home > Films > Assassin (the) (2015)
Assassin (the) (2015)
de Hou Hsiao-hsien
publié le mardi 8 mars 2016

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 366-367, été 2015

Sélection compétition officielle du festival de Cannes 2015

Sortie le mercredi 9 mars 2016

JPEG - 189.9 ko

 

Certes, comme Fabrice à Waterloo, nous ne sommes pas sûr, à la fin de The Assassin, d’avoir vraiment participé à cette complexe histoire de justicière chargée, dans la Chine du IXe siècle (dynastie Tang), d’assassiner son cousin, gouverneur d’une province rebelle, et dont elle fut jadis éprise.

JPEG - 235.6 ko

 

Entre un excès désirable de lenteur (les panoramiques millimétrés de Hou Hsiao-hsien) et une rapidité foudroyante (les combats où il s’agit moins, d’ailleurs, d’éliminer l’adversaire que de lui délivrer des messages qu’on devine être de fulgurantes déclarations d’amour), il ne sera sans doute pas de trop d’une deuxième vision pour que le spectateur démêle l’entrelacs des intrigues politiques et passionnelles du canevas "romanesque" de The Assassin.

JPEG - 386.9 ko

 

La clef de l’œuvre réside peut-être dans ce récit de l’oiseau bleu évoqué au cours du film, et qui raconte comment un oiseau solitaire et silencieux retrouve son chant vif à partir du moment où on le place devant un miroir, soit devant son semblable.

C’est à l’Histoire même qu’est tendue la caméra-miroir de Hou Hsiao-hsien, et il ne peut que subsister quelque chose du silence (ontologique) de cette Histoire.

JPEG - 235.6 ko

 

Loin de toute reconstitution appliquée, c’est dans la mutité des siècles écoulés que s’abîme la succession de plans sublimes ("chaque plan est beau", comme aurait dit Roger Tailleur) qui s’offrent à notre regard.

JPEG - 197.4 ko

 

De fait, on a rarement vu à l’écran pareil film "historique" : la matière même du plan (voilages, flammes vacillantes, arbres au loin, qui obstruent provisoirement la vision) devient son sujet, l’impossibilité d’appréhender l’Histoire en train de se faire (ses "tambours lointains") en même temps que le désir forcené de l’artiste d’en retranscrire les moindres palpitations.

Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 366-367, été 2015

L’Assassin (Nie Yinniang). Réal : Hou Hsiao-hsien ; sc : H.H.H., Chu Tien-Wen ; ph : Mark Lee Ping-bin ; mont : Chih-Chia Huang, Ching-Song Liao ; mu : Lim Giong. Int : Shu Qi, Chang Chen, Zhou Yun (Taiwan-Chine-Hong-Kong-France, 2015, 104 min).

Revue Jeune Cinéma - Contacts