home > Films > Deux Hommes dans l’Ouest (1971)
Deux Hommes dans l’Ouest (1971)
de Blake Edwards
publié le vendredi 25 mars 2016

Cf. Hiver 2013-2014
Les saisons, chronique DVD

par Jérôme Fabre
Jeune Cinéma n°358, mars 2014

JPEG - 322.5 ko

 


Côté westerns, nous ne connaissions pas Deux hommes dans l’Ouest (*), seule incursion de Blake Edwards dans le genre.

Celle-ci s’imagine plus en hommage aux grand classiques qu’en variation sur le western maniériste, italien ou américain.
La première partie serait hawksienne, qui observe la réalité concrète d’un groupe de gardiens de bétail sur fond de guerre entre éleveurs. La deuxième est une longue longue quête à la John Ford (et encore, le director’s cut durait trois heures au lieu des deux de la version commercialisée), avec la même dose d’ennui à l’œuvre que l’on peut parfois trouver chez le Maître, dans La Prisonnière du désert (1956) ou Les Cheyennes (1964) par exemple.

Le point de passage entre les deux, la déprime existentielle de deux cowboys qui ne se satisfont plus de leur vie morne, dangereuse (l’un des leurs vient d’être piétiné par un cheval) et maigrement rémunérée, qui les poussent à devenir braqueurs de banque dans l’espoir d’un avenir paisible, emprunte néanmoins la voie moderne - dans le western classique vous êtes généralement typé bank-robber dès le début du film. Il en est de même de certaines scènes de violence, dont le très réussi massacre dans la taverne, qui singe avec talent Peckinpah (à l’inverse, le réalisateur se montre empoté sur certaines autres figures obligées, telles celle du domptage du cheval).

Que reste-t-il dans cette affaire de l’Edwards que l’on connaît ? Une certaine mélancolie doucereuse, dont William Holden est comme à son habitude l’incarnation. Le fait que quasiment tous les personnages sont fondamentalement sympathiques, aussi. Et des ruptures de ton, essentiellement destinées à offrir quelques scènes en relief à l’insupportable Ryan O’Neal.

Jérôme Fabre
Jeune Cinéma n°358, mars 2014

* Warner.

Deux hommes dans l’Ouest (Wild Rovers) Réal, sc : Blake Edwards ; ph : Philip Lathrop et Frank Stanley ; mu : Jerry Goldsmith. Int : William Holden, Ryan O’Neal, Karl Malden, Victor French, James Olson, Rachel Roberts (États-Unis, 1971, 106 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts