home > Films > Historia del miedo (2014)
Historia del miedo (2014)
de Benjamin Naishtat
publié le jeudi 6 novembre 2014

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection de la 64e Berlinale

Sortie mercredi 5 novembre 2014

JPEG - 125.5 ko

D’abord d’étranges couleurs sur les choses, des tons fanés, des teintes légèrement obscurcies. Un homme joue au ballon avec son fils sur un vaste champ, tout semble normal et pourtant une atmosphère mystérieuse et lourde les entoure.
Nous sommes en Argentine, dans une banlieue riche de Buenos-Aires, pavillons avec piscine, et à proximité un campement de sans-abri au milieu d’immondices, séparé par de hauts grillages.

JPEG - 52.5 ko

Par une succession de saynètes incongrues, Benjamin Naishtat fabrique une histoire de la peur, la peur contemporaine qui veille sur le quotidien sécuritaire permanent.
Fantasmée ou réelle, née de situations menaçantes et banales, cette peur fabrique une paranoïa : la singulière danse d’un adolescent au restaurant, le déclenchement inopiné d’une alarme, l’apparition d’un personnage entièrement nu au péage d’une autoroute, jusqu’à l’angoisse profonde de la plongée des personnages dans le noir total. Ces phénomènes fortuits ou provoqués ne sont pas moins inquiétants.

Le réalisateur vient de Buenos-Aires où il a commencé ses études, qu’il a terminé en France, au Fresnoy. Ceci explique cela.
Il réalise un premier long métrage d’une rigueur de construction exemplaire. Un sens de l’image et un rapport au son, notamment dans l’utilisation du hors-champ, insufflant au film un sentiment d’incertain, de flottement et d’instabilité ; une invention scénaristique, un propos sous-tendu par un humour et un penchant pour le fantastique, le tout baigné d’une radicalité et d’un goût pour le photogramme, allusion finale à l’œuvre de Bruce Nauman.

Un film difficile d’accès, habité d’une force cinématographique réelle. Benjamin Naishtat fait des images nécessaires, soigne chaque plan, et n’hésite pas devant le mélange des genres, ni devant la radicalité du propos esthétique.

Historia del miedo l’inscrit d’emblée sur la liste des jeunes réalisateurs prometteurs.

Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe (5 novembre 2014)

Historia del miedo (Histoire de la peur). Réal, sc : Benjamin Naishtat ; ph : Soledad Rodriguez ; mont : Frenbando Epstein, Andrès Quaranta. Int : Jonathan Da Rosa, Tatiana Gimenez, Mirella Pascual, Claudia Cantero (Arg/F/D/Uru/Qatar, 2014, 79 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts