home > Livres & revues > Livres > Delporte, Florence (livre)
Delporte, Florence (livre)
Une vie d’art et d’essais. Roger Diamantis et le Saint-André-des-Arts
publié le mardi 5 août 2014

par Jacques Chevallier
Jeune Cinéma n° 283, été 2003

Florence Delporte, Une vie d’art et d’essais. Roger Diamantis et le Saint-André-des-Arts, Paris, La Dispute, 2003.

JPEG - 157.4 ko

 


Plus de trente ans de cinéma d’art et d’essai au Quartier Latin.
Aux Saint-André-des-Arts de Roger Diamantis, on a découvert Alain Tanner et sa Salamandre le 27 octobre 1971, et, depuis, des dizaines de films et d’auteurs, de Carlos Saura à Theo Angelopoulos, de Gilles Carle à Francesco Maselli, Wim Wenders, Marta Meszaros, Yasujirō Ozu, Jacques Rozier, Patricio Guzman, etc.

Découvreur, montreur de films, passeur. Fils d’émigrés grecs, Roger Diamantis travailla d’abord avec ses parents au restaurant Les Balkans, célèbre pour ses baklavas, avant de choisir un autre commerce qui lui permît d’assouvir et de faire partager sa passion pour le cinéma.
Ses souvenirs, qu’ils soient rapportés par l’auteure du livre, Florence Delporte, ou par R. D. lui-même, constituent la biographie d’un homme engagé dans le cinéma, remarquable par ses choix de programmation autant que par son obstination à les défendre.

C’est aussi, plus généralement, un témoignage sur l’évolution du cinéma d’art et d’essai indépendant, de son essor et de ses difficultés - de programmation notamment - face aux multisalles polyvalentes.
Encore une exception culturelle française dont R.D. s’est fait le défenseur opiniâtre. Il rend à juste titre hommage aux salles pionnières, des Ursulines au Studio 28, à ceux qui, comme Jean Lescure, les groupèrent en association.

Mais pourquoi avoir passé sous silence, ou peu s’en faut, l’action des ciné-clubs qui, d’une certaine manière, ont préparé l’essor des salles d’art et d’essai ?
Et pourquoi, à propos de Family Life - qu’on sait gré à R.D. d’avoir programmé en 1972 - évoquer la découverte d’un cinéaste "jusqu’ici réalisateur à la télévision" alors que Kes avait été l’une des révélations de la Semaine de la critique à Cannes… deux ans auparavant ?

Jacques Chevallier
Jeune Cinéma n° 283, été 2003

Florence Delporte, Une vie d’art et d’essais. Roger Diamantis et le Saint-André-des-Arts, Paris, La Dispute, 2003, 251 p.



Revue Jeune Cinéma - Contacts