home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! (2018) > Semaine télé du 12 au 18 mai 2018
Semaine télé du 12 au 18 mai 2018
Salut les câblés !
publié le samedi 12 mai 2018
JPEG - 240.4 ko

 

Kaili Blues de Bi Gan (2015)

Humeurs de Lucien Logette


 

Samedi 12 mai 2018

 

20.40 : Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle (1957), OCS Géants
Surprise : aucune trace d’un passage sur le câble depuis 2014. Plus que la performance de Jeanne Moreau et le scénario un peu linéaire de Malle et Nimier (d’après Noël Calef), c’est l’ambiance du Paris de la fin 50 qui compte aujourd’hui - et la musique de Miles Davis, exceptionnelle, évidemment.

20.45 : Ça ira mieux demain de Jeanne Labrune (2000), Club
La comédie française du soir, honorable, dans la ligne de ce que la réalisatrice avait fait avant et fera ensuite. Le scénario n’est pas signé Lubitsch (qui d’ailleurs n’écrivait pas ses films), mais Jeanne Balibar et Nathalie Baye font du bon travail.

22.10 : Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais (1968), Classic
La soirée sur Classic est un hommage à la programmation de Cannes 1968 - surtout aux films qui ne sont pas passés à cause de l’arrêt du festival. Ça a commencé, à 20.45, par La Motocyclette de Jack Cardiff (1968), bel exemple de ratage complet - il faut dire que le roman de Mandiargues ne se prêtait guère à l’écranisation… Par bonheur, ça continue avec le film de Resnais, qui est une pure merveille, admirable plongée dans la mémoire d’un scientifique suicidaire, scénarisée par Jacques Sternberg. L’image récurrente d’Olga Georges-Picot sortant de l’eau, la souris qui accompagne Claude Rich dans ses explorations mentales, la machine matricielle imaginée par Pace, le décorateur, tout est mémorable. Le film est, avec Muriel, un des plus gros bides de Resnais, ce qui est bon signe.

22.30 : La Petite Boutique des horreurs de Frank Oz (1986), TCM
Très bonne adaptation, sous forme de comédie musicale, du film fauché de Roger Corman. La plante carnivore de 1961, construite avec des bouts de ficelle, est devenue une superbe dévoreuse en couleurs, qui avale ses proies avec des grognements satisfaits. Frank Oz est un cinéaste à redécouvrir (cf. ses Joyeuses funérailles, 2007).

00.05 : Le Kid de Cincinatti de Norman Jewison (1965), TCM
Même si c’est Steve McQueen l’homme du titre, c’est E.G. Robinson le plus impressionnant, en vieux routier des tournois de poker secoué par son jeune challenger. L’ultime partie entre les deux joueurs est un numéro d’une tension extraordinaire et la couleur du petit matin, qui voit partir le Kid défait, blême à souhait. Mais outre les deux têtes d’affiche, on trouve des gens sérieux au générique : Karl Malden, Ann-Margret et même Joan Blondell, rescapée des comédies musicales (et dramatiques) des années 30.

 

Dimanche 13 mai 1968

 

20.40 : Le Secret de mon succès de Herbert Ross (1987), Paramount Channel
Un des rares films non-cannois de la soirée, profitons-en. Ross est un réalisateur transparent, ce qui ne l’a pas empêché de tourner quelques titres réussis, comme celui-ci, à la gloire de la libre entreprise et de la promotion personnelle.

20.40 : Mud de Jeff Nichols (2012), OCS City
Cannes, toujours, mais, malgré ses nombreux passages, on ne se lasse pas du film.

20.40 : Le Baiser de la femme-araignée de Hector Babenco (1985), OCS Géants
Tiens, un film de Cannes - mais un bon, avec William Hurt et Raul Julia. Babenco n’a jamais fait mieux.

20.45 : Taxi Driver de Martin Scorsese (1975), TCM
Impossible en cette période d’échapper aux anciennes Palmes d’or. Donc.

20.55 : Le vent se lève de Ken Loach (2006), Arte
Pour mémoire, car le film est passé plusieurs fois ces dernières années. Mais Cannes oblige.

22.40 : Missing, porté disparu de Costa-Gavras (1982), TCM
Les grands soirs de Cannes encore. Premier des films américains du cinéaste, pas vraiment solidaire de la politique US menée au Chili : Jack Lemmon y recherche son fils, disparu après le coup d’État de 1973, fomenté par les États-Unis.

23.00 : Dogville de Lars von Trier (2003), OCS City
Cannes derechef. Mais c’est un grand Trier. Un détail qui nous surprend : le minutage annoncé est de 4 heures. On ne se souvient pas d’une telle longueur. Director’s cut ?

00.25 : Le Cavalier mystérieux de Riccardo Freda (1948), France 3
Note du 13 juillet 2016 : "Vittorio Gassman en Casanova, à Venise, évidemment. Avec Yvonne Sanson, bien oubliée et qui ne le mérite pas. Les premières galopades tournées par Freda, entre sa version (personnelle) des Misérables (1948) et son Fils de d’Artagnan (1949) (tout aussi personnel)."

00.40 : Soleil vert de Richard Fleischer (1973), TCM
Dernière apparition d’E.G. Robinson, tout à fait à la hauteur de ce superbe film (encore un chef-d’œuvre de l’auteur) prémonitoire quant à notre avenir peu radieux prévisible. L’acteur mourant doucement devant les images du monde ancien est un moment inoubliable.

00.40 : La Dame de chez Maxim de Marcel Aboulker (1950)
Enfin un nanar, catégorie négligée depuis la disparition des chaînes Polar et FX. Cette fois-ci, un bien français, avec des acteurs moins réputés que dans la version d’Alexander Korda de 1933 (Arlette Poirier à la place de Florelle pour jouer la môme Crevette, on y perd). Mais il y a l’immense Saturnin Fabre, qui nous fait tout accepter.

 

Lundi 14 mai 2018

 

20.40 : Soirée de repassages sur le bouquet OCS : La Confession de Nicolas Boukhrief (2015), Caché de Michael Haneke (2005), Tenue de soirée de Bertrand Blier (1986), tous programmés ces derniers mois. Il y avait peut-être d’autres films cannois à découvrir.

20.45 : Toute la soirée, le bouquet Ciné+ ne propose que des rediffusions (Matrix, Billy Elliot, Le Sortilège du scorpion de jade, Patton, Melancholia) ou des titres que ça vaut pas la peine (L’Avenir de Mia Hansen-Love (2016) sur Club).

20.45 : Yanks de John Schlesinger (1979), TCM
Un Schlesinger inédit et de bonne facture. Un film de guerre sans véritables combats : les GI sont cantonnés au pays de Galles et y rencontrent des jeunes filles et femmes, en attendant la débarquement en Normandie. Richard Gere, tout jeunot, Vanessa Redgrave, et Lisa Eichhorn, dans son premier rôle (enfin, le deuxième).

20.50 : Ned Kelly de Gregor Jordan (2003), Action
Le programme est si pauvre ailleurs que l’on peut se contenter de ce remake (en VF, hélas) du film de Tony Richardson (1970). Une belle brochette d’interprètes - Heath Ledger, Orlando Bloom, Geoffrey Rush, Naomi Watts -, alors pourquoi ne pas s’embarquer pour l’Australie ?

 

Mardi 15 mai 2018

 

20.40 : La Taverne de l’enfer de Sylvester Stallone (1978), Paramount Channel
Première réalisation de SS, montée (scénario + interprétation) grâce au succès de Rocky. Il s’y révèle comme un cinéaste digne d’attention - les quelques Rocky qu’il signera ensuite ne sont pas tous aussi réussis.

20.40 : Soirée Marc Allégret, OCS Géants
Bonne idée que de sortir de l’ombre ce réalisateur trop négligé qui a pourtant tourné bien des films que des cinéastes plus renommés auraient aimé signer. D’abord Futures vedettes (1955), un des meilleurs Bardot d’avant Bardot (avec Mylène Demongeot, dans son premier rôle). Allégret s’est signalé par son flair pour découvrir des acteurs inconnus (dont ici, en prime, Guy Bedos). La suite à 22.15.

20.45 : Ma Loute de Bruno Dumont (2016), Émotion
C’est le seul film français récent inédit, ce soir (à la différence de Jeanne d’Arc de Luc Besson (1999) sur Premier, et de Parlez-moi de la pluie de Agnès Jaoui (2008) sur Club, passés récemment. Les fanatiques de l’auteur se sont régalés, les autres un peu moins ; il a toujours ce sens remarquable du paysage ; dommage qu’il éprouve le besoin d’y mettre des personnages.

20.45 : La Femme du pionnier de Joseph Kane (1945), Classic
Western inconnu de nos services (Dakota en VO). Il faut dire qu’aucun des films de Joe Kane que nous vîmes ne valait tripette. Le plus étonnant est qu’on lui ait confié John Wayne pour deux titres, celui-ci et La Belle de San Francisco la même année, alors que sa spécialité était de filmer les galopades, sur son fameux cheval Trigger, de Roy Rogers, le cowboy chantant (au moins une vingtaine de films entre 1942 et 1945). On attend de voir le résultat.

22.15 : L’Amant de lady Chatterley de Marc Allégret (1955), OCS Géants
Moins réussi que le film de début de soirée. Mais les différentes versions du roman de Lawrence n’ont jamais été très concluantes - cf. la plus récente, celle de Pascale Ferran (2006), malgré ses César. Et ne parlons pas de celle de Just Jaeckin (1981), avec la pauvre Sylvia Kristel. Fausse bonne histoire ?

22.40 : Je suis un soldat de Laurent Larivière (2015), OCS Choc
Premier (et unique pour l’instant) film de ce jeune cinéaste, aguerri par une flopée de courts. Malgré sa sélection à Cannes (Un Certain regard), le succès n’a pas suivi et c’est dommage, car l’histoire - un trafic de chiens d’élevage - est bien construite et le milieu décrit avec force : Jean-Hugues Anglade est parfait dans le sordide et Louise Bourgoin excellente (sans doute un de ses rôles les plus intéressants).

 

Mercredi 16 mai 2018

 

Aucun film français ce soir au programme des deux bouquets. Et une sélection bien molle, à l’exception du Ruban blanc de Michael Haneke (2009) sur Émotion à 20.45, fort belle Palme cannoise, mais passée le 4 octobre 2017.

20.40 : Soirée Nabil Ayouch sur OCS Choc, ce qui est sympathique, mais les deux titres sont passés il y a peu : Much Loved (2015) à 20.40) le 28 septembre 2017 et Les Chevaux de Dieu (2012) à 22.25, le 5 février 2018.

20.40 : Propositions OCS : Carol de Todd Haynes (2015), programmé le 10 mai 2018 et Hondo, l’homme du désert de John Farrow (1953), revu le 24 janvier 2018.

20.45 : Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich (1962), Classic
Note du 27 juillet 2016 : "Aldrich n’a jamais fait dans la dentelle, mais ici il se surpasse. Le duo - le duel plutôt - Bette Davis-Joan Crawford demeure une rencontre inoubliable, au même titre que celle entre Davis et Olivia de Havilland, deux ans plus tard, dans Chut… Chut… Chère Charlotte".

20.45 : Fort Bravo de John Sturges (1953), TCM
Le premier des sept westerns tournés par Sturges dans les années 50. Et le moins connu, en tout cas, qui ne passe que rarement (pas vu en salles depuis une éternité). Des prisonniers sudistes, un commandant de camp rigide, c’est déjà Le Pont de la rivière Kwai. Avec William Holden, mais aussi Eleanor Parker, ce qui n’est pas rien (quel admirateur s’attellera un jour à une étude un peu sérieuse de cette héroïne de films d’aventures ?).

