home > Livres & revues > Livres > Andrevon, Jean-Pierre (livre)
Andrevon, Jean-Pierre (livre)
100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction (2013)
publié le mercredi 23 mars 2016

par Jérôme Fabre
Jeune Cinéma n°360, été 2014

Jean-Pierre Andrevon, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, Rouge profond, 2013.

JPEG - 377 ko

 


Dans un monde de l’édition d’ouvrages de cinéma en totale déshérence, Rouge Profond semble parfois la dernière maison à prendre son rôle au sérieux, proposant, avec ce que cela suppose comme risques, des ouvrages roboratifs (les trois livres puissants de Pierre Berthomieu sur le cinéma hollywoodien) et décalés (la restauration / réédition des premiers numéros de Midi-Minuit Fantastique ).

Elle héberge aujourd’hui les 1100 pages du dictionnaire de Jean-Pierre Andrevon, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, dont le poids, pour le coup, se justifie.

Andrevon, homme versatile s’il en est, collaborateur entre autres de L’Écran fantastique, militant écologiste, dessinateur, auteur de livres pour enfants, de poèmes, de thrillers, très inspiré à ses heures (il faut absolument lire Le Travail du furet, roman d’anticipation abstrait qui navigue entre Philip K. Dick et le roman noir hard-boiled), a entrepris il y a dix ans ce travail de titan.

Cette somme est à l’évidence le résultat d’un travail considérable, mais surtout d’une vision globale et détaillée des genres abordés de la part d’un homme à la culture encore plus vaste, ce qui justifie son existence et le différencie de la grande majorité des sites spécialisés, même de qualité, présents sur le net, qui ont une approche généralement "film par film", "auteur par auteur".

Car si 100 ans… se présente comme un dictionnaire, les entrées se font sans cesse écho et référence, tissant entre elles des liens qui donnent au finale l’impression d’un grand œuvre sans concurrence sérieuse.

Même sur une telle surface, vous ne sauriez être exhaustif (5000 entrées tout de même, par film, avec des encadrés pour les réalisateurs, thèmes et figures majeurs), et le mérite incomparable de l’ouvrage est d’offrir un panel très représentatif des genres et sous-genres, du blockbuster hollywoodien au film d’exploitation disparu.

Si l’acception donnée aux termes "fantastique" et "science-fiction" est déjà fort large (sont présents, entre autres, le cinéma d’horreur, le cinéma gore, le conte ou encore le surréalisme), Andrevon n’hésite pas à aller dans les marges, lorsqu’il traite de films qui n’empruntent que peu au fantastique comme certains films d’exploitation ("sexploitation", "rape and revenge", film de cannibales, etc.) ou fables écologiques (La Dernière Vague de Peter Weir), jusqu’à se retrouver carrément hors sujet avec la politique fiction (Sept jours en mai) ou l’espionnage (traiter des James Bond est tout bonnement une perte de place).

Après une première frayeur - le glossaire, très chiche, est de surcroît truffé d’âneries : "chambara" devient un "film de sabre asiatique", les Chinois apprécieront… "eiga" serait, en japonais, un "film de genre", alors qu’il s’agit d’un "film" tout court ! - le plaisir ne se dément presque plus.
Chaque film, même le plus mineur, a droit à un minimum de dix lignes et à sa notation parfaitement subjective (le petit jeu étant de trouver les deux seuls heureux élus aux six étoiles, l’un s’impose à l’évidence, l’autre moins).
Cette subjectivité, normale et stimulante, peut néanmoins confiner à la mauvaise foi, par exemple lorsque La Nuit du chasseur est écartée "car totalement dépourvue d’éléments fantastiques" (sic) alors que Les Innocents se voient offrir une notule !

Jérôme Fabre
Jeune Cinéma n°360, été 2014

Jean-Pierre Andrevon, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, Rouge profond, 2013,1083 pages



Revue Jeune Cinéma - Contacts