home > Films > Marée noire, colère rouge (1978)
Marée noire, colère rouge (1978)
de René Vautier
publié le lundi 5 janvier 2015

Chronique de la lutte des Bretons contre le mazout de l’Amoco Cadiz.

par Robert Grélier
Jeune Cinéma n°333-334 automne 2010

DVD édité par la Cinémathèque de Bretagne

JPEG - 251.6 ko

On peut voir aussi le film sur Internet :
* épisode 1
* épisode 2.

La Cinémathèque de Bretagne ne se contente pas de collectionner et de restaurer tous les documents cinématographiques se rapportant à sa région, d’organiser des rétrospectives ici et là, mais son action mémoriale s’ouvre aujourd’hui à l’édition de DVD.

René Vautier, réalisateur breton, ne devait-il pas être l’un des premiers à entrer dans le panthéon de cette institution ?

Dès son ouverture, il a été l’un de ceux qui ont soutenu l’établissement, notamment en lui confiant la totalité de ses archives : films et rushes compris.

Le 7 novembre 2009, la Bretagne reconnaissante a même donné de son vivant le nom de René Vautier à l’une des rues de la ville de Chartres-de-Bretagne, dans le banlieue de Rennes.

Après la dernière plus grande catastrophe d’une marée noire sur les côtes américaines, le long métrage de Vautier est hélas toujours d’actualité, d’autant que l’on apprend, dans les compléments, le rôle joué par Marée noire, colère rouge auprès des victimes d’autres catastrophes postérieures à celle du supertanker l’Amoco Cadiz rapportée dans le film.

JPEG - 286.5 ko

En effet, projeté auprès des populations concernées, Espagnols, Inuits du Nord-Canada, le film a non seulement permis la mobilisation des riverains, pêcheurs, agriculteurs, citoyens et politiques, mais il a également servi de témoignage à l’égard des tribunaux, en instituant le principe pollueurs = payeurs.

Film militant, didactique, mais toujours politique, Marée noire, colère rouge est, comme nous y a habitué René Vautier depuis soixante ans, polémique.

Poil à gratter cinématographique, Vautier l’irremplaçable, l’unique, le franc-tireur du cinéma français a toujours fait œuvre utile.

Robert Grélier
Jeune Cinéma n°333-334 automne 2010

Revue Jeune Cinéma - Contacts