home > Films > Takara (la nuit où j’ai nagé) (2017)
Takara (la nuit où j’ai nagé) (2017)
de Damien Manivel & Kohei Igarashi
publié le mercredi 2 mai 2018

par Thomas Coster
Jeune Cinéma n° 387, mai 2018

Sélection de la Mostra de Venise 2017

Sortie le mercredi 2 mai 2018

JPEG - 164 ko

 


Au Japon, au milieu d’une nuit d’hiver, Takara est réveillé par son père qui se rend à la ville. Comme il ne se rendort pas, le petit garçon s’amuse, erre dans la maison, et dessine un poisson sur une feuille qu’il glisse dans son cartable. Le lendemain matin, Takara s’échappe discrètement de l’école et prend à pied le chemin de son père, vers le marché où celui-ci travaille, afin de lui offrir l’image conçue pour lui.

JPEG - 134.5 ko

 

JPEG - 191.2 ko

 

La première singularité du film est d’être presque sans dialogue.

Damien Manivel et Kohei Igarashi usent du silence comme une langue commune, ce qui donne à cette œuvre en duo un tour poétique et quasi documentaire, renforcé par la multitude des plans fixes et le sentiment, au fur et à mesure des péripéties du garçon, d’observer la vraie vie japonaise, au milieu de la neige, des montagnes, puis de la ville.

JPEG - 130.2 ko

 

JPEG - 198.4 ko

 

On retrouve avec Takara les inclinations du jeune réalisateur français : la volonté de montrer ses protagonistes "à l’écran comme à la vie" (et Takara est bien le nom du talentueux jeune acteur, qui improvise beaucoup), ou la parenté avec Bresson, nette dans le format (un peu plus d’une heure), ainsi que dans la prééminence des visages, de l’expression et des silences, dans la fixité du cadrage ou l’économie des mots.

JPEG - 90.5 ko

 

JPEG - 172.5 ko

 

Par tous ces moyens, l’œuvre parvient à reconstituer un certain sentiment de l’enfance. L’amour et la quête du père, l’importance du jeu, l’apprentissage de la solitude, sont illustrés sans lourdeur.
Le film prend finalement la forme d’un conte : ramené à son point de départ, l’enfant, ainsi que son père, sembleront avoir appris quelque chose de secret et de tendre. Un film à voir pour son originalité.

Thomas Coster
Jeune Cinéma n° 387, mai 2018

Takara. Réal, sc : Damien Manivel & Kohei Igarashi ; ph : Wataru Takahashi ; mont : William Laboury ; mu : Jérôme Petit. Int : Takara Kogawa, Keiki Kogawa, Takashi Kogawa, Chisato Kogawa (France-Japon, 2017, 78 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts