home > Films > Mystère Jérôme Bosch (le) (2016)
Mystère Jérôme Bosch (le) (2016)
de José Luis López-Linares
publié le mardi 25 octobre 2016

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 26 octobre 2016

JPEG - 424.5 ko

 


Le Mystère Jérôme Bosch est un documentaire qui n’élucide en rien le mystère du tableau. Au contraire, il le renforce, l’enrichit, l’épaissit, et le présente toujours plus mystérieux, véritable monument visionnaire, représentation inouïe du monde et de sa projection dans le futur, image quasi intemporelle.

Dans ce monde imaginé et peint par Jérôme Bosch s’égayent des êtres nus, blancs pour la plupart, excepté cinq ou six d’entre eux, en référence à la présence des Noirs en Europe médiévale avec l’invasion des Maures jusque dans le Nord de l’Europe.

Progressivement, le réalisateur filme l’œuvre, au musée du Prado à Madrid, la découvre, ouvre les deux panneaux du Paradis et de l’Enfer, de chaque côté du Jardin des délices. Apparaît alors le triptyque, en majesté. Il est confronté, par un montage savant, aux tapisseries du Moyen-Âge évoquant l’amour courtois. Ce début un peu pédagogique semble souffrir d’un manque de liberté ou d’un manque d’intention. C’est alors que, petit à petit, viennent à l’image des personnalités diverses, William Christie, Orhan Pamuk, Pilar Silva Maroto, Salman Rushdie, Michel Onfray, entre autres, chacune participant à la lecture du triptyque, chacune y apportant un éclairage, une réflexion.

JPEG - 562.5 ko

 

José Luis López-Linares, passionné par le récit du tableau, multiplie les mouvements de caméra, les ralentis, les zooms, absolument sidérants. Fragments de l’œuvre, détails, grossissements des figures et des scènes collectives, aperçus des matières, éclats des couleurs, profondeurs du geste peint, prodigieux imaginaire : Le Jardin des délices, dans les moindres détails et grandeur nature. Suivent des moments amusants, lorsque Renée Fleming, déchiffrant la partition collée sur les fesses d’un figurant de l’enfer, se met à chantonner ou encore lorsque Miquel Barceló, le visage angoissé, s’inquiète de savoir comment sortir de ce jardin en cherchant partout le lapin.

JPEG - 666 ko

 

Avant José Luis López-Linares, Jean Eustache, en 1980, avait réalisé Le Jardin des délices de Jérôme Bosch, presque son dernier film. Il se déroulait dans le salon d’un appartement, au cours d’une soirée entre amis, où le psychanalyste Jean-Noël Picq, tenant entre ses mains une reproduction de l’œuvre, en évoquait avec humour et délectation le sens caché. Un film sur l’art au dispositif à la fois audacieux et simple, qui fait date dans l’histoire du genre, où Jean Eustache créait, de façon très personnelle et fidèle à son style, une atmosphère chaleureuse, intime et drôle.

Depuis, en 2004, le réalisateur polonais Lech Majewski, auteur de plusieurs films sur l’œuvre des peintres Giorgione, Bruegel, Vermeer, Memling, a tourné, dans un style également très inventif, The Garden of Earthly Delights, d’après le triptyque de Bosch.

JPEG - 471.6 ko

 

On se souviendra du film de José Luis López-Linares grâce à l’impact des détails filmés : luxure et débauche de l’Enfer, scènes de torture, rougies et assombries par les feux et les tempêtes, scènes champêtres du jardin des amours courtois, animaux extravagants sortis par milliers, mais on oubliera vite les commentaires, excepté ceux qui renvoient directement à l’œuvre et au plaisir de la contemplation. Les autres, trop nombreux et disparates, donnent le tournis - par bonheur, sans rien ôter à l’œuvre de sa mystérieuse beauté.

Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Cf. aussi Délices et détails (Pour le plaisir des amateurs en ligne 36)

Le Mystère Jérôme Bosch (El Bosco. El jardín de los sueños). Réal : José Luis López-Linares ; sc : Cristina Otero, d’après une idée de Reindert Falkenburg ; ph : José Luis López-Linares ; mont : Cristina Otero, Pablo Blanco Guzman, Sergio Deustua. Avec Miquel Barceló, Guo-Qiang Cai, William Christie, Michel Onfray, Orhan Pamuk, Salman Rushdie (Espagne-France, 2016, 84 mn). Documentaire.

Revue Jeune Cinéma - Contacts