home > Documentation > Filmographies > Filmographie Viol
Filmographie Viol
20e-21e siècles
publié le jeudi 28 janvier 2021
JPEG - 282.6 ko

 

Le viol étant "normal", dans les civilisations humaines que nous connaissons, de la défloration morphologique au droit de cuissage social, en passant par la symbolisation mythifiée dans la peinture et la sculpture classiques (Giambologna, Poussin, Boucher, Fragonard, Langlois...) et l’outil de domination par excellence, notamment en temps de guerre, il a mis du temps à parvenir au statut de ressort dramatique dans les représentations filmiques....


.... Dans le cinéma américain, le Code Hays (1930-1966) veillait au grain, c’était aussi irreprésentable qu’un lit non-conjugal d’amants consentants. Anatomy of a Murder de Otto Preminger (1959), qui évoquait juste sa possibilité, fut considéré comme scandaleux et censuré. L’année suivante, en Europe, on parla beaucoup de la scène de viol dans La Source de Ingmar Bergman (1960).
Plus tard, au fur et à mesure de la "libération" des mœurs et du spectacle, il a nourri ou décoré un nombre incroyable de films.
Le viol est maintenant largement utilisé comme sujet dans les fictions polars, dans les séries populaires, et/ou comme images choc dans les films gore et joyeusement intégré au genre "Torture porn". Il fait même l’objet d’un sous-genre : le "Rape and Revenge".
La notion de "culture du viol" est parfaitement pertinente dans le cas du cinéma.
Par ailleurs, il y a quelques documentaires.

Cette filmographie ne fait pas de distinction entre films, téléfilms et séries.
Elle contient aussi bien les films ayant le viol pour thème principal, ceux où il figure dans une scène, essentielle au récit ou pas, et ceux où le viol n’est qu’esquissé ou sous-entendu.
Elle ne prétend pas être exhaustive, elle est "en cours".
Par son agencement chronologique, elle pourrait être un des outils d’une analyse historique.


 

Prémices

 

* Chantage (Blackmail) de Alfred Hitchcock (1929).

* Autant en emporte le vent (Gone with the Wind) de Victor Fleming (1939).

* Rashōmon de Akira Kurosawa (1950).

* Outrage de Ida Lupino (1950).

* Coup de fouet en retour (Backlash) de John Sturges (1956).

* Autopsie d’un meurtre (Anatomy of a Murder) de Otto Preminger (1959).

* La Jument verte de Claude Autant-Lara (1959).

 

Années 1960

 

* La Ciociara de Vittorio De Sica (1960).
* La Jeune Fille (The Young One) de Luis Buñuel (1960).
* Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli) de Luchino Visconti (1960).
* La Source (Jungfrukällan) de Ingmar Bergman (1960).

* Ville sans pitié (Town Without Pity) de Gottfried Reinhardt (1961).

* Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird) de Robert Mulligan (1962).
* Les Nerfs à vif (Cape Fear) de J. Lee Thompsonen (1962). Avec remake : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Martin Scorsese (1991).
* Une histoire de Chine (Satan Never Sleeps) de Leo McCarey (1962).

* L’Outrage (The Outrage) de Martin Ritt (1964).

* Répulsion (Repulsion) de Roman Polanski (1965).

* La mort était au rendez-vous (Da uomo a uomo) de Giulio Petroni (1967).
* Pas de printemps pour Marnie (Marnie) de Alfred Hitchcock (1964).
* Le Viol de Jacques Doniol-Valcroze (1967).

* Il était une fois dans l’Ouest (C’era una volta il West) de Sergio Leone (1968).
* Rosemary’s Baby de Roman Polanski (1968).
* Le Viol d’une jeune fille douce de Gilles Carle (1968).

 

Années 1970

 

* O.K. de Michael Verhoeven (1970).
* Le Passager de la pluie de René Clément (1970).
* Soldat bleu (Soldier Blue) de Ralph Nelson (1970).

* Les Chiens de paille (Straw Dogs) de Sam Peckinpah (1971). Avec remake : Chiens de paille (Straw Dogs) de Rod Lurie (2011).
* Orange mécanique (A Clockwork Orange) de Stanley Kubrick (1971).

* Délivrance (Deliverance) de John Boorman (1972).
* Le Dernier Tango à Paris (Ultimo tango a Parigi) de Bernardo Bertolucci (1972).
* La Dernière Maison sur la gauche (The Last House on the Left) de Wes Craven (1972).
* La Femme scorpion (Joshū 701-gō : Sasori) de Shun’ya Itō (1972).
* The Offence de Sidney Lumet (1972).

* Serpico de Sidney Lumet (1973).
* Sourakh de Omar Khlifi (1973).

* Un justicier dans la ville (Death Wish) de Michael Winner (1974).

* L’Agression de Gérard Pirès (1975).
* Gina de Denys Arcand (1975).
* Salo ou les 120 journées de Sodome (Salò o le 120 giornate di Sodoma) de Pier Paolo Pasolini (1975).
* La Traque de Serge Leroy (1975).

* La Prison du viol (Jackson County Jail) de Michael Miller (1976).
* Viol et Châtiment (Lipstick) de Lamont Johnson (1976).

* L’Amour violé de Yannick Bellon (1977).
* Chasseur de vierges (Erosu gakuen : Kando batsugun) de Koretsugu Kurahara (1977).
* La Fièvre du samedi soir (Saturday Night Fever) de John Badham (1977).

* Œil pour œil (Day of the Woman) de Meir Zarchi (1978). Avec remake : I Spit on Your Grave (Je crache sur ta tombe) de Steven R. Monroe (2010). Et une suite : I Spit on Your Grave 2 de Steven R. Monroe (2013).

* Le Grand Embouteillage (L’Ingorgo : Una storia impossibile) de Luigi Comencini (1979).
* Mourir à tue-tête de Anne Claire Poirier (1979).

 

Années 1980

 

* Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato (1980).

* L’Ange de la vengeance (Ms.45) de Abel Ferrara (1981).
* Appels au meurtre (Eyes of a Stranger) de Ken Wiederhorn (1981).
* Docteur Jekyll et les femmes de Walerian Borowczyk (1981).
* La Peau (La pelle) de Liliana Cavani (1981).

* L’Emprise (The Entity) de Sidney J. Furie (1982).

* Bad Boys de Rick Rosenthal (1983).
* L’Été meurtrier de Jean Becker (1983).
* Le Retour de l’inspecteur Harry (Sudden Impact) de Clint Eastwood (1983).

* L’Hôtel New Hampshire (The Hotel New Hampshire) de Tony Richardson (1984).
* Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America) de Sergio Leone (1984).

* A Certain Sacrifice de Stephen Jon Lewicki (1985).
* L’Année du dragon (Year of the Dragon) de Michael Cimino (1985).
* Requiem pour un massacre (Idi i smotri) de Elem Klimov (1985).

* Blue Velvet de David Lynch (1986).
* L’Homme de cendres de Nouri Bouzid (1986).
* Platoon de Oliver Stone (1986).

* La Passion Béatrice de Bertrand Tavernier (1987).

* Les Accusés (The Accused) de Jonathan Kaplan (1988).
* Zakhmi Aurat de Avtar Bhogal (1988).

* Outrages (Casualties of War) de Brian De Palma (1989).

 

Années 1990

 

* La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) de Volker Schlöndorff (1990).
* Singapore Sling de Nikos Nikolaidis (1990).

* J’embrasse pas de André Téchiné (1991).
* Thelma et Louise (Thelma and Louise) de Ridley Scott (1991).
* Twin Peaks de David Lynch (1991).

* Bad Lieutenant de Abel Ferrara (1992).

* Germinal de Claude Berri (1993).
* Kika de Pedro Almodóvar (1993).

* The Crow de Alex Proyas (1994).
* La Jeune Fille et la Mort (Death and the Maiden) de Roman Polanski (1994).
* Once Were Warriors de Lee Tamahori (1994).
* Pulp Fiction de Quentin Tarantino (1994).
* La Reine des bandits (Bandit Queen) de Shekhar Kapur (1994).
* Tueurs nés (Natural Born Killers) de Oliver Stone (1994).

* Kids de Larry Clark (1995).
* Showgirls de Paul Verhoeven (1995).
* Sleepers de Barry Levinson (1995).

* Le Droit de tuer ? (A Time to Kill) de Joel Schumacher (1996).

* Paradise Road de Bruce Beresford (1997).

* American History X de Tony Kaye (1998).
* Dil Se de Mani Ratnam (1998).
* Festen de Thomas Vinterberg (1998).
* Traps (Pasti, pasti, pastičky) de Věra Chytilová (1998).

