la série The Falcon (The Falcon’s Alibi, sans George Sanders, seulement avec Tom Conway, hélas).

Mercredi 30 août 2017

20.40 : Mission : impossible, protocole fantôme de Brad Bird (2011), Paramount Channel
L’impression de déjà-vu est intense, mais on sait que ce qu’on va voir correspond à ce qu’on attend. Pas de tromperie sur la marchandise et si l’on supporte les galipettes de Tom Cruise, on prend plaisir au spectacle.

20.40 : Ma part du gâteau de Cédric Klapisch (2011), OCS City
On aime bien le réalisateur, donc… Il n’empêche que le scénario est un peu prévisible et on comprend très vite combien le bon sens de la prolétaire Karin Viard va permettre au trader Gilles Lellouche de prospérer encore plus. Mais c’est le seul film intéressant proposé par le bouquet OCS dans ce créneau.

20.45 : Marguerite de Xavier Giannoli (2015), Premier
La tentative était intéressante de montrer la bêtise de la grande bourgeoise qui se prend pour une cantatrice et comment la bonne société joue le jeu. Malheureusement, l’histoire est si peu crédible qu’elle se délite en cours de route. Un rôle en or pour Catherine Frot, comme tous les rôles qu’elle interprète depuis longtemps. La reconstitution des années folles est faite avec suffisamment de soin pour mériter un coup d’œil.

20.45 : La Charge héroïque de John Ford (1949), TCM
Curieusement, on ne retrouve aucune trace d’un passage sur le câble de ce deuxième volet de la trilogie fordienne du 7e de Cavalerie, après Fort Apache et avant Rio Grande. Un classique certifié. Joanne Dru porte le ruban jaune du titre original (She Wore a Yellow Ribbon), mais on a oublié par qui son cœur était occupé, John Agar ou Harry Carey Jr. ?

20.55 : L’Institutrice de Nadav Lapid (2014), Arte
Passe une fois par an, pas toujours au moment de la rentrée des classes. Le précédent film du cinéaste, Le Policier, nous avait rendu méfiants ; pas de problème avec celui-ci, joli portrait d’un poète génial de 5 ans et de son instit’.

22.50 : Odette Toulemonde d’Éric-Emmanuel Schmitt (2006), Premier
De nouveau un rôle en or pour Catherine Frot, mais bien mieux écrit que celui de Marguerite. Et le film est drôle, avec un dialogue de première catégorie.

22.50 : Jeannette de Bruno Dumont (2017), Arte
La Jeanne de Péguy en musical immobile, interprété par des non-professionnels en tout. Une semaine avant la sortie en salles, on pourra savourer de près le naufrage. Les fervents de l’auteur y trouveront leur pâture, mais on attend avec intérêt leurs exégèses.

00.00 : Un ange en tournée de Gregory La Cava (1939), TCM
On n’a jamais vu ce film sous ce titre-là, mais toujours sous celui de La Fille de la 5e Avenue. Certainement le chef-d’œuvre de La Cava (ou plutôt un de ses multiples chefs-d’œuvre). Ginger Rogers conquérant, par son sourire et sa joie de vivre, toute la famille de Walter Conolly, millionnaire triste, on ne s’en lasse pas.

Jeudi 31 août 2017

20.40 : Susie et les Baker Boys de Steve Kloves (1989), OCS Géants
Note du 18 avril 2016 : "Ou comment, à partir d’un scénario conventionnel - deux frères duettistes sauvent leur numéro en formant un trio avec une chanteuse -, on parvient à faire un film de première grandeur. Mais le réalisateur (qui n’a tourné ensuite que Flesh and Bone et c’est bien dommage) avait eu la bonne idée de choisir les frères Bridges, Beau et Jeff, et Michelle Pfeiffer, éblouissante."

20.45 : Mad Max : Fury Road de George Miller (2015), Premier
Trente ans après le n° 3, Miller remet le couvert et, ô surprise, en renouvelant le genre et sa manière. Charlize Theron montre qu’elle est décidément une des actrices modernes les plus multifaces, capable d’être crédible dans toutes les situations.

