home > Livres & revues > Livres > Jost, François (livre)
Jost, François (livre)
L’Empire du Loft (2002)
publié le lundi 15 juillet 2002

par Jacques Chevallier
Jeune Cinéma n°276, été 2002

François Jost, L’Empire du loft, Éd. La Dispute, 2002.

Le succès d’audience de Loft Story en 2001 avait entraîné de nombreux commentaires sur sa conception, son fonctionnement (spectaculaire ou souterrain), sur son influence, etc.

Commentaires de circonstance dont on peut trouver trace dans le livre de François Jost, mais qui furent surtout provoqués par quelques incidents survenus au cours ou en marge des émissions.

Son Empire du loft est d’une tout autre ambition.
François Jost, dont on connaît les livres consacrés au cinéma et à la télévision, propose une analyse systématique des divers mécanismes de ce que ses promoteurs appellent la"télé-réalité".
Il en rappelle les antécédents plus ou moins lointains - du panopticon imaginé par le philosophe anglais Bentham dans Traité des peines et des récompenses en 1811 et commenté par Foucault dans Surveiller et punir, au film de Jean-Michel Barjol What a flash (1972) -, il cite comme il se doit Orwell, 1984 et son Big Brother.

Mais il s’attache surtout aux mécanismes mis en œuvre dans la production et la mise en scène de Loft Story et de ses succédanés.
Il montre ainsi que "loin d’être une fenêtre sur la réalité, ce programme a eu l’habileté de d’emprunter à l’image que la télévision en donne à travers ses fictions et ses reportages".
De ce point de vue, "Loft Story est un catalogue de tous les succès télévisuels de la dernière décennie".

Bien d’autres aspects de cette "télé-réalité" sont également repérés et analysés : sa relation avec les stratégies publicitaires, sa fonction économique dans le développement des chaînes, voire sa place dans les … aides publiques.
François Jost rappelle ainsi que "le CNC a admis Popstars dans la catégorie documentaire, ce qui ouvre à la production l’accès au compte de soutien à l’industrie des programmes !"

Une conclusion ?

Retenons celle-ci : "Au lieu de pratiquer la politique de l’autruche, le téléspectateur doit exercer sa liberté et démonter les discours et les émissions qu’il regarde.
Très vite, il s’apercevra qu’il n’y a qu’une seule réalité dans la programmation, celle du marketing, et que tout le reste est du vent… !".

Si l’on veut ne pas désespérer de la télévision, on peut choisir d’inverser l’ordre de ces deux phrases….

Jacques Chevallier
Jeune Cinéma n°276, été 2002

François Jost, L’Empire du loft, Éd. La Dispute, coll. "Des mots sur les images", 2002, 160 p.



Revue Jeune Cinéma - Contacts