home > Personnalités > Lisi, Virna (1936-2014)
Lisi, Virna (1936-2014)
Une vie, une œuvre
publié le vendredi 19 décembre 2014

par Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 64.4 ko

Virna Lisi est morte hier, le 18 décembre 2014.

On l’avait un peu oubliée - vingt ans qu’on ne l’avait pas vue sur un écran français, depuis Les Cent et Une Nuits de M. Cinéma d’Agnès Varda, pas vraiment un grand souvenir.

La même année 1994, elle avait obtenu un prix d’interprétation à Cannes pour son rôle dans La Reine Margot, de Patrice Chéreau, doublé d’un César du second rôle (!) pour le même film.

JPEG - 77 ko

Ce fut le couronnement d’une carrière commencée en 1953, encore presque une adolescente (elle était née en 1936).
Carrière en zigzag : elle tourna beaucoup en France, mais Losey excepté (Eva, 1962), elle aurait mérité mieux que Maurice Labro (Coplan prend des risques, 1964), le Christian-Jaque de la fin (La Tulipe noire, 1964), Sergio Gobbi (trois films dont l’ineffable Les Galets d’Étretat, 1972), ou Henri Verneuil, période lourdingue (La 25e Heure, 1967 ou Le Serpent, 1973).

C’est dommage, car elle était éblouissante dans Ces messieurs dames de Pietro Germi, Palme d’or 1966.

Aussi éblouissante que dans le très agréable Comment tuer votre femme, signé Richard Quine, tourné l’année précédente, lors d’un passage éclair à Hollywood.

Quant au reste, on hésite.
Elle connut des succès en Italie - plusieurs David de Donatello, le César transalpin, plusieurs Ruban d’argent de la critique - pour des films inconnus ici, Sapore di mare de Carlo Vanzina (1983), I ragazzi di via Panisperna de Gianni Amelio (1988), ou Va dove ti porta il cuore de Cristina Comencini (1996).

Pour ce qu’on connaît, elle fut remarquable chez Liliana Cavani (Au-delà du bien et du mal, 1976) ou Alberto Lattuada (La Cigale, 1980).
Mais rien qui égale la Catherine de Médicis de Chéreau.

Retirée du grand écran, elle n’a jamais cessé de tourner pour le petit écran depuis 2001, téléfilms et mini-séries - on aimerait bien découvrir l’ex-bombe des années 60 transformée en Sœur Germania (Madre, aiutami, la série de Gianni Lepre (2014).

Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe (18 décembre 2014)

Revue Jeune Cinéma - Contacts