home > Films > Ciel étoilé au-dessus de ma tête (le) (2017)
Ciel étoilé au-dessus de ma tête (le) (2017)
de Ilan Klipper
publié le mercredi 23 mai 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection ACID au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 23 mai 2018

JPEG - 268.4 ko

 


En reprenant pour titre de son ouvrage la célèbre épitaphe, extraite de la fin de La Critique de la raison pratique, que Emmanuel Kant a voulu voir figurer sur sa tombe à Königsberg : "Deux choses ne cessent de remplir mon cœur d’admiration et de respect, plus ma pensée s’y attache et s’y applique : le ciel étoilé au-dessus de ma tête et la loi morale en moi", l’écrivain du film de Ilan Klipper met la barre très haut.

JPEG - 204.2 ko

 

Basé sur une mise en abyme, le film raconte l’histoire d’un homme qui reste enfermé chez lui pour tenter d’écrire son roman. Tous les créateurs ont connu cette grande difficulté qui les cantonne à une place entre folie, démesure et asociabilité et qui n’est, à proprement parler, qu’une question d’urgence de création. Arriver à en faire un film construit n’est pas si évident, et parvenir à faire rire avec ces mésaventures, représente une gageure réussie. "Ce qui m’amusait, déclare Ilan Klipper, c’était de raconter comment je travaille. Dans un processus de création, on mélange des choses qu’on a vécues, d’autres qu’on a vues à la télévision ou qu’on a lues, d’autres enfin qu’on a totalement imaginées…"

JPEG - 98.9 ko

 

JPEG - 131.1 ko

 

Le film monte crescendo dans cette folie jusqu’à gravir les marches d’un théâtre de l’absurde qui donne à la fois envie de rire, mais surtout de pleurer sur l’humanité. Quand l’heure est grave et qu’on pense perdu l’écrivain cloîtré, magnifiquement interprété par Laurent Poitrenaux, entrent bien sûr en scène, presque immédiatement, la famille déglinguée, l’amie de la famille, la psy attirante sur laquelle il est aisé de faire un transfert.

JPEG - 120.5 ko

 

JPEG - 108.2 ko

 

JPEG - 104.3 ko

 

Dans ce monde vacillant, la parole kantienne devient une antiphrase : il n’y a pas plus de ciel étoilé au-dessus de nos têtes que de loi morale dans nos cœurs.
Film d’une splendide noirceur sous ses dehors foldingues, Le Ciel étoilé… complète parfaitement les précédents films du réalisateur, tel Juke-Box dans lequel Christophe interprétait son propre rôle de chanteur cloîtré.

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête. Réal, sc : Ilan Klipper ; ph : Lazare Pedron ; mont : Carole Le Page ; mu : Frank Williams. Int : Laurent Poitrenaux, Camille Chamoux, Michèle Moretti, Alma Jodorowsky, François Chattot (France, 2017, 76 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts