home > Films > Guerre des boutons (la) (1962)
Guerre des boutons (la) (1962)
de Yves Robert
publié le mercredi 23 juin 2021

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Prix Jean Vigo 1962

Sorties les mercredis 18 avril 1962, 12 octobre 2011 et 23 juin 2021

JPEG - 292.1 ko

 


Yves Robert a porté à l’écran, en 1962, le roman de Louis Pergaud, publié cinquante ans plus tôt, La Guerre des boutons, lequel connut un succès considérable et durable dans les bibliothèques des écoles primaires, autorisant les élèves à enrichir leur vocabulaire argotique, surtout pour ce qui est des jurons et autres adjectifs... disqualificatifs.

JPEG - 248.9 ko

 

Une première adaptation avait été réalisée en 1936, par Jacques Daroy & Eugène Deslaw, sous le titre La Guerre des gosses, opus qui mit le pied à l’étrier à Charles Aznavour et contribua à la carrière précoce de Mouloudji, déjà aperçu dans Jenny de Marcel Carné. (1) Le roman étant tombé dans le domaine public, deux avatars sont apparus en 2011, à un mois d’intervalle, l’un signé Yann Samuell, l’autre Christophe Barratier. (2)

JPEG - 172.1 ko

 

Mais revenons à nos boutons. N’ayant trouvé ni producteur, ni distributeur, Yves Robert et sa femme, la comédienne Danièle Delorme, fondèrent leur propre société, La Guéville, pour pouvoir tourner un film auquel ils tenaient particulièrement. Cette maison passa un accord avec la Warner qui en assura une telle diffusion que le film connut à son tour un succès éclatant. Mis à part certains comédiens professionnels, Michel Galabru, Jacques Dufilho, Jean Richard, les principaux protagonistes, à savoir les enfants eux-mêmes, étaient de parfaits inconnus, des novices, des "modèles" - au sens bressonien du terme. On apprendra par la suite qu’y figurent deux petits-fils du photographe Jacques-Henri Lartigue, ni des enfants de la balle, comme put l’être Mouloudji, ni des apprentis comédiens.

JPEG - 108 ko

 

JPEG - 150.3 ko

 

JPEG - 119.4 ko

 

Pour ce qui est de la manière ou de la forme, Yves Robert semble avoir hésité entre tous les films ayant des enfants pour héros, depuis The Kid de Charles Chaplin (1921) jusqu’aux Quatre Cents Coups de François Truffaut (1959).
Mais son modèle a été plus probablement celui de Jeux interdits (1952), ce que tend à démontrer l’engagement, comme scénariste et dialoguiste, de François Boyer. (3)

JPEG - 243.8 ko

 

De fait, ses canailles ne sont pas vraiment des… cailleras. Plutôt des "cancres", au sens où l’entendait alors Jean-Charles, avec son livre qui se vendit comme petits pains cette même année, La Foire aux cancres. Qui dit cancres dit perles, mots d’auteurs, mots d’esprits - la notion de punchline n’étant pas d’usage courant à l’époque. On a tous en tête la réplique plusieurs fois réitérée de Tigibus : "Si j’aurais su, j’aurais pas venu", par ailleurs absente du roman.

JPEG - 112.4 ko

 

D’autre part, nos boutonneux ne contestent pas réellement l’ordre établi. Ils vivent en vase clos, la seule fillette admise dans leur groupe étant la copine du chef de bande, chargée du nettoyage et des travaux d’aiguille. Ils nous donnent l’impression de vouer un culte au chef - il est vrai que l’on était à l’ère de Mongénéral -, supportant sans broncher les torgnoles paternelles, réflexes d’autrefois qui seraient aujourd’hui condamnées comme de la maltraitance infantile.

JPEG - 216.4 ko

 

JPEG - 102.6 ko

 

Ceci dit, le rythme du montage que lui imprime Marie-Josèphe Yoyotte, la beauté des prises de vue en extérieur, le parti pris de comédie légère et l’énergie constamment déployée par les gosses, font du film un spectacle attachant.

Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

1. La Guerre des gosses, de Jacques Daroy & Eugène Deslaw est sorti en France en 1936, la même année que Jenny, et, aux USA, deux ans plus tard, en 1938.

2. La Guerre des boutons de Yann Samuell est sorti le 14 septembre 2011. La Nouvelle Guerre des boutons de Christophe Barratier est sorti le 21 septembre 2011. Les deux films ont été récompensés par le Gérard du plus mauvais film en 2012, ex-aequo. Les Gérard du cinéma, créés par Frédéric Royer, récompensaient les pires films et les pires acteurs du cinéma français avec un parpaing (2006-2012).

3. Le scénario de Jeux interdits de René Clément (1952), écrit par Pierre Bost & Jean Aurenche, est tiré d’un roman de François Boyer (1920-2003), Les Jeux inconnus, paru en 1947 aux Éditions de Minuit, et réédité chez Denoël en 1968, sous le titre Jeux interdits. Auteur de 6 romans (dont Bébert et l’omnibus adapté par Yves Robert en 1963, avec également le petit Martin Lartigue), François Boyer est surtout un scénariste (32 films de 1952 à 1983).


La Guerre des boutons. Réal : Yves Robert ; sc : Y.R & François Boyer, d’après le roman de Louis Pergaud (1912) ; ph : André Bac ; mont : Marie-Josèphe Yoyotte ; mu : José Berghmans. Int : André Treton, Michel Isella, Martin Lartigue, François Lartigue, Christophe Bourseiller, Jacques Dufilho, Michel Galabru, Jean Richard, Pierre Tchernia, Pierre Trabaud (France, 1962, 90 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts