home > Films > Homme à la moto (l’) (2018)
Homme à la moto (l’) (2018)
de Agustin Toscano
publié le jeudi 4 avril 2019

Sélection de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2018

Sortie le mercredi 3 avril 2019

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018

JPEG - 74.5 ko

 


Une fois posée la situation initiale, le reste suit de façon inexorable : le motard qui a provoqué la chute d’une vieille dame (le sens approximatif du titre est "le voleur qui arrache les sacs à moto") va la visiter à l’hôpital et, comme elle a perdu la mémoire, il va chercher à se racheter en s’occupant d’elle.

JPEG - 183.1 ko

 

On devine à peu près comment il va se prendre au jeu, à quel moment le film va basculer dans l’émotion, quand il va s’installer (en partie) dans le grand appartement de sa "protégée" pour l’assister et comment, une fois tissés les liens de dépendance, la vérité sera dévoilée.

JPEG - 158.7 ko

 

JPEG - 208 ko

 

Même la fin "heureuse" (elle vient le voir à son tour en prison) était inévitable : le héros n’est "pas si méchant que ça", pour reprendre le titre du film de Goretta dans lequel Depardieu faisait ses hold-up en mobylette (1), et il ne pouvait pas être éliminé sans recours.

JPEG - 167.3 ko

 

Ce n’est cependant pas vraiment un feelgood movie, car le contexte argentin, bien situé, n’est pas idyllique - famille dispersée, petits trafics, vol divers. Avec un léger problème, dû sans doute au manque de moyens : il n’existe pas beaucoup, ce contexte, réduit à quelques plans urbains peu habités, une toute petite bande de copains voyous à peine vus, quelques plans d’hôpital vide, un plan général de l’école du fils du héros (les quatre ou cinq plans où elle apparaît au fil du récit ayant été tournés dans la même journée, même cadrage, même éclairage, etc.).

JPEG - 203.3 ko

 

La narration est un peu hésitante, avec quelques coquetteries (le ralenti pendant le pillage du magasin de jouets, les deux très gros plans de regards ennemis, comme sortis d’un film de Sergio Leone) et les personnages autres que Miguel le motard ne sont pas vraiment approfondis.
Après un Los dueños prometteur (2), attendons un troisième ouvrage pour juger valablement Toscano.

1. Pas si méchant que ça de Claude Goretta (1974).

2. Los dueños de Ezequiel Radusky & Agustín Toscano (2013), sélection de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes 2013.

Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018


L’Homme à la moto (El motoarrebatador). Réal, sc : Agustin Toscano ; ph : Arauco Hernandez Holz ; mont : Pablo Barbieri Carrera ; mu : Maxi Prietto. Int : Sergio Prina, Liliana Juarez, Leon Zelarrayan (Argentine-Uruguay, 2018, 93 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts