home > Films > Rumble. The Indians Who Rocked The World (2017)
Rumble. The Indians Who Rocked The World (2017)
de Catherine Bainbridge & Alfonso Maiorana
publié le mercredi 4 octobre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection du festival de Sundance 2017

JPEG - 251.4 ko

 


Le documentaire canadien, musical et militant, coréalisé par Catherine Bainbridge et Alfonso Maiorana, fait suite à l’exposition de 2010 du Smithsonian (1) de Washington, Up Where We Belong : Native Musicians in Popular Culture et rend hommage à l’apport, jusque-là passé sous silence, des musiciens amérindiens à la culture pop.

JPEG - 296.4 ko

 

JPEG - 241.4 ko

 

Rumble est, au départ, le titre d’un morceau instrumental du guitariste Link Wray, Indien Shawnee qui eut son heure de gloire après le succès de son 45 tours gravé en 1954 et sorti quatre ans plus tard.
La nouveauté, l’audace et la puissance sonore qui s’en dégage est telle que les radios refusèrent alors de le diffuser, craignant de susciter des émeutes urbaines.

JPEG - 240.2 ko

 

Jimi Hendrix, qui poussa au plus loin l’expérimentation guitaristique, distordant et saturant les notes au maximum, faisant "chanter" l’instrument, comme Wray malmena lui aussi ses amplis, allant, comme on sait, jusqu’à brûler sa Fender sur scène ayant planifié son forfait, la pipette d’essence faisant preuve. Hendrix était noir, on le constatait aisément, et gaucher, qui plus est. Mais peu de monde savait qu’il avait une grand-mère cherokee.

JPEG - 221.1 ko

 

La Canadienne Buffy Sainte Marie est probablement l’une des figures les plus emblématiques de la chanson folk nord-américaine en général et de l’indianité en particulier. D’un niveau d’excellence égalant celui d’une Joan Baez ou d’une Mimi Farina, elle n’a cessé comme ces dernières, de militer en faveur de la paix au Vietnam et pour la reconnaissance des droits des minorités.

JPEG - 223.3 ko

 

Ces trois artistes renommés sont issus d’un mouvement musical profond, aux États-Unis comme au Canada. Ce courant souterrain a contribué à maintenir les traditions du chant, du rythme et de la danse amérindiennes.

JPEG - 318.6 ko

 

JPEG - 296.4 ko

 

Celles-ci ont, certes, pu quelquefois se diluer dans une industrie de la pop music la plus convenue récupérant et brassant toutes sortes d’influences. Techniquement parlant, le rituel s’est changé en show, les instruments acoustiques sont devenus électriques, voire électroniques et les musiciens se sont fondus, qu’ils l’aient voulu ou non, dans la masse.

D’où le peu de reconnaissance de cette musique spécifique, de ses différents styles, et de nombre de compositeurs et d’interprètes, comme ceux que le film présente : Robbie Robertson, Jesse Ed Davies, Randy Castillo, Jimmy Luis Gomez dit Taboo et Stevie Salas qui est également un des producteurs du film.

JPEG - 352.1 ko

 

Rumble est à base d’extraits musicaux, d’entretiens avec les musiciens d’origine indienne, mais également avec des artistes reconnus aussi bien dans le blues, le jazz, le rock que la variété - Buddy Guy, Taj Mahal, Quincy Jones, Iggy Pop, etc.

La partie la plus intéressante est sans doute l’analyse du phénomène par des musicologues et des critiques musicaux.
Le revival de ce courant, comme celui du blues, a été rendu possible par les reprises et les invitations sur scène des musiciens anglais, dans la deuxième partie des années soixante, que ce soient les Beatles, les Rolling Stones ou Rod Stewart.

JPEG - 155.9 ko

 

Le film est très agréable à suivre et à entendre.
Le spectateur, pour peu qu’il se laisse aller, est porté par l’énergie résultant des percussions - la guitare devient tambour, appelle à l’insurrection.
Le montage est certes un peu trop à l’américaine, haché en raison sans doute du coût des droits musicaux et de la hantise du silence ou du plan-séquence.
Mais Catherine Bainbridge et Alfonso Maiorana ont le mérite de traiter un sujet pointu, à ce jour inédit.

Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

1. Cf. Open Culture.

JPEG - 240.3 ko

 

Rumble. The Indians Who Rocked The World. Réal, sc : Catherine Bainbridge & Alfonso Maiorana ; ph : Ben Charest ; mont : Benjamin Duffield & Jeremiah Hayes ; mu : Ben Charest. Avec : Mildred Bailey, Randy Castillo, George Clinton, Pura Fe, David Fricke, Taylor Hawkins, Jimi Hendrix, Quincy Jones, Taj Mahal, Charley Patton, Iggy Pop, Buffy Sainte-Marie, Stevie Salas, Martin Scorsese, Slash, John Trudell, Robert Trujillo, Steven Tyler, Link Wray, Alvin Youngblood Hart (USA, 2017, 103 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts