home > Films > Traître (le) (2019)
Traître (le) (2019)
de Marco Bellocchio
publié le mercredi 30 octobre 2019

par Bernard Nave
Jeune Cinéma n°395, été 2019

Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2019

Sortie le mercredi 30 octobre 2019

JPEG - 120.6 ko

 


Depuis quelques années, Marco Bellocchio parcourt l’histoire de l’Italie d’un regard pénétrant et intransigeant. Avec Il traditore, ce sont les années des maxi-procès contre la Mafia initiés dans les années 80 par le juge Falcone (auquel le film est dédié).

JPEG - 243 ko

 

C’est le moment où la Mafia sicilienne se divise en deux clans rivaux, avec la montée en puissance du trafic de la drogue et l’opposition entre la vieille garde, représentée par Tommaso Buscetta et le clan de Corleone, dirigé avec brutalité par Toto Riina.
Le premier finit par s’exiler au Brésil pour vivre dans le luxe jusqu’au jour où il extradé.

JPEG - 252 ko

 

JPEG - 213.3 ko

 

De retour en Italie, il entre en contact avec le juge Falcone et décide de collaborer pour dénoncer ses adversaires. Ce qui conduit à l’arrestation de nombre d’entre eux, mais aussi à l’assassinat du magistrat.

JPEG - 213.6 ko

 

Bellocchio ne cherche pas à faire un nouveau film sur la Mafia, rien à voir avec les grands films du genre. Certaines scènes en ont toutefois la force, en particulier au début, même si la violence est tenue en partie à distance. Impossible de ne pas montrer les fusillades sauvages. La belle musique de Nicola Piovani imprime des élans opératiques qui ne sont pas sans rappeler celle de Nino Rota chez Coppola dans la scansion du drame. (1)

JPEG - 199.2 ko

 

Le film s’ancre dans la réalité historique, celle que nous avons pu appréhender à l’époque. Il traditore fourmille en informations plus secrètes, par exemple sur la relation entre Falcone et Buscetta. L’imbrication entre le factuel et le fictionnel fonctionne avec une grande efficacité. C’est particulièrement patent dans les scènes de procès conduites avec une extrême précision, gérant une multitude de personnages.

JPEG - 259.8 ko

 

JPEG - 161 ko

 

Il ne fallait pas se perdre dans les méandres d’un scénario aussi foisonnant.
Grâce à un rythme soutenu, le spectateur est happé dans ce tourbillon inscrit entre deux scènes de bal. La direction d’acteurs fait vivre les personnages non dans un souci de ressemblance, mais dans de véritables créations, comme celles de Pierfrancesco Favino (enfin révélé en France) en Buscetta et celle de Luigi Lo Cascio en Contorno, extraordinaire de vérité avec son accent palermitain.

Bernard Nave
Jeune Cinéma n°395, été 2019

1. Nino Rota (1911-1979) a commencé à composer pour le cinéma en 1933, avec les films de Raffaelo Matarazzo (1909-1966). Il est surtout connu pour sa longue collaboration avec Federico Fellini (1920-1993). Pour Francis Ford Coppola (né en 1939), il a composé la musique du Parrain (The Godfather, 1972) et a participé, avec Carmine Coppola, à la musique du Parrain II (1974) et du Parrain III (1990).


Le Traître (Il traditore). Réal, sc : Marco Bellocchio ; sc : Ludovica Rampoldi, Valia Satella, Franceso Piccolo ; ph : Vladan Radovic ; mont : Francesca Calvelli ; mu : Nicola Piovani. Int : Pierfrancesco Favino, Luigi Lo Cascio, Maria Fernada Candido, Fausto Russo Alesi, Nicola Cali (Italie, 2019, 145 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts