home > Personnalités > Wenders, Wim (né en 1945)
Wenders, Wim (né en 1945)
Brève
publié le vendredi 14 août 2015

Jeune Cinéma en ligne directe

Journal de Old Gringo 2015 (Vendredi 14 août 2015)

JPEG - 184.1 ko

 


Vendredi 14 août 2015

 

Wim Wenders a 70 ans, aujourd’hui.

Wenders, c’est notre amour de jeunesse.
On l’a vraiment découvert en 1974, avec Alice dans les villes.
Puis ce fut Au fil du temps, en 1976, cettte année de canicule permanente qui annonçait nos craintes climatiques d’aujourd’hui.
Enfin, L’Ami américain, en 1977, qui figurait, dans notre panthéon, à côté de Profession : reporter, ces années-là.
Après, on a redécouvert L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty (1972) parce qu’on redécouvrait Peter Handke.

Et puis, avec ses films suivants, Wenders fut emporté dans la spirale du succès, et il nous a échappé. Les films étaient variables, la magie n’était plus obligatoire.
On croyait que parce qu’on se l’était découvert tout seul, sans médiateur, on se le garderait à soi pour toujours.

Mais lui il continuait sa route, autrement, et surtout tout le monde s’est mis à le citer et le revendiquer. Expropriés, quoi.

En 1989, juste après Les Ailes du désir (1987), Jeune Cinéma lui a consacré un numéro spécial hors-série, en décembre 1989 (il n’est pas épuisé) : le seul numéro hors-série en 50 ans de parutions de JC, avec la plaquette Jonas Mekas (1992) et le double numéro Andrée Tournès, qui relate toute l’histoire de la revue (2012).

Alors, voilà, il a 70 ans.

Voilà nos cadeaux d’anniversaire

* Des amis :

Nicholas Ray (1911-1979)
Parce que Nick’s Movie (Lightning Over Water, 1980) fut son premier documentaire, et l’un de ses films les plus émouvants. Méconnu, on trouve.
Un livre lui a été consacré : Wim Wenders & Chris Sievernich, Nick’s Film. Lighttning Over Water, Zweitausendeins, Frankfurt am Main (1981), avec une introduction de Bernardo Bertolucci ("The Boundless Frivolity of People About To Die").

JPEG - 695.6 ko

 

et

Ibrahim Ferrer (1927-2005)
Parce que Buena Vista Social Club (1999) est celui de ses films, où il s’est le plus effacé peut-être.

JPEG - 31 ko

 

et

Pierre Cottrell (1945-2015)
Parce que c’était son jumeau et que, à quelques jours près, il n’aura pas pu lui souhaiter.

JPEG - 451.2 ko

 

* Une transmission :

Ses règles de la perfection.

Wim Wenders' Rules of Cinema Perfection from Ben Boullier on Vimeo.

* Sa jeunesse :

JPEG - 620.5 ko

 

Parce que ceux qui lui ont fait son Wikipedia l’ont pas loupé : une photo terrifiante, où il sort visiblement de chez un coiffeur avec qui il a parlé politique.

* Un hommage :

Et pour cela, nous nous tournons vers le fantastique et généreux Esclave de l’absolu, pour se revoir, tranquillement, Alice dans les Villes.



Revue Jeune Cinéma - Contacts