home > Films > Personal Shopper (2016)
Personal Shopper (2016)
de Olivier Assayas
publié le mardi 13 décembre 2016

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 374, été 2016

Sélection officielle du Festival de Cannes 2016
Prix de la mise en scène

Sortie le mercredi 14 décembre 2016

JPEG - 270.8 ko

 


Comme La Fille inconnue des frères Dardenne, mais plus radicalement, Personnal Shopper, de toute évidence inspiré par son actrice principale (Kristen Stewart / Maureen) s’avère être un film à protagoniste unique : ni le meurtrier (puisque meurtre il y aura), ni la "célébrité" pour laquelle travaille Maureen (elle choisit sa garde-robe), ni l’entourage du frère mort de Kristen Stewart, ne nous parlent véritablement.

Celui qui "parle", c’est justement ce jumeau défunt qui se manifeste tout d’abord sous la forme d’ectoplasme, aux yeux crédules de cette jeune Américaine qui circule en scooter et fréquente les hauts lieux de la mode.

JPEG - 299.1 ko

 

Déjà, dans son précédent Sils Maria, Assayas se plaisait à faire se côtoyer le règne des esprits et celui des nouvelles technologies. Lorsqu’un mystérieux persécuteur harcèle Maureen de ses SMS fantômes, on se prend à songer que, telle la conversation spirite, ces nouveaux modes de communication ne sont peut-être qu’un dialogue avec soi-même.

JPEG - 172.9 ko

 

JPEG - 160.4 ko

 

Il existe donc deux vitesses dans Personal Shopper, celle, "instantanée" (bientôt plus rapide que la pensée ?) des textos, et celle, qui donne lieu aux plus beaux instants de mise en scène du film, des déambulations nocturnes de Kristen Stewart, essayant en son absence les divers atours de son employeuse.

JPEG - 262.8 ko

 

Là, Olivier Assayas retrouve quelque chose de la magie des allers-retours en vase clos d’une Gene Tierney, ou d’une Jean Simmons, dans des films noirs chers à notre cœur.

Un peu dépassé toutefois par la multiplicité des pistes qu’il s’est employé à lever, le metteur en scène ne peut que conclure son film par un nevermore poesque quelque peu souligné, mais dont le caractère ambivalent définit, il est vrai, le fantastique.

Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 374, été 2016

Personal Shopper. Réal, sc : Olivier Assayas ; ph : Yorick Le Saux ; mont : Marion Monnier. Int : Kristen Stewart, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz, Nora von Waldstätten, Anders Danielsen, Benjamin Biolay, Aurélia Petit (France-Allemagne, 2016, 105 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts