Les Berceaux
Pour le plaisir des amateurs en ligne 13
publié le mercredi 31 décembre 2014

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 231.4 ko

 

Sully-Prudhomme (1839-1907) et Gabriel Fauré (1845-1924)


À chaque époque sa modernité.
Dans la deuxième moitié du 19e siècle, le Parnasse refusa les excès de lyrisme des romantiques, cultivant l’art pour l’art.

Est-ce que Clovis Trouille (1889-1975) fit autre chose ?

Sully-Prudhomme, premier prix Nobel de littérature en 1901, dreyfusard, et Fauré, un des plus grands compositeurs français, ces vieux messieurs très bien qui réussissent encore à nous émouvoir, c’est sympa.

Voici une vidéo moderne : (Isabelle Sacquet et Madoka Huitric).


 

Hommage aux contemporains, Jean Esptein (1897-1953) et Dimitri Kirsanoff (1899-1957) :

* Les Berceaux de Jean Epstein (1931).
Par "L. Gaudin de l’Opéra comique".
Vérification faite, pas de L. Gaudin à l’Opéra comique, mais André Gaudin (1902-1986). Prévert disait : "Rien n’est plus menteur qu’un générique".


 

* Les Berceaux de Dimitri Kirsanoff (1936).
Cinéphonie de Émile Vuillermoz 1878-1960, par Ninon Vallin (1886-1961).


 


Et pour fredonner sous la douche, voici les paroles :

Le long du quai, les grands vaisseaux,
Que la houle incline en silence,
Ne prennent pas garde aux berceaux,
Que la main des femmes balance.

Mais viendra le jour des adieux,
Car il faut que les femmes pleurent,
Et que les hommes curieux
Tentent les horizons qui leurrent !

Et ce jour-là les grands vaisseaux,
Fuyant le port qui diminue,
Sentent leur masse retenue
Par l’âme des lointains berceaux.

JPEG - 352.6 ko

 



Revue Jeune Cinéma - Contacts