* Boys Don’t Cry de Kimberly Peirce (1999).
* Le Déshonneur d’Élisabeth Campbell (The General’s Daughter) de Simon West (1999).
* La Ligne verte (The Green Mile) de Frank Darabont (1999).

 

Années 2000

 

* Baise-moi de Virginie Despentes & Coralie Trinh Thi (2000).
* Hollow Man (L’Homme sans ombre) de Paul Verhoeven (2000).
* Malèna de Giuseppe Tornatore (2000).
* T’aime de Patrick Sébastien (2000).

* Chaos de Coline Serreau (2001).
* Mystic River de Dennis Lehane (2001).
* Training Day de Antoine Fuqua (2001).

* La Cité de Dieu (Cidade de Deus) de Fernando Meirelles & Kátia Lund (2002).
* Irréversible de Gaspar Noé (2002).
* Parle avec elle (Hable con ella) de Pedro Almodóvar (2002).
* Vivante de Sandrine Ray (2002).

* Kill Bill 1 de Quentin Tarantino (2003).
* Memories of Murder (Salinui chueok) de Bong Joon-ho (2003).
* Monster de Patty Jenkins (2003).

* L’Effet papillon (The Butterfly Effect) de Eric Bress & J. Mackye Gruber (2004).
* Elles étaient cinq de Ghyslaine Côté (2004).
* La Mauvaise Éducation (La mala educación) de Pedro Almodovar (2004).
* Speak de Jessica Sharzer (2004).

* L’Affaire Josey Aimes (North Country) de Niki Caro (2005).

* Délivrez-nous du mal (Deliver Us from Evil) de Amy Berg (2006)
* Le Libre Arbitre (Der freie Wille) de Matthias Glasner (2006).
* Les Oubliées de Juarez (Bordertown) de Gregory Nava (2006).
* Tendresse du loup de Jilani Saadi (2006).
* V pour Vendetta (V for Vendetta) de James McTeigue (2006).

* Les Cerfs-volants de Kaboul (The Kite Runner) de Marc Forster (2007).
* Contre-enquête de Franck Mancuso (2007).
* Reviens-moi (Atonement) de Joe Wright (2007).
* Traque sanglante (Straightheads) de Dan Reed (2007).

* The Duchess de Saul Dibb (2008).
* Gutterballs de Ryan Nicholson (2008).
* Obéir (Käsky) de Aku Louhimies (2008).
* Quatre nuits avec Anna (Cztery noce z Anna) de Jerzy Skolimowski (2008).
* Zimbabwe de Darrell James Roodt (2008).

* City of Life and Death (Nanjing, Nanjing) de Lu Chuan (2009).
* Fausta (La teta asustada) de Claudia Llosa (2009).
* Katalin Varga de Peter Strickland (2009).
* Lovely Bones (The Lovely Bones) de Peter Jackson (2009).
* Millénium (Män som hatar kvinnor) de Niels Arden Oplev (2009).
* Que justice soit faite (Law Abiding Citizen) de F. Gary Gray (2009).
* Un viol de Marion Sarraut (2009).

 

Années 2010

 

* A Serbian Film de Srdjan Spasojevic (2010).
* Incendies de Denis Villeneuve (2010).
* J’ai rencontré le Diable (Ang-ma-reul bo-at-da) de Kim Jee-woon (2010).
* Raavan de Mani Ratnam (2010).
* Spartacus. Le Sang des gladiateurs (Spartacus : Blood and Sand) de Steven S. DeKnight (2010).
* Trust de David Schwimmer (2010).

* Les Crimes de Snowtown (Snowtown) de Justin Kurzel (2011).
* L’Enfance volée (Der Verdingbub) de Markus Imboden (2011).
* La piel que habito de Pedro Almodóvar (2011).
* Silenced (Do-ga-ni) de Hwang Dong-hyeok (2011).

* 38 témoins de Lucas Belvaux (2012).
* The Invisible War de Kirby Dick (2012).
* Rebelle de Kim Nguyen (2012).

* 12 Years a Slave de Steve McQueen (2013).
* Confusion Na Wa de Kenneth Gyang (2013).
* Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street) de Martin Scorsese (2013).
* Top of the Lake de Jane Campion & Garth Davis (2013).

