home > Films > Seize printemps (2020)
Seize printemps (2020)
de Suzanne Lindon
publié le mercredi 16 juin 2021

par Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection officielle du Festival de Cannes 2020 (label)

Sortie le mercredi 16 juin 2021

JPEG - 358.6 ko

 


Suzanne a 16 ans. Elle s’ennuie avec les gens de son âge. Tous les jours, en allant au lycée, elle passe devant un théâtre. Elle y rencontre un acteur, plus âgé qu’elle, avec qui elle sympathise et qui devient son obsession. Malgré leur différence d’âge, ils ne s’ennuient pas ensemble et tombent amoureux.

JPEG - 280.2 ko

 

Un premier film, sans être autobiographique, est toujours marqué d’un sceau personnel : la première œuvre doit certes à l’imaginaire mais aussi au cœur, même si l’expression n’en est pas forcément explicite. Suzanne Lindon n’a pas eu besoin d’aller chercher très loin dans son passé pour écrire Seize printemps, et, malgré ses 20 ans, elle n’a pas eu à composer beaucoup pour interpréter l’héroïne de son film. Mais qu’elle ait vécu ou non l’aventure qu’elle nous conte n’a guère d’importance. L’essentiel est qu’elle nous paraisse crédible, et elle l’est, superbement.

JPEG - 329.7 ko

 

JPEG - 217.5 ko

 

Ce n’est pourtant rien ou presque : un scénario qui tient en trois lignes, à peine. Une trajectoire quasi immobile entre un appartement familial et des parents complices, le chemin qui mène au lycée, la place Charles-Dullin avec son Théâtre de l’Atelier et la terrasse du café voisin. Plus quelques rues désertes, propices à une brève chorégraphie (sur une chanson de Christophe) pour exprimer le plaisir d’aimer. À partir de ces quelques éléments, Suzanne Lindon parvient à toucher juste et à nous tenir suspendus à des états d’âme qui n’ont pourtant rien d’étourdissant : une rencontre, quelques conversations, un sentiment qui s’éveille et s’épanouit, il nous semble avoir déjà vu ça plusieurs fois depuis 1895.

JPEG - 272.4 ko

 

Si le film est empreint d’un tel charme, c’est d’abord grâce à l’interprétation - la cinéaste elle-même -, jeune fille fragile et obstinée, tout droit sortie d’une nouvelle de Valéry Larbaud, d’un roman de Jean Giraudoux ou de Boris Vian (qu’elle lit le soir), et dont la cinégénie, cette qualité indéfinissable, illumine toutes les situations qu’elle traverse.

JPEG - 298 ko

 

La description de la relation amoureuse échappe aux clichés modernes tout en atteignant une belle intensité - le débordement physique se limite à un baiser dans le cou, suffisant pour exprimer le plus grand trouble…
Dans cette captation subtile d’un moment ténu, entre adolescence et jeunesse, s’expriment un ton, un souffle, une émotion. Seize printemps est une bulle que des regards trop perçants risquent de faire éclater, mais une bulle prometteuse : à 20 ans, Suzanne Lindon a le temps de son côté.

Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe


Seize printemps. Réal, sc : Suzanne Lindon ; ph : Jérémie Attard ; mont : Pascale Chavance ; mu : Vincent Delerm. Int : Suzanne Lindon, Arnaud Valois, Frédéric Pierrot, Florence Viala, Dominique Besnehard, Rebecca Marder, Philippe Uchan (France, 2020, 85 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts