home > Films > Bad Luck Banging or Loony Porn (2021) I
Bad Luck Banging or Loony Porn (2021) I
de Radu Jude
publié le mercredi 15 décembre 2021

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n°412, décembre 2021

Sélection officielle de la Berlinale 2021. Ours d’or

Sortie le mercredi 15 décembre 2021

JPEG - 167.5 ko

 


Le cinéma roumain nous livre ici un film osé, hardi, culotté ou déculotté, c’est comme on veut, récompensé par l’Ours d’or de la 71e Berlinale. Mais attention, ce film n’est pas à mettre devant tous les yeux, les images du début sont carrément pornographiques, et la langue utilisée est pour le moins très crue. De quoi s’agit-il ? Emi, enseignante, voit sa carrière et sa réputation fort menacées après la diffusion sur Internet d’une sextape qu’elle a tournée avec son mari. Face aux parents d’élèves qui exigent son renvoi, Emi résiste, leur tient tête et en profite pour dénoncer les dangers et les dérives de notre société. Constitué de plusieurs parties, le film nous offre un florilège de citations qui déclinent les codes du sexe dans notre monde moderne, allant encore plus loin que Jean-Luc Godard.

JPEG - 110.7 ko

 

"Le film est né au fil de conversations avec des amis, déclare Radu Jude. À plusieurs reprises, nous avons longuement discuté de faits divers mettant en cause des professeurs expulsés de leurs écoles pour des motifs relevant de leur vie privée. Nos échanges étaient si animés que je me suis dit que c’était loin d’être un sujet banal ou superficiel. J’ai donc décidé d’en faire un film".

JPEG - 121.2 ko

 

Et ce film, le voici, qui, avec une maîtrise implacable et un sens magistral de l’image, met en scène l’obscène, l’invisible et le non-dit du désir dans une société déchirée entre le néopuritanisme et le laisser-aller dû aux médias modernes. C’est un torrent de boue qui n’épargne personne et cette professeure en fait les frais. Sa mise au ban de la société, son courage aussi nous éclairent mais, en même temps, posent les limites de la morale contemporaine - par-delà ou en-deçà du Bien et du Mal ?

JPEG - 156.9 ko

 

Le film met mal à l’aise, volontairement. Preuve du courage et de la bonne santé d’un cinéma roumain qui ose parler crûment des problèmes sociétaux. Bad Luck… va très loin, en se posant, dans toute sa (fausse) naïveté, comme un objet non pas de débat, mais d’observation. Que se passe-t-il dans le monde quand on dépasse les limites de l’intime ? "Qu’est-ce qui est obscène, et comment le définir ? demande Radu Jude. Nous sommes habitués à des actes qui sont parfois bien plus indécents que celui qui déclenche le scandale dans le film".

JPEG - 176.7 ko

 

Malgré toutes ses qualités, le film ne répond pourtant pas à une question qui s’appuie sur un des fondamentaux de notre monde moderne : l’exhibition des corps et des sentiments. Mais cette question nous hante toujours et mérite d’être posée : qu’est-ce qui pousse des gens "normaux" à mettre en scène et à diffuser sur les réseaux sociaux leurs moments d’intimité. Veulent-ils eux aussi correspondre à la prophétie warholienne qui ne pensait pas alors qu’on irait aussi loin dans l’exhibition… et jusqu’où ?

Jean-Mac Méjean
Jeune Cinéma n°412, décembre 2021


Bad Luck Banging or Looney Porn (Babardeala cu bucluc sau porno balamuc). Réal, sc : Radu Jude ; ph : Marius Panduru ; mont : Catalin Cristutiu ; mu : Jura Ferina & Pavao Miholjevic. Int : Katia Pascaru, Claudia Ieremia, Nicodim Ungureanu, Olimpia Malai (Roumanie, 2021, 106 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts