home > Films > A Beautiful Day
A Beautiful Day
de Lynne Ramsay
publié le vendredi 10 novembre 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n°381, été 2017

Sélection officielle en compétition du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 8 novembre 2017

JPEG - 106.8 ko

 


Parmi les quelques aberrations du palmarès de Cannes 2017, celle d’attribuer à You Were Never Really Here le prix du scénario (plutôt mince en l’occurrence) n’est pas la moindre. "Stylisé, "maniériste" furent quelques-uns des qualificatifs, plutôt dévalorisants, entendus à propos du film de Lynne Ramsay, alors que ce dernier est tout simplement mis en scène et ce à chaque instant.

JPEG - 171 ko

 

De même, la comparaison, également dépréciative, avec le Taxi Driver de Scorsese, n’a pas lieu d’être puisque le style de Ramsay en diffère du tout au tout (on penserait bien plutôt à Boorman et à son Point Blank). Ici, chaque scène s’articule autour d’un point saillant qui figure l’exacte ligne en-deçà de laquelle le film pourrait verser dans l’incompréhensible.

JPEG - 121.2 ko

 

Cet effet de seuil concerne tout autant les agissements pour le moins radicaux du protagoniste interprété par Joachin Phoenix, noyés dans les effluves d’un passé traumatisant, que les méandres d’une intrigue politico-sexuelle (un trafic de jeunes filles) dans laquelle s’embourbe le héros et qui le renvoie probablement à sa propre enfance.

JPEG - 97.9 ko

 

Le "procédé" consistant à montrer les effets avant la cause (jusqu’au nettoyage par le vide d’un règlement de comptes) contribue à l’opacité recherchée du film, tout en évacuant (contrairement à ce qu’on a pu écrire ici ou là) toute violence gratuite.
Aussi bien, cette violence n’est-elle que le revers de pulsions suicidaires qui habitent le protagoniste et qui donnent leur pleine mesure dans la performance actorale, si l’on veut bien voir que le film est aussi une manière de documentaire sur l’acteur Joachin Phoenix, dont on connaît les vicissitudes, sur ce corps alourdi et sa possible renaissance.

Patrick Saffar
Jeune Cinéma n°381, été 2017

A Beautiful Day (You Were Never Really Here). Réal, sc : Lynne Ramsay, d’après Jonathan Ames ; ph : Thomas Townend ; mont : Joe Bini ; mu : Johnny Greenwood. Int : Joachin Phoenix, Ekaterina Samsonov, Alessandro Nivola (Frace-Grande-Bretagne-États-Unis, 2017, 55 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts