home > Films > Grand Bain (le) (2018)
Grand Bain (le) (2018)
de Gilles Lellouche
publié le mercredi 24 octobre 2018

par Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018

Sélection officielle Hors compétition au Festival de Cannes 2018

Sortie le mercredi 24 octobre 2018

JPEG - 187 ko

 


Dépressif au chômage (Mathieu Amalric), vendeur de piscines flambeur en faillite (Benoît Poolevorde) patron colérique et intraitable (Guillaume Canet), chanteur ringard et idéaliste (Jean-Hugues Anglade), gardien de piscine trop gentil (Philippe Katherine), infirmier de maison de retraite shooté aux anxiolytiques (Félix Moati), tous quadra ou quinquagénaires un peu losers, ont du mal à communiquer avec les autres.

JPEG - 90.8 ko

 

Ils se retrouvent chaque jeudi soir à la piscine municipale. Ensemble, ils se sentent libres et utiles et mettent toute leur énergie dans une discipline exclusivement féminine : la natation synchronisée. Leur objectif, complètement fou : se présenter au championnat du monde.

JPEG - 98.5 ko

 

JPEG - 210.9 ko

 

Leur coach (Virginie Efira), une ancienne spécialiste de la discipline, ancienne alcoolique aussi, fragile et touchante, leur lit des poèmes du haut de son plongeoir en fumant cigarette sur cigarette. Et lorsqu’elle craque à nouveau, c’est son ancienne coéquipière, handicapée après un accident, qui prend le relais : pétulante et hilarante Leïla Bekhti, en tyran des bassins au langage fleuri.

JPEG - 96.2 ko

 

JPEG - 293.6 ko

 

Gilles Lellouche, quatorze ans après Narco, (1) repasse derrière la caméra et réussit une comédie française de qualité (rare par les temps qui courent) qui va chercher du côté de la comédie italienne, des Full Monty, des Virtuoses (2) ou des films choraux du duo Toledano-Nacache (3), mais qui existe avant tout par la lumière dont il inonde ces hommes, et ces femmes, paumés mais irrésistibles.

JPEG - 465.1 ko

 

Son originalité, sa vigueur humoristique, son casting extraordinaire, sa justesse de ton, son regard social sur le malaise de la classe moyenne et son apothéose superbe sublimant le genre feelgood-movie en font une vraie réussite (même les séquences de natation synchronisée sont remarquablement filmées), saluée comme il se doit sur la Croisette.

Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018

1. Narco de Tristan Aurouet & Gilles Lellouche (2004).

2. Les Virtuoses (Brassed Off) de Mark Herman (1996) ; The Full Monty de Peter Cattaneo (1997).

3. Par exemple, Je préfère qu’on reste amis... (2004), Intouchables (2011) ou Le Sens de la fête (2017) de Olivier Nakache & Éric Toledano.

Le Grand Bain. Réal, sc : Gilles Lellouche ; sc : Ahmed Hamidi, Julien Lambroschini ; ph : Laurent Tangy ; mont : Simon Jacquet ; mu : Jan Brion. Int : Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virginie Efira, Leïla Bekhti, Marina Foïs, Philippe Katerine, Félix Moati, Jonathan Zaccaï, Mélanie Doutey, Claire Nadeau (France-Belgique, 2018, 122 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts