home > Livres & revues > Livres > Fiant, Antony & Vasse, David (éds.) (livre)
Fiant, Antony & Vasse, David (éds.) (livre)
Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien
publié le dimanche 15 novembre 2015

Antony Fiant & David Vasse (éds.), Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien, Éd. Presses Universitaires de Rennes, 2013.

par René Prédal
Jeune Cinéma n° 356, décembre 2013

JPEG - 23.3 ko

 


On aime beaucoup Hou Hsiao-hsien à Jeune Cinéma.

En effet, alors directrice de la rédaction, Andrée Tournès consacra, dès 1988, un dossier à "L’archipel taiwanais" (JC n° 191, novembre-décembre 1988), avant que le cinéaste, révélé trois ans auparavant à Berlin et auquel Pesaro avait consacré une intégrale, ne soit consacré au Festival de Venise 1989 où La Cité des douleurs reçut le Lion d’Or (inattendu).

Andrée Tournès écrivit, à cette occasion, trois longues pages enthousiastes particulièrement pénétrantes (JC n° 192, novembre-décembre 1989) et commença à se battre pour faire connaître le film scandaleusement ignoré par les grands distributeurs français.

JPEG - 50.7 ko

 

La Fédération Jean-Vigo s’était dotée d’un outil qui prolongeait son action non-commerciale de ciné-clubs, une coopérative de diffusion dans le secteur commercial, la Ciclop Films. C’est à elle que La Cité des douleurs devra sa sortie en salles en France fin 1990.

JPEG - 45.5 ko

 

Depuis lors, la revue a toujours suivi de près la filmographie du réalisateur.

Cet ensemble collectif, sous la direction de Antony Fiant & David Vasse, arrive à point au moment où le cinéma taïwanais subit les contre-coups de son annexion à la Chine continentale et où la filmographie de Hou Hsiao-hsien marque le pas depuis près de dix ans.

Adoptant l’approche esthétique privilégiée par les études cinématographiques universitaires, la structure ternaire, à savoir trois thèmes - espaces, temps, sons - subdivisés chacun en trois sous ensembles, est en elle-même d’un classicisme judicieux. D’autant plus que les quatorze textes, eux, qu’ils s’attachent à un film ou à l’ensemble du corpus, savent sortir quelque peu de ces cadres si nécessaire pour fouiller la richesse "débordante" du langage cinématographique de Hou.

Millenium Mambo (2001) est le film le plus étudié, et, curieusement La Cité des douleurs (1989) et Le Maître des marionnettes (1993) le sont peu.

Antony Fiant pratique avec succès l’exercice critique difficile consistant à analyser positivement un des films les moins réussis : Le Voyage du ballon rouge.

David Vasse examine - preuves à l’appui - la touche la plus subtile de l’art du cinéaste : l’articulation du temps et de l’espace à l’intérieur même du plan, ou comment spatialiser le temps ?

Rassemblés par les deux coordinateurs et souvent signés par de jeunes chercheurs, les autres textes ont la même finesse et rappellent opportunément combien chaque cinématographie asiatique a ses spécificités et ses maîtres originaux, dont le sympathique balayage cinéphilique (après le Japon, la Chine, les Indes, Hong-Kong, Taïwan, Corée, Indonésie, Thaïlande, Philippines…) ne rend pas toujours vraiment compte en profondeur.

René Prédal
Jeune Cinéma n° 356, décembre 2013

Antony Fiant & David Vasse (éds.), Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien, Éd. Presses Universitaires de Rennes, 2013.



Revue Jeune Cinéma - Contacts