Fin de soirée sinistrée sur les deux bouquets, à moins de vouloir absolument revoir Les Infiltrés de Martin Scorsese (2006) sur Premier à 22.40 ; Café Society de Woody Allen (2015) à 22.15 sur Émotion ; Raisons d’État de Robert De Niro (2006) à 22.25, sur Club ; Pierrot le fou de Jean-Luc Godard (1965) à 22.50 sur Classic ; Amour de Michael Haneke (2012) à 22.35 sur City, ou de découvrir Le Colt du révérend de Léon Klimovsky (1971) à 22.05 sur Géants. Bon courage !

 

Jeudi 17 mai 2018

 

20.40 : Passage interdit de Hugo Fregonese (1952), Paramount Channel
Réservé aux amateurs de ce réalisateur cosmopolite, auteur de plusieurs bons westerns et films d’action. Ce n’est pas vraiment le cas de celui-ci, mais on peut faire avec.

20.40 : Mes meilleurs copains de Jean-Marie Poiré (1988), OCS Géants
Souvent passé, mais pas depuis le 27 novembre 2016. Tous les films de JMP sont inférieurs à leur réputation, mais celui-ci est une perle, qui a ouvert la voie à bien des numéros de quadras plaintifs qu’on a vu fleurir ensuite.

20.45 : Les Malheurs de Sophie de Christophe Honoré (2016), Club
Premier volet de l’hommage offert à Honoré par la chaîne. Le roman de la Ségur née Rostopchine a fait les beaux jours de la Bibliothèque Rose, jusqu’à ce que des chercheurs découvrent les arrières-mondes pervers que recèlent ses jolies histoires. Honoré n’a pas décrypté les tristes aventures de la jeune Sophie et en a donné une interprétation classique. Comme les mères sont jouées par Anaïs Demoustier et Golshifteh Farahani, on ne se plaindra pas, mais Muriel Robin ne nous fait pas oublier Marguerite Moreno dans la version (très différente par ailleurs) de Jacqueline Audry (1946).

20.45 : Stavisky... d’Alain Resnais (1974), Classic
Resnais tenait aux points de suspension, aussi les a-t-on rajoutés. La plus grosse production de l’auteur, facilitée par la présence de Belmondo, coproducteur (en secret). Le film déçut et Cannes et la critique et le public. Pourtant, à chaque nouvelle vision, il révèle des beautés dissimulées et une aisance extrême. Resnais a su maîtriser le sujet et les moyens offerts. On pardonnera beaucoup à Belmondo pour son action en faveur du film.

22.30 : Dans Paris de Christophe Honoré (2006), Club
Note du 1er mars 2017 : "Il est parfois arrivé (pas souvent) à l’auteur de signer un film qui nous convainque. Celui-ci, par exemple, plutôt grâce à la vieille garde (Guy Marchand) qu’à la nouvelle (Louis Garrel). Et Duris est un acteur toujours pertinent."

00.00 : Métamorphoses de Christophe Honoré (2014), Club
Là, on ne peut que conseiller de faire l’impasse.

 

Vendredi 18 mai 2018

 

20.45 : Que dire ? Sherlock Holmes, Chocolat, Vincent, François, Paul et les autres, La Poison en première partie de soirée, suivi par Kill Bill 2, Ma Loute, Ça ira mieux demain, Monsieur : rien à tirer, sur le plan de la découverte de la programmation du jour. La semaine n’était déjà pas très folichonne, mais ce soir, c’est le bouquet. Vivement les retombées de Cannes 2018 dans les salles !

20.45 : TCM complète le panorama : Le Parrain 3 suivi des Affranchis. Help !

00.25 : On pensait avoir déniché, à cette heure tardive, le seul inédit de la soirée sur le bouquet OCS : San Babila : un crime inutile de Carlo Lizzali (1976). Après vérification, il s’agit de la traduction littérale du titre italien, le film, sous son titre français Tuer pour tuer, ayant été montré le 13 janvier 2018.
Les DVD, ça existe.



Revue Jeune Cinéma - Contacts