* October 1 de Kunle Afolayan (2014).
* The Tribe (Plemya) de Myroslav Slaboshpytskiy (2014).

* The Gift de Joel Edgerton (2015).
* Huit Salopards (The Hateful Eight) de Quentin Tarantino (2015).
* India’s Daughter de Leslee Udwin (2015).
* Knock Knock de Eli Roth (2015).
* Paulina (La Patota) de Santiago Mitre (2015).
* The Revenant de Alejandro González Iñárritu (2015).
* Rider (River) de Jamie M. Dagg (2015).
* Room de Lenny Abrahamson (2015).
* Spotlight de Tom McCarthy (2015).

* Elle de Paul Verhoeven (2016).
* Les Innocentes de Anne Fontaine (2016).
* Je danserai si je veux (Bar Bahr) de Maysaloun Hamoud (2016).
* The Neon Demon de Nicolas Winding Refn (2016).
* Monstre sacré (National Treasure), mini-série de Jack Thorne & Marc Munden (2016).
* Nocturnal Animals de Tom Ford (2016).
* Pink de Aniruddha Roy Chowdhury (2016).

* A Cure for Life (A Cure for Wellness) de Gore Verbinski (2017).
* L’Amant double de François Ozon (2017).
* Au nom des femmes - Le combat de Judy Wood (Saint Judy) de Sean Hanish (2017).
* La Belle et la Meute (Aala Kaf Ifrit) de Kaouther Ben Hania (2017).
* Big Little Lies saison 1, mini série créée par David E. Kelley, réalisée par Jean-Marc Vallée (2017-2019).
* La Consolation de Magaly Richard-Serrano (2017).
* Gangsterdam de Romain Levy (2017).
* The Keepers de Ryan White (2017).
* Marlina, la tueuse en quatre actes (Marlina si Pembunuh dalam Empat Babak) de Mouly Surya (2017).
* Les Panneaux de la vengeance (Three Billboards Outside Ebbing, Missouri) de Martin McDonagh (2017).
* Parole contre parole de Didier Bivelsur (2017).
* Le Procès de l’innocence (Der Tod und das Mädchen - Van Leeuwens dritter Fall) de Hans Steinbichler (2017)
* Revenge de Coralie Fargeat (2017).
* La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) de Bruce Miller (2017).
* Sous influence (Apple Tree Yard) de Jessica Hobbs (2017).
* Three Girls de Philippa Lowthorpe (2017).
* Le Viol de Alain Tasma (2017).
* Wind River de Taylor Sheridan (2017).

* Les Chatouilles de Andréa Bescond & Éric Métayer (2018).
* Comme si de rien n’était (Alles ist gut) de Eva Trobisch (2018).
* Flower de Max Winkler (2018).
* Grâce à Dieu de François Ozon (2018).
* Kler (Clergé) de Wojciech Smarzowski (2018).
* Mélancolie ouvrière de Gérard Mordillat (2018).
* The Nightingale de Jennifer Kent (2018).
* Le Passé recomposé (The Tale) de Jennifer Fox (2018).
* The Perfection de Richard Shepard (2018).
* Rebelles de Allan Mauduit (2018).
* Red Sparrow de Francis Lawrence (2018).
* Si Beale Street pouvait parler (If Beale Street Could Talk) de Barry Jenkins (2018).
* Un amour impossible de Catherine Corsini (2018).

* L’Art du mensonge (The Good Liar) de Bill Condon (2019).
* Black Christmas de Sophia Takal (2019).
* Brooklyn Affairs (Motherless Brooklyn) de Edward Norton (2019).
* Claire Andrieux de Olivier Jahan (2019).
* La Communion (Corpus Christi) de Jan Komasa (2019).
* Dans leur regard (When They See Us) de Ava DuVernay (2019).
* Le lac aux oies sauvages (Nan Fang Che Zhan De Ju Hui) de Yi’nan Diao (2019).
* The Painted Bird de Václav Marhoul (2019).
* Quand sort la recluse de Josée Dayan (2019).
* Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église de Éric Quintin & Marie-Pierre Raimbault (2019).
* Le Tueur de l’ombre (Den som dræber - Fanget af mørket) série de Ina Bruhn (2019).
* Unbelievable de Michael Chabon, Susannah Grant & Ayelet Waldman (2019).

* Le Mensonge, mini-série, de Vincent Garenq (2020).



Revue Jeune Cinéma - Contacts