20.45 : King Creole de Michael Curtiz (1958), Classic
La chaîne se met à son tour à la célébration du quarantenaire de la disparition d’Elvis. Et en échappant au tout-venant (c’est pourtant une production Paramount), ce qui permet d’admirer une nouvelle fois l’efficacité de Curtiz, la galerie de seconds rôles (Walter Matthau, Dean Jagger, Vic Morrow) et les yeux de Carolyn Jones. Sans oublier la B.O., la meilleure peut-être de toute la carrière du King.

20.45 : Last Action Hero de John McTiernan (1993), TCM
Pas passé depuis le 10 mai 2015. On oublie peu à peu le réalisateur, qui n’a rien tourné depuis quinze ans. Le film est un essai de destruction interne de la mythologie schwarzeneggerienne, exécutée par la star elle-même, qui semble trouver un grand plaisir dans l’autodérision.

20.50 : Coup d’éclat de José Alcala (2011), Polar
Un film français sur Polar en tête de soirée, la chose est rare. Et un film presque inconnu, malgré Catherine Frot (décidément, c’est sa semaine) en héroïne principale. Le scénario serait banal s’il ne s’appuyait sur une réalité sociale bien campée (Alcala a fait un doc sur les ouvriers de Molex), grâce à des actrices solides comme Marie Raynal et Liliane Rovère.

20.55 : Bankerot, saison 1, épisode 1 à 4 (2014), Arte
On dit beaucoup de bien de cette série danoise - il faut dire que les séries étrangères choisies par Arte pour sa case du jeudi sont toutes excellentes. Et les signataires de ces premiers épisodes, Henrik Ruben Genz et Annette K. Olesen, ont déjà participé à Borgen et The Killing, deux séries fameuses.

00.05 : Scanner de David Cronenberg (1980), Arte
Un Cronenberg de la préhistoire, du temps de Rage et de Chromosome 3 - mais déjà du Cronenberg de part en part, aussi maîtrisé et inquiétant que les films de sa maturité.

00.30 : Vacances payées d’Alfred Santell (1938), TCM
Sans doute le dernier film RKO de l’été. On avait relevé son passage le 12 septembre 2016, en s’interrogeant sur ce film inconnu. Après vérification, la comédie est de bonne tenue, et aux vedettes alors indiquées (Ginger Rogers, Douglas Fairbanks Jr, Lucille Ball, Red Skelton), il convient d’ajouter Jack Carson et Donald Meek.

Vendredi 1er septembre 2017

20.40 : Treme, saison 3, épisode 1 à 3, OCS City
C’est parti pour le troisième embarquement pour la Nouvelle-Orléans, avec les mêmes extraordinaires personnages et les mêmes musiques toujours euphorisantes. Melissa Leo va-t-elle succomber à David Morse ?

20.40 : Une femme sous influence de John Cassavetes (1974), OCS Géants
Le film connut un grand succès lors de sa sortie, à cause de l’interprétation inspirée de Gena Rowlands. Les mauvais esprits jugèrent qu’elle en faisait justement un peu trop dans l’inspiration et que l’aliénation de son personnage n’avait peut-être pas besoin d’être tant souligné. Mais le film, le plus facile d’accès à l’univers de Cassavetes (bien plus que Faces ou Husbands) est tout de même un grand morceau.

23.05 : Misery de Rob Reiner (1990), TCM
TCM présente au long du mois un hommage à Stephen King. Commencer par ce film est un bon départ, car James Caan, en écrivain prisonnier, et Cathy Bates, en kidnappeuse par amour de la littérature, sont l’un et l’autre des héros dignes de l’auteur. Et Reiner n’est pas un manchot.

00.50 : La Part des ténèbres de George A. Romero (1993), TCM
Encore du Stephen King, avec la griffe de Romero, qui n’est pas rien. Encore un écrivain (Timothy Hutton cette fois-ci), plus tortueux que Caan dans le film précédent. Laissons la surprise.

C’est tout ? Oui, sauf si on veut revoir encore et encore Adieu Berthe, La Discrète, Allez coucher ailleurs !, L’Impossible monsieur bébé, L’Accompagnatrice, Tesis, Funny Face…

Revue Jeune Cinéma - Contacts