home > Films > Lune de Jupiter (la) (2017)
Lune de Jupiter (la) (2017)
de Kornél Mundruczó
publié le mardi 21 novembre 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 22 novembre 2017

JPEG - 334.3 ko

 


Bénéficiant d’une mise en scène impeccable, d’une très belle photo et de surprenants effets spéciaux, ce film hongrois reste très ambigu et quelque peu inutile. Il aurait d’ailleurs mérité d’être un peu resserré, le scénario finissant par patiner sérieusement.
C’est d’ailleurs le drame récurrent du cinéma actuel : trop axé sur le sociétal et trop bavard, sans doute depuis que le support numérique coûte moins cher que l’argentique.

JPEG - 337.3 ko

 

De plus, le film veut se donner assurément bonne conscience et se démarquer de la politique de la Hongrie vis-à-vis des migrants, et Kornél Mundruczó et sa scénariste, Kata Wéber, s’en donnent à cœur joie dans le délire mystico-social.
Il faut accepter d’office le synopsis quelque peu incongru, mâtiné de religiosité mal digérée : un jeune migrant se fait tirer dessus par un flic fasciste et véreux, alors qu’il vient de traverser illégalement la frontière.

Il découvre alors, mystère des mystères, que cette blessure lui donne le don de lévitation. De là à en déduire qu’il est un ange et que chaque migrant porte en lui cette sorte de mission ayant pour but implicite de nous rendre meilleurs…

JPEG - 341.5 ko

 

JPEG - 282.7 ko

 

JPEG - 347.5 ko

 

Jeté ensuite dans un camp de réfugiés, ce migrant volant va être découvert par l’étrange docteur Stern qui a une dette morale envers une famille.
Et là, malgré une excellente interprétation, quelques idées éblouissantes de mise en scène, comme Mundruczó en est souvent prodigue (notamment le réveil du docteur Stern), le film part dans des directions hautement improbables que le spectateur a du mal à suivre.

JPEG - 330.1 ko

 

Plane ici l’ombre du Wim Wenders des Ailes du désir, ou du Lang de Metropolis pour cette ville à plusieurs niveaux.
Mais tout cela suffit-il à faire un bon film ?

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

La Lune de Jupiter (Jupiter’s Moon). Réal : Kornél Mundruczó ; sc : Kata Weber ; ph : Marcell Rév ; mont : David Jancso ; mu : Jed Kurzel. Int : Zsombor Jéger, Merab Ninidze, Györgi Cserhalmi, Moni Balsai (Hongrie-Allemagne, 2017, 123 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts