home > Films > Bergman. Une année dans une vie (2018)
Bergman. Une année dans une vie (2018)
de Jane Magnusson
publié le mercredi 26 septembre 2018

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n°388-389, été 2018

Sélection officielle Cannes Classics du Festival de Cannes 2018

Sortie le mercredi 26 septembre 2018

JPEG - 237.2 ko

 


Le titre interpelle : une année dans la vie de Ingmar Bergman, pourquoi ?
Tels une astragale dans le squelette d’un tyrannosaure ou un jour dans la vie d’Ivan Denissovitch, un an suffirait à exprimer l’essence d’un tel réalisateur ?
Voilà qui simplifierait singulièrement les biographies. Ne rions pas. Si Jane Magnusson a choisi, entre toutes, l’année 1957, c’est parce qu’elle est représentative de la furie créatrice du bonhomme.

JPEG - 578.7 ko

 

JPEG - 436.8 ko

 

Reprenons les faits : en janvier, il termine Le Septième Sceau, enchaîne avec la mise en scène théâtrale d’un Hamlet intégral (cinq heures), puis de trois (ou quatre) autres pièces moins notables, tourne un téléfilm, écrit et réalise Les Fraises sauvages et, pendant le montage, commence Au seuil de la vie. Ceci côté vie publique.
Côté privé, toujours marié avec sa troisième épouse, Gunvor Hagberg, il cultive quelques maîtresses (laquelle des Andersson, Harriet ou Bibi ?) et est incapable, à la télévision, de se souvenir du nombre de ses enfants.

JPEG - 350.9 ko

 

Difficile de trouver une boulimie équivalente chez d’autres créateurs. Pourquoi cette urgence ? La plupart des témoins interrogés, et ils sont nombreux, parmi les acteurs et techniciens qui l’ont accompagné, reconnaissent que c’était un type impossible à vivre, tyrannique et mesquin (on n’a pas noté le nom du comédien de théâtre, le meilleur du moment paraît-il, qu’il anéantit parce que sa célébrité lui faisait de l’ombre), et qui ne savait s’accomplir que dans le travail.
Un génie, en forme d’oursin, comme souvent.

JPEG - 447.2 ko

 

JPEG - 383 ko

 

JPEG - 350.6 ko

 

Le film est passionnant, car la réalisatrice est allé chercher tous les survivants qui ont compté dans l’itinéraire de Bergman, et bien d’autres (Roy Andersson, par ex. ou Tommy Berggren, le Joe Hill de Bo Widerberg) et le portrait qui émerge est tout sauf hagiographique. Le distributeur indiqué étant Carlotta, on risque de le voir édité en DVD bientôt et c’est tant mieux.

Lucien Logette
Jeune Cinéma n°388-389, été 2018

Bergman. Une année dans une vie (Bergman - Ett ar, ett liv). Réal : Jane Magnusson ; ph : Emil Klang ; mont : Hanna Lejonqvist, Kalle Lindberg & Orvar Anklew ; mu ; Jonas Beckman & Lars Kumlin (Suède-Norvège, 2018, 117 mn). Documentaire.



Revue Jeune Cinéma - Contacts