home > Films > Soleil Ô (1967)
Soleil Ô (1967)
de Med Hondo
publié le dimanche 3 mars 2019

par Jean Delmas
Jeune Cinéma n° 67, décembre 1972

Sélection de la Semaine de la critique au Festival de Cannes 1970
Léopard d’or au Festival de Locarno 1970

Sortie le jeudi 4 janvier 1973

JPEG - 332.1 ko

 


Il n’est pas encore possible de savoir si Soleil Ô sera apparu à l’écran quand paraîtra cette revue. (1)
Mais nous ne voudrions pas laisser le film sortir sans dire combien nous sommes heureux que la Semaine, programmée par Positif, lui donne enfin sa chance. (2)

JPEG - 226.6 ko

 

Réalisé en France par Med Hondo et les acteurs de théâtre noirs fixés à Paris, Soleil Ô paraît le film qui, jusqu’à maintenant, exprime le mieux l’Afrique.
Est-ce paradoxal ? Pas tellement.

JPEG - 348.5 ko

 

L’éloignement, la nostalgie du pays, l’identité qui se confirme face à d’autres (nous autres) qui sont différents et se jugent supérieurs, doivent logiquement renforcer, non pas un africanisme archaïque et verbal que Med Hondo refuse, mais une africanité globale (aussi bien, les acteurs proviennent de tous les coins du monde noir) aucunement anecdotique. Et l’exil doit favoriser aussi le côté visionnaire que développent certaines parties du film.

JPEG - 376.4 ko

 

JPEG - 201.2 ko

 

Mais, en outre, ce film est un regard sur nous dont nous avons besoin.
Un regard fier, un peu âpre quelquefois, mais nuancé par l’humour, sur notre comportement à l’égard des Noirs dans la vie de tous les jours à Paris.

JPEG - 345.7 ko

 

Un regard, aussi, sur notre civilisation de gaspillage, juste, et d’autant plus perçant qu’il vient d’hommes que leurs origines rattachent aux domaines de notre pillage.
Et, avant ce pillage, à une sagesse, une intimité dans les rapports avec la nature que nous n’avons guère connue à ce point dans toute notre histoire.

JPEG - 412.4 ko

 

Il n’est pas sûr que, dans son mode d’expression très personnel, Soleil Ô plaise à tout le monde. Mais il est sûr qu’on doit le voir si on s’intéresse soit au destin de l’Afrique, soit au cinéma.

Jean Delmas
Jeune Cinéma n° 67, décembre 1972

1. Le film avait été vu au Festival de Cannes en 1970, ce numéro de Jeune Cinéma date de décembre 1972, le film est sorti en salle au début du mois de janvier 1973.

2. Le tournage de Soleil Ô a été commencé en 1965 et terminé en 1967.

Cf. les entretiens avec Med Hondo : avec Jean Delmas, à propos de Soleil Ô, in Jeune Cinéma n°48 de juin 1970 ; avec Noureddine Ghali, à propos de Les Bicots-nègres, nos voisins, in Jeune Cinéma n°81 de septembre 1974 ; avec Madeleine Dura, à propos de West Indies, in Jeune Cinéma n°121 de septembre 1979.


Soleil Ô. Réal, sc : Med Hondo ; ph : François Catonné, Jean-Claude Rahaga ; mont : Michèle Masnier, Clément Menuet ; mu : George Anderson. Int : Robert Liensol, Théo Légitimus, Gabriel Glissant, Mabousso Lo, Bernard Fresson, Gilles Ségal (France-Mauritanie, 1967, 98 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts