home > Films > Comme un chien enragé (1986)
Comme un chien enragé (1986)
de James Foley
publié le samedi 8 septembre 2018

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection officielle de la Berlinale 1986

Sortie le mercredi 14 janvier 1987
Sortie en DVD Carlotta

JPEG - 327.7 ko

 


Comme pour fêter à sa manière les soixante printemps de Madonna, Carlotta ressort en version restaurée le film de James Foley, At Close Range, sorti en France sous le titre (discutable) de Comme un chien enragé. Le thème musical de la chanson Live To Tell, un de ses succès, scande la bande sonore du long métrage.

Le récit, basé, nous précise le générique, sur des faits réels, traite d’un gang familial ayant terrorisé une zone rurale de la Pennsylvanie dans les années 70 et accumulé cambriolages, vols et assassinats. Ce cycle de violence prit fin avec le témoignage d’un fils contre son propre père à la tête du gang qui aboutit à la condamnation de celui-ci au terme d’un procès retentissant.

JPEG - 499.4 ko

 

Sean Penn, alors lié à la star de la chanson, s’enthousiasma pour le sujet que lui proposèrent le producteur Eliott Lewis et le scénariste Nicholas Kazan. Il fit engager James Foley, auteur de clips pour Madonna, comme réalisateur, se réserva le rôle du fils et insista pour que Christopher Walken joue celui du père après le refus de Robert De Niro.

JPEG - 478.6 ko

 

JPEG - 456.3 ko

 

JPEG - 207.1 ko

 

Dans cette distribution qui relève du film de famille, on trouve également son frère Chris Penn jouant le frangin ainsi que sa propre mère, Ellen Ryan, qui incarne l’impressionnante et mutique grand-mère. Cela débute comme un film de teenagers oisifs, grégaires, perpétuellement éméchés ou allumés, en tous les cas secoués de fous rires sans objet, des vitelloni pennsylvaniens dont la seule activité consiste à battre la campagne à bord d’une camionnette brinquebalante conduite par le chef - Brad, alias Sean Penn, qui paraît plus âgé qu’un jeune premier à la James Dean dans ce rôle.

JPEG - 406.3 ko

 

Brad fait la conquête de la plus belle fille du comté, incarnée de manière convaincante par Mary Stuart Masterson. Mis à la porte du foyer familial par son beau-père en raison de son tapage diurne et nocturne, il se tourne alors vers son père biologique qu’il connaît à peine, dont il ne sait pratiquement rien, sinon qu’il a une réputation de voleur. Il est accueilli par ce dernier, qui le fascine par sa prestance, son calme et l’ascendant qu’il exerce naturellement sur une bande de personnages pittoresques quoique inquiétants. Un peu méfiant au départ, Brad Senior finit par accepter que son fils se mêle à ses affaires après une période de probation. Il le fait participer à des coups de main jusqu’à ce que le jeune homme assiste à la mise à mort d’un comparse ayant eu le tort de trop parler. Brad Junior cesse dès lors de collaborer avec son père pour mener son propre jeu.

JPEG - 349.9 ko

 

L’affrontement père-fils s’inspire des tragédies antiques ou des paraboles bibliques. Le héros perd son frère, puis ses amis, enfin sa fiancée, mais choisit sa propre voie, préférant la Loi à la Tyrannie - la règle du hors-la-loi paternel qui perpétue la figure du outlaw du cinéma américain depuis ses origines.

La magistrale interprétation de Sean Penn et de Christopher Walken rend crédible cette narration cathartique. Le traitement esthétique de la mise en scène rompt avec le réalisme et le sordide à bon compte, privilégiant les éclairages bleutés et la photographie nocturne du chef opérateur Juan Ruiz Anchi a à la lumière naturelle.

JPEG - 193.9 ko

 

Le cérémonial qui accompagne les exécutions, filmées de loin, sans fascination ni complaisance pour la violence confère une dimension tragique à un vulgaire fait divers.

Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Comme un chien enragé (At Close Range). Réal : James Foley ; sc : Nicholas Kazan & Elliott Lewitt ; ph : Juan Ruiz Anchia ; mont : Howard E. Smith ; mu : Patrick Leonard. Int : Christopher Walken, Sean Penn, Mary Stuart Masterson, Chris Penn, Milie Perkins, Kiefer Sutherland, Eileen Ryan, David Strathairn (USA, 1986, 111 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts