home > Films > Mon meilleur ami (2018)
Mon meilleur ami (2018)
de Martin Deus
publié le mercredi 27 mars 2019

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection du Festival de San Sebastian 2018

Sortie le mercredi 27 mars 2019

JPEG - 152.9 ko

 


Mon meilleur ami conte l’amitié entre un garçon viril et un autre un peu plus tendre. Lorenzo est un adolescent gentil et studieux, qui vit dans une petite ville de Patagonie, entouré de parents aimants et d’un petit frère, sans problèmes particuliers ni orage à l’horizon. Il a même trouvé une petite amie.

JPEG - 150.5 ko

 

Mais débarque un jour Caito, d’un an son aîné, fils à problèmes d’un ami de son père, qu’il a déjà rencontré plus jeune. Avec sa belle gueule d’ange déchu et ses airs de tombeur de filles, Caito va semer le trouble dans la vie et l’âme de Lorenzo.
Le plus macho des deux peut être le plus faible, comme c’est le cas pour Caito, qui séduit justement Lorenzo lorsqu’il montre ses faiblesses et non pas ses biceps. Le film se présente comme un tableau de la confusion des sentiments et de l’âge des (im)possibles. Ce qu’il donne à voir aussi, et de façon très discrète et pudique, c’est l’extrême solitude du sentiment amoureux, qu’il soit "déviant" ou hétérosexuel.

JPEG - 140.7 ko

 

Le jeune Lorenzo, lorsqu’il découvre l’attirance qu’il éprouve pour Caito, est confronté au premier ouragan qui le détruit lentement, parce qu’il ne peut se confier ni à celui pour lequel il brûle de désir ou d’amitié amoureuse (on ne saura jamais), ni à sa mère qui pourtant a tout compris, mais ne dit rien, ou le dit très maladroitement. Nous sommes là dans la solitude de l’adolescence qui doit faire seule l’expérience de la vie et des sentiments.

JPEG - 504.3 ko

 

Le premier film de fiction de Martin Deus (il a étudié le cinéma à Cuba et réalisé cinq courts et un documentaire en 2002) a obtenu le Prix Cannes Écrans Juniors.
L’auteur, à 38 ans, demeure fasciné par l’adolescence "cet âge où tout est à découvrir, où beaucoup de choses ne sont pas encore définies, notamment en ce qui concerne les émotions." Si son film est réussi, c’est parce qu’il parvient, de façon impressionniste, à jouer sur le trouble qui peut naître entre deux garçons, et le jeu qui s’opère, entre désir et douleur.

JPEG - 168 ko

 

La photographie due à Sebastiàn Gallo joue un rôle important et parvient à donner des couleurs presque chaudes à cette région de Patagonie réputée pour sa froideur et son aspect désertique.
Un tel film pourrait-il faire évoluer les mentalités dans une Argentine réputée machiste ? On souhaiterait le croire. Au moins, il a été soutenu dans son pays par des personnes hétérosexuelles, ce qui est un début.

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe


Mon meilleur ami (Mi mejor amigo). Réal, sc : Martin Deus ; ph : Sebastian Gallo ; mont : Alberto Ponce ; mu : Mariano Barella. Int : Angelo Mutti Spinetta, Lautaro Rodriguez, Mariana Anghileri (Argentine, 2018, 90 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts