home > Films > Food Coop (2016)
Food Coop (2016)
de Tom Boothe
publié le mercredi 2 novembre 2016

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 2 novembre 2016

JPEG - 409.4 ko

 


Food Coop est à la fois le titre du documentaire traditionnel, à base d’entretiens, signé Tom Boothe, un Américain basé depuis une dizaine d’années à Paris, et le nom d’une institution new-yorkaise, sise à Brooklyn depuis plus de quarante ans, la Park Slope Coop, un supermarché d’un genre nouveau qui a su garder sa spécificité.

JPEG - 147.1 ko

 

Il s’agit d’une coopérative alimentaire et non une boutique bio de plus, comme celles qui fleurissent un peu partout chez nous aujourd’hui.
Car si la Food Coop insiste sur la qualité des produits vendus, leur fraîcheur et leur "traçabilité", c’est pour elle la question du prix qui prime. Pour que la nourriture y soit abordable, la main d’œuvre n’y est pas rétribuée, les membres de ce regroupement investissant capital et travail. Dans le sillage du Lyonnais Michel-Marie Dérion qui créa la première épicerie sociale en 1835, les payeurs sont également les vendeurs. Ils s’engagent à consacrer trois heures de travail bénévole par mois. 17 000 associés font tourner la boutique qui affiche un chiffre d’affaires annuel de plusieurs millions de dollars.

JPEG - 425.5 ko

 

Boothe et son équipe ont filmé le quotidien de la Food Coop, dans la ville enneigée, juste avant les fêtes de fin d’année. La caméra nous fait entrer dans un supermarché… comme les autres. Pas spécialement glamour. On visite les étalages. On s’arrête aux caisses.
Première question posée aux "employés" : que faites-vous dans la vie ?
Réponses : professeur de musique, employée des services sociaux, infirmière, psychanalyste, cinéaste.
Au gré des interviews, nous en apprenons un peu plus sur le fonctionnement - et les limites - de la Food Coop. En cas d’absence, le membre doit rattraper l’heure chômée et en consacrer une supplémentaire à l’entreprise. Des difficultés peuvent surgir : les gens sont disposés à travailler, non à recevoir ordres ou sanctions.

JPEG - 328.2 ko

 

Le superviseur doit faire preuve de talents de diplomate.
Il a été créé un "comité de discipline", traitant des vols et des resquilles, dirigé de main de maîtresse par une femme de loi ayant été jadis procureur. Ceci étant, on observe moins de nervosité, moins d’exaspération aux caisses que dans un supermarché ordinaire.
Si l’on en croit les propos des intervenants, chacun médite sur sa tâche à accomplir. Le changement de rapport à la nourriture participe du processus d’apprentissage, de socialisation, d’intégration dans la communauté.

Autres innovations qu’il convient de souligner : la mise en place d’un service de garderie et la création de la fonction de walker - une personne chargée de raccompagner jusqu’au métro le chaland surchargé et de rapporter le caddie à sa base.

JPEG - 222 ko

 

Sans oublier la soupe populaire préparée avec les légumes à la limite de la péremption et le compost à partir de ceux qui sont en voie de décomposition. Ce sont de petits pas vers un monde plus juste et plus responsable.

Le film évite tout lyrisme, tout triomphalisme. L’auteur du film prépare l’ouverture d’une bouffe coop de ce type à Paris, au titre évocateur : La Louve.

Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 237.2 ko

 

Food Coop. Réal : Tom Boothe ; ph : Gregory Harriot ; mont : Hélène Attali ; son : Adam Wolny ; pr : Christian Pfohl. (France, 2016, 97 mn). Documentaire.

Revue Jeune Cinéma - Contacts