home > Films > Lamb (2021)
Lamb (2021)
de Valdimar Johannsson
publié le mercredi 29 décembre 2021

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 410-411, septembre 2021

Sélection officielle un Certain Regard au Festival de Cannes 2021.
Prix de l’originalité

Sortie le mercredi 29 décembre 2021

JPEG - 393 ko

 


Voici un film qui nous vient tout droit d’Islande, "petit pays de cinéma" selon Thierry Frémaux, et dont le rôle féminin a été pourtant confié à une interprète confirmée, la Suédoise Noomi Rapace. (1)
D’emblée, on est séduit par ce qu’on est en droit d’attendre d’un film nordique, des paysages splendides qui constituent le cadre dans lequel vit en solitaire un couple de fermiers, Maria et Ingvar, avec son troupeau de moutons.

JPEG - 406 ko

 

JPEG - 154 ko

 

JPEG - 133.4 ko

 

Ce qui gêne ici en revanche c’est l’absence de questionnement "ontologique" (osons le mot) dans le filmage de ces animaux, qui vont vite devenir les protagonistes les plus surprenants du film. Si on considère avec Gilles Deleuze que "le gros plan, c’est le visage", alors les plans rapprochés sur les ovins humanisent d’emblée l’animal. Un pas de plus est franchi alors que les deux fermiers n’ont rien de mieux à imaginer que d’élever un de leurs animaux nouveau-né comme un petit d’homme.

JPEG - 287.4 ko

 

JPEG - 197.9 ko

 

JPEG - 180.1 ko

 

Et l’on retrouve un peu plus tard notre mouton marchant sur deux pattes et vêtu d’une salopette... Signe des temps, sans doute, comme Titane, (2) Lamb invente à sa manière une nouvelle forme d’humanité (supposée viable), qui va d’ailleurs se heurter à l’inhumanité des humains.

JPEG - 340 ko

 

JPEG - 222.8 ko

 

Cette dernière se révèlera lors de l’arrivée d’un intrus, le propre frère d’Ingvar, plutôt entreprenant à l’égard de sa belle-sœur. Dès lors, comme dans un banal revenge movie, le film ne peut se conclure que dans la logique anthropomorphique qui a été la sienne : un retournement qui se veut surprenant, mais constitue la part la moins originale de l’apologue.

Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 410-411, septembre 2021

* Ne pas confondre avec Lamb de Yared Zeleke (2015), Jeune Cinéma n° 366-367, été 2015.

1. Noomi Rapace, née en 1979, a commencé par la télévision. Elle est surtout connue grâce à la saga familiale Millenium, qui lui a offert une célébrité mondiale : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes (Män som hatar kvinnor) de Niels Arden Oplev (2009), La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette (Flickan som lekte med elden) de Daniel Alfredson (2010), La Reine dans le palais des courants d’air (Luftslottet som sprängdes) de Daniel Alfredson (2010). Elle compte, à ce jour, une cinquantaine de films à son crédit.

2. Titane de Julia Ducournau (2021) a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes 2021.


Lamb (Dýrið). Réal : Valdimar Johannsson ; sc, dial : Valdimar Johannsson, Sjón Jóhannsson ; ph : Eli Arenson ; mont : Agnieszka Glinska ; mu : Porarinn Gudnason. Int : Noomi Rapace, Hilmir Snaer Gudnason, Björn Hlynur Haraldsson (Islande-Pologne-Suède, 2021, 106 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts