home > Unes du site Jeune Cinéma > JC n°392-393 - février 2019

JC n°392-393 - février 2019

publié le dimanche 3 mars 2019
JPEG - 222.5 ko
JPEG - 221.8 ko

JEUNE CINÉMA n°392-393, février 2019

Couverture :
Denzel Washington, Flight de Robert Zemeckis (2012)

Quatrième de couverture :
In Memoriam Bernardo Bertolucci (1941-2018)
Liv Tyler, Stealing Beauty de Bernardo Bertolucci (1995)

Abonnez-vous, réabonnez-vous !
La revue refuse la publicité et ne vit que grâce à ses abonnés.



ÉDITO JC n° 392-393, février 2019

 

Dans quelques jours, la grande famille du cinéma français va se réunir pour la grande fête qui récompensera les grands films de l’an écoulé, et même celui qui aura obtenu le plus grand succès (après Dany Boon, les Tuche, bien plus sympathiques).
Restons dans la grandeur : quoiqu’en baisse, le nombre de spectateurs (plus de deux cents millions) conserve à la France le record d’entrées en Europe et c’est tant mieux. Chacun, lors de la soirée des César, se félicitera donc de la bonne santé du cinéma national. Il faut serrer les rangs. (1)

Mais si l’on passe du quantitatif au qualitatif, le bilan s’avère moins triomphant.
Prix Louis-Delluc à Plaire, aimer et courir vite, dix nominations aux César pour Le Grand Bain  : même si le premier est un film supportable (ce qui n’a pas toujours été le cas avec Christophe Honoré) et le second une comédie de bon niveau, on a du mal à penser qu’ils marqueront l’histoire du cinéma français. La Douleur, battu sur le fil au Delluc ? Emmanuel Finkiel a signé un très beau film, son meilleur à ce jour, mais, malgré l’ombre de Duras, ce n’est pas Hiroshima mon amour.
Le reste à l’avenant.

Si le niveau moyen des cent quatre-vingt-neuf titres français vus en 2018 est correct, et les premiers films nombreux, les émotions marquantes ont été rares.
Apparemment, nous ne sommes pas les seuls à éprouver ce manque : dans Positif 696 (bientôt le champagne !), Michel Ciment, parmi ses douze films de l’année, ne retient qu’un seul français, La Douleur - rappelons qu’il s’agit d’une production 2017, sortie en janvier 2018.
Mais ce n’est rien, le prochain millésime sera fastueux. (2)

Ce n’est pas l’adjectif qui convient pour évoquer l’état des revues de cinéma.

Après bien des hésitations, Les Fiches du cinéma, la plus ancienne (née en 1934), a cessé son édition papier pour ne plus figurer que sur Internet. L’Annuel, l’ouvrage le plus nécessaire du marché, continuera heureusement son aventure en volume.

Quant aux Cahiers du cinéma, on recherche un acquéreur, l’éditeur actuel ne trouvant pas le périodique assez rentable. (3) On attend la suite.

En revanche, on ne peut qu’admirer les promoteurs de Revus & corrigés (deux numéros depuis l’été 2018), qui ne traite (et le fait bien) que de "l’actualité du patrimoine" : lancer une revue sur un territoire aussi étroit est une gageure, que l’on souhaite voir tenue.

Cette actualité du patrimoine sera bientôt multipliée, puisque Toute la mémoire du monde, le festival international du film restauré organisé par la Cinémathèque française, va rassembler à Paris, du 13 au 17 mars 2019, tous les amateurs de films vieillis en fûts.
Ce n’est pas aussi gargantuesque que Il Cinema Ritrovato de Bologne, pas aussi pointu que les Giornati del cinema muto de Pordenone, pas aussi populaire que le Festival Lumière de Lyon, mais la programmation de cette 7e édition promet quelques moments choisis.
On se passerait bien du parrainage de Nicolas Winding Refn, dont ce que l’on connaît de sa collection de mauvais films ne nous a que rarement convaincus. Mais retrouver Jerzy Skolimowski est plaisant, même si cela nous donne un sérieux coup de vieux - Jeune Cinéma fut la première revue a publier un entretien avec lui (n° 1, automne 1964).

Les trois sections qui nous intéressent le plus sont : Restaurations et incunables (dont un Vertov inconnu et deux films de Maurice Mariaud) (4), Trésors du MOMA (qui mêle Ford, Herbert Kline et Warhol) et surtout, les neuf titres de Cinéma muet d’Amérique latine, à la Fondation Seydoux-Pathé. De quoi patienter jusqu’à Cannes Classics.

Car les derniers feux de Berlin éteints, le 72e festival de Cannes apparaît déjà à l’horizon, On ne commentera pas le palmarès de la Berlinale, laissant l’affaire à nos envoyés spéciaux. Notons seulement que les principaux cinéastes primés, Nadav Lapid, François Ozon, Angela Schanelec, Wang Xiaoshuai, nous sont familiers, ce qui n’est pas toujours le cas avec les Ours.
Quant à Cannes, les noms qui courent dans les ruelles et sur la Toile laissent présager une décade de haute volée - tout en sachant qu’un nom ne fait pas un film, comme on a pu maintes fois s’en apercevoir. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir dans le prochain numéro, juste après l’annonce de la sélection, fin avril 2019.

Cette date correspondra à la commémoration désormais officielle du génocide arménien - toutes les initiatives gouvernementales ne sont donc pas contestables.
L’occasion pour nous d’évoquer le coffret que viennent de sortir les éditions Montparnasse, Arménie, comprenant quatre DVD et une quinzaine de titres signés Jacques Kebadian, Serge Avedikian et Lévon Minasian, en tout un peu plus de dix heures de projection consacrées à la mémoire arménienne.

Quelques lignes encore pour saluer la parution récente de deux œuvres de Olivier Smolders : un livre, Nosferatu, Contre Dracula (Les impressions nouvelles) et un film, Axolotl, prévu sur Arte. On sait l’importance, à nos yeux, de ce cinéaste-écrivain-et-bien-d’autres-choses-encore, dont la production, depuis l’entretien qu’il nous avait accordés en décembre 2008 (Jeune Cinéma n° 321), n’a cessé de nous surprendre. Le n° 394, décidément fort chargé, tentera de faire le point sur son activité multiforme.
Il fallait bien un numéro double pour tenir jusqu’au printemps. Le voici.

Lucien Logette

1. La 44e cérémonie des César a eu lieu le 22 février 2019.

2. Michel Ciment vient de publier, chez Gallimard, Une vie de cinéma, retour sur les cinq dernières décennies, avec des textes parus dans Positif, mais également dans L’Express et dans des catalogues de festivals. Compte rendu dans notre prochain numéro.

3. Notons que, pour les Cahiers, les deux meilleurs films de 2018 sont français : Les Garçons sauvages de Bertrand Mandico et Coincoin et les z’inhumains de Bruno Dumont. No comment.

4. L’AFRHC vient de publier un ouvrage remarquable (+ un DVD) sur ce cinéaste oublié. Critique dans le n° 394 de Jeune Cinéma.



SOMMAIRE JC n°392-393, février 2019

 

Du monde entier
 

* Denzel Washington : le premier, le dernier, par Jérôme Fabre.

* Toshiro Mifune, acteur, par Andrea Grunert.

* Mifune, le dernier samouraï, par Lucien Logette.

* Dictionnaire des acteurs japonais, par Lucien Logette.

Cinéma français
 

* René Féret II. Itinéraire d’un franc-tireur, par Lucien Logette.

* Yannick Bellon, une vie en cinéma, par Lucien Logette.

Entretien
 

* Rencontre avec Yves Deschamps. À propos d’Orson Welles et de The Other Side of the Wind, par Nicole Gabriel & Nicolas Villodre.

Patrimoine
 

* Carl Lemmle, l’Universel, par Nicole Gabriel.

* André De Toth, deux fois, par Alain Pailler.

* Grandes et petites énigmes du cinéma muet X.

* Sternberg, Chaplin et La Mouette, par Vincent Pinel.

* Inferno 17 : La beauté du geste, par Jean-Paul Combe & Vincent Heristchi.

DVD
 

* Glanures, de Georges Méliès à Nurith Aviv, par Philippe Roger.

* Gérard Mordillat, Mélancolie ouvrière (2018), par Anne Vignaux-Laurent.

* Olivier Cossu, Un homme est mort (2017), par Robert Grélier.

* Charles de Meaux, Le Portrait interdit (2017), par Gisèle Breteau Skira.

* Thomas Vinterberg, Festen (1998), par Robert Grélier.

Cinéma et littérature
 

* Toute la mémoire du surréalisme VIII. Dora Maar, par Robert Grélier.

Actualités
 

* Capri-Révolution, par Bernard Nave.

* Les Étendues imaginaires, par Gisèle Breteau Skira.

* Les Drapeaux de papier, par Laetitia Kulyk.

* Green Book, par Bernard Nave.

* La Liberté, par Jean-Max Méjean.

* Lune de miel, par Laetitia Kulyk.

* Nos vies formidables, par Laetitia Kulyk.

* Ray & Liz, par Gisèle Breteau Skira.

* Rencontrer mon père, par Jean-Max Méjean.

* Si Beale Street pouvait parler, par Bernard Nave.

* Wardi, par Claudine Castel.

* Les Recrues, par Jean-Max Méjean.

* Maguy Marin. L’urgence d’agir, par Nicolas Villodre.

Photographie
 

* Chris Marker, Coréennes, par Robert Grélier.

* Vincent Jacques, éd., Chris Marker. Photographie, par Robert Grélier.

Livres
 

* François Albera, Antonio Somaini & Irina Tcherneva, éd., Dziga Vertov, Le Ciné-œil de la Révolution. Écrits sur le cinéma, par Lucien Logette.

* Laurent de Sutter, Jack Sparrow. Manifeste pour une linguistique pirate, par lucien Logette.

* André Bazin, Écrits complets, par Philippe Roger.

* Hervé Joubert-Laurencin & Marianne Dautrey, Bazin Roman, par Philippe Roger.

* N.T. Binh & Frédéric Sojcher, éds., Écrire un film. Scénaristes et cinéastes au travail, par Gisèle Breteau Skira

Nécrologie
 

* Bernardo Bertolucci (1941-2019), par Enrico Gheller.

Humeurs
 

* Chroniques, de mémoire, littéraires, par Bernard Chardère.

* Les archives à l’encan, par Bernard Chardère.

* Trop de cinéma, par Bernard Chardère.

JEUNE CINÉMA n°392-393, février 2019.



Revue Jeune Cinéma - Contacts