home > Personnalités > Blondeau, Pierre (1926-2020)
Blondeau, Pierre (1926-2020)
Brève
publié le mercredi 21 octobre 2020

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Abla 2020 (mercredi 21 octobre 2020)

JPEG - 242.2 ko

 


Mercredi 21 octobre 2020

 

Pierre Blondeau (1926-2020) est mort le 18 octobre 2020.

Dans la nébuleuse des cinéphiles historiques, son nom ne figure pas en haut de l’affiche.
Mais il est de ceux qui font partie de l’aristocratie du métier, avec un parcours classique à travers les univers de l’enseignement, de la politique et des arts.
Il fait partie de la liste des personnalités franc-comtoises établie par wikipédia.
Et il a l’honneur d’une entrée dans le Maitron.

JPEG - 315.7 ko

 

À Pontarlier, au ciné-club Jacques-Becker, on pleure le Président d’honneur de l’association fondatrice. Certains se souviennent même de
la première séance, en décembre 1960, au cinéma Olympia. Depuis 1979, les séances ont lieu au théâtre Bernard-Blier.


 

Il faut dire qu’il était devenu une figure légendaire.
Lui et sa femme Simone, avec une "belle équipe" de militants, avaient fondé le ciné-club en 1960, affilié à la Fédération française des ciné-clubs, et avaient accueilli, au long des années, tout le gratin de la profession.
En 1966, le ciné-club inaugura les Rencontres Internationales de cinéma, en présence de Joseph Losey qui présenta l’ensemble de son œuvre. Les rétrospectives étaient devenues annuelles et se succédèrent, à Pontarlier, Théo Angelopoulos, Elia Kazan, Dino Risi, Volker Schlöndorff, Ettore Scola, Bertrand Tavernier, Robert Guediguian, Bernard Blier, Marcello Mastroianni, Serge Reggiani... C’est Simone Blondeau, morte en 2015, qui se chargeait du catalogue. Elle disait : "Avoir Mastroianni dans sa cuisine, c’est pas rien".


 

Et puis, Pierre Blondeau était devenu aveugle. Mais il gardait en mémoire toutes les images accumulées au long des années, et pouvait continuer à présenter les films.
Pour ceux qu’il ne connaissait pas, c’est Simone qui, pendant les projections, lui murmurait doucement à l’oreille une sorte d’audio-description.

JPEG - 385.3 ko

 

Deux films leur ont été consacrés :

* Par les yeux de Simone de Marc Grün (2004).

JPEG - 274.3 ko

 

* Les Yeux de Simone de Jean-Louis Porchet (2009), présenté au Festival de Locarno, le 8 août 2009.

JPEG - 362.2 ko

 

Bonne lecture :

* Claude Carrez, Simone et Pierre Blondeau, les résistants francs-comtois du cinéma, Alter Editions, 2009.

JPEG - 162.9 ko

 



Revue Jeune Cinéma - Contacts