home > Films > Goût du tapis rouge (le) (2017)
Goût du tapis rouge (le) (2017)
de Olivier Servais
publié le mercredi 17 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

JPEG - 184 ko

 


Ce film est plutôt destiné aux rares Terriens qui n’auraient jamais vu à la télévision d’images du Festival de Cannes. C’est pourquoi sa sortie coïncide avec l’ouverture de la 70e édition dudit festival.

Pour tous les autres, il n’apprendra pas grand-chose, sinon confirmer qu’à Cannes, on passe son temps à photographier ou à se faire photographier.

JPEG - 120.8 ko

 

Olivier Servais, le réalisateur, est l’auteur de deux autres documentaires, dont le remarqué Parti de campagne, en 2013, qui suit, de janvier à juin 2012, Denis Duperthuy, un jeune élu local PS en campagne pour les législatives.
Et, en 2009, Passion et Patience de la Créativité Révolutionnaire, en collaboration avec Aude Servais.

Pour Le Goût du tapis rouge, servi par de très belles images (et le son direct) de Thomas Lavorel, il s’est infiltré partout dans Cannes afin de filmer toutes les petites gens qui sont là, soit pour tenter de participer à ce festival mythique, soit parce qu’ils y travaillent : on croisera de nombreuses personnes discrètes ou hautes en couleurs, depuis l’éboueur, le balayeur, le vigile, les lycéennes en goguette qui attendent leur star, les belles passantes, les starlettes et surtout ces fans qui installent pour la durée du festival un escabeau ou un tabouret, amarrés avec des chaînes et des cadenas devant les célèbres marches. Juste pour voir, pour toucher, ou pour avoir un sourire ou un autographe de tous ces demi-dieux, mais la plupart se plaignent que les stars ne sont plus comme autrefois, et ne daignent même plus leur jeter un regard.

De ce point de vue, le film est un beau travail : Olivier Servais réussit à ne pas rendre le festival encore plus glamour.

JPEG - 106.9 ko

 

Son intention originelle est respectée : "Le but est de montrer la manière dont les gens ordinaires vivent dans l’espace qui leur est imparti. Ainsi, ils manifestent la volonté de participer activement à l’événement et de ne pas se contenter d’être spectateurs. Cette présence est faite d’astuces multiples et de petites désobéissances à l’ordre établi. Le film cherche à narrer ces initiatives et à montrer la construction de la diversité de ces réalités identitaires."

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Le Goût du tapis rouge. Réal, sc : Olivier Servais ; ph, mont, mu : Thomas Lavorel (France, 2017, 73 mn). Documentaire.

Revue Jeune Cinéma - Contacts