home > Films > Âmes mortes (les) (2018)
Âmes mortes (les) (2018)
de Wang Bing
publié le mercredi 24 octobre 2018

par Lucien Logette

Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018

Sélection officielle Hors compétition au Festival de Cannes 2018

Sortie le mercredi 24 octobre 2018

JPEG - 124.7 ko

 


On s’étonne que Wang tourne aussi rapidement des films aussi démesurés.
Mais l’essentiel de ces huit heures et quelque de documents a été filmé en 2005 et les plans tournés en 2016 et 2017 représentent moins d’une demi-heure - et sont d’ailleurs les moins intéressants : impossible de croire que les crânes aussi artistiquement disposés dans le paysage du désert de Gobi viennent d’être découverts par hasard.

JPEG - 122.7 ko

 

JPEG - 126.3 ko

 

Le reste est constitué de témoignages recueillis, en 2005, auprès des derniers survivants (tous sont morts depuis) du camp de rééducation de Mingshui à l’usage des "ultra-droitiers", de 1956 à 1961.

JPEG - 147.6 ko

 

JPEG - 172.2 ko

 

JPEG - 90.5 ko

 

La répression sous Mao n’est plus une révélation. Simon Leys a depuis longtemps dévoilé les dessous des Cent Fleurs et du Grand Bond en avant. C’est bien de voir ces octogénaires égrener leurs souvenirs d’enfer - on éprouve le même effroi écœuré que devant Shoah, en les écoutant évoquer la survie, la nourriture comme seule obsession, la mort quotidienne, etc.
D’autant que l’accusation d’être droitier ne reposait souvent sur rien d’autre qu’une plaisanterie, un bavardage ou une dénonciation jalouse, comme jadis dans les temps staliniens.

JPEG - 111.1 ko

 

Tout cela est évidemment fort intéressant.
Le problème est celui de la longueur : le film pourrait durer trois heures de moins ou six heures de plus qu’il parviendrait au même résultat : la dénonciation d’un scandale historique.
Au bout de trois témoignages, on sait déjà (presque) tout sur l’arbitraire et les conditions de survie et les redites inévitables sont multiples (sur les abris troglodytiques, la discipline, les rapports à la famille).

JPEG - 146.9 ko

 

Restent certes les caractères particuliers de chacun (la veuve de l’ultime entretien est remarquable).
Mais le filmage immobile à la Lanzmann n’en fait pas une œuvre très facile d’accès. L’édition en DVD s’avère nécessaire.

Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 388-389, été 2018

Les Âmes mortes (Dead Souls). Réal, sc, ph : Wang Bing ; mont : Catherine Rascon (France-Chine, 2018, 496 mn). Documentaire.



Revue Jeune Cinéma - Contacts