home > Films > Merveilles (les) (2014)
Merveilles (les) (2014)
de Alice Rohrwacher
publié le mercredi 11 février 2015

Grand Prix de la sélection officielle du festival de Cannes 2014

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 360, été 2014

Sortie le mercredi 11 février 2015

JPEG - 254.6 ko

Une place sur Terre.

Telle semblait être la préoccupation de quelques cinéastes cannois cette année, en phase avec le monde d’aujourd’hui.

Là où les frères Dardenne (Deux jours, une nuit) distinguent soigneusement la vocation de leur cinéma ("être à la place" de l’autre), et la vocation ultime du système capitaliste ("prendre la place" de son semblable, en l’occurrence un CDD), là où Rolf De Heer (Charlie’s Country) nous montre un Aborigène qui n’est nulle part à sa place, hormis peut-être dans ses propres souvenirs, Alice Rohrwacher, réalisatrice des Merveilles nous emmène "dans un paysage en transformation et à la rencontre d’une famille qui n’a pas de place".

Soit le père, la mère et les quatre filles, venus s’installer en dehors du monde, dans un village en Ombrie, afin d’y pratiquer l’apiculture.

JPEG - 351.5 ko

Cette communauté autarcique - et avant tout la fille aînée Gelsomina - va se trouver plus ou moins bouleversée par l’arrivée d’un petit délinquant et par le tournage du Village des merveilles, un jeu télévisé (animé par Monica Bellucci !), qui fait rêver les enfants.

Peu de choses nous sont dites de cette étrange famille, où le père parle français, italien et allemand, et pratique l’eschatologie.

Le film, délicat et fragile (comme on le dit souvent des œuvres qui n’emportent pas complètement l’adhésion) pointe le moment où la vieille utopie se retourne en quelque sorte contre elle-même : ce qui n’a effectivement "plus de lieu" (de place) pour exister, lorsque, aux derniers plans du film, la ferme délabrée apparaît vidée de ses occupants.

JPEG - 239.9 ko

Reste Gelsomina la magicienne, qui, de sa bouche fait sortir des abeilles et qui, de sa vie, fera sans doute son propre miel : l’imaginaire comme dernière forme possible d’autogestion ?

Le meraviglie (Les Merveilles). Réal, sc : Alice Rohrwacher ; ph : Hélène Louvart ; mont : Marco Spoletini ; mu : Piero Crucitti. Int : Alexandra Lungu, Sam Louvyck, Alba Rohrwacher, Sabine Timoteo, Agnese Graziani, Monica Bellucci (Italie-Suisse, 2014, 110 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts