home > Films > Mademoiselle de Joncquières (2018)
Mademoiselle de Joncquières (2018)
de Emmanuel Mouret
publié le mercredi 12 septembre 2018

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 390, septembre 2018

Sortie le mercredi 12 septembre 2018

JPEG - 211.7 ko

 


L’adaptation cinématographique, par Emmanuel Mouret, d’un récit tiré de Jacques le fataliste est assez fidèle à l’œuvre et à l’esprit de Diderot, mais se différencie beaucoup de la première adaptation par Robert Bresson, Les Dames du bois de Boulogne.

Après neuf longs métrages de fiction, Emmanuel Mouret, dont la thématique se décline souvent sur "l’art d’aimer", réalise un premier film en costumes. Il y déploie talent et plaisir dans la mise en scène des dialogues de Diderot et la langue du 18e siècle, si riche en littératures de "guerres amoureuses". Dans une composition presque théâtrale, les mots, les gestes et les regards se répondent avec saveur, brillance et perfidie par les voix de Cécile de France et de Édouard Baer.

JPEG - 107.4 ko

 

Un film dans lequel on aime s’immiscer, écouter les mots, les phrases, goûter au style de la pensée vive de Diderot, remettant sans cesse en cause une chose et son contraire, intervenir ou réfléchir sur la morale, le libertinage, l’amour, et la parole des femmes subtile et intelligente, tout cela dans la nature, plus belle que jamais, au rythme lent de promenades, à l’écoute du bruissement des feuilles et de la contemplation de la beauté des étangs.

JPEG - 207.7 ko

 

JPEG - 422.5 ko

 

La vengeance amoureuse chez Diderot vue par Emmanuel Mouret a beaucoup d’attrait, elle captive et éblouit, en dépit de sa féroce cruauté. Les situations s’inventent, se choquent et se complexifient autour de l’amour qui s’interroge et s’enrichit aussi bien du vice que de la vertu dissimulés et interchangeables. Jeu de mots, d’idées, de positions dans une élégance parfaite.

JPEG - 93.7 ko

 

JPEG - 208.7 ko

 

Fougue, impatience et désirs sont exprimés par des acteurs remarquables pour rendre la présence des mots. L’utilisation du plan séquence renforce la puissance émotive des visages et permet une grande lisibilité du jeu, agrémentée de la dégustation sans fin des dialogues. Une réussite.

Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 390, septembre 2018

Mademoiselle de Joncquières. Réal, sc : Emmanuel Mouret, d’après Diderot ; ph : Laurent Desmet ; mont : Martial Salomon ; déc : David Faivre. Int : Cécile de France, Édouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva, Laure Calamy (France, 2018, 109 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts