Semaine du 11 au 17 avril 2015
publié le vendredi 10 avril 2015

Samedi 11 avril 2015

20.40 : Lulu, femme nue de Solveig Anspach (2013), OCS Max
Il y a un micro-univers Anspach, entre Montreuil et l’Islande, qui ne demande qu’à être partagé. Et Karin Viard est particulièrement bonne.

20.40 : Frozen River de Courtney Hunt (2008), OCS Choc
Grand Prix de Sundance en 2008, qui demeure un film unique et c’est bien dommage.

20.45 : Bienvenue au gîte de Claude Duty (2003), Ciné+Famiz
On aime bien l’auteur qui, après avoir brillé trente ans dans le court métrage, a signé trois longs tout à fait sympathiques, dont celui-ci. On n’est pas chez Lubitsch, mais qui vaut Lubitsch aujourd’hui ?

20.45 : Lune de miel de Michael Powell (1959), Ciné+Classic
Ce n’est pas le film de Powell que l’on préfère, mais pour les amateurs de danse classique, il y a Ludmilla Tchérina et Leonid Massine.

22.30 : Les Cicatrices de Dracula de Roy Ward Baker (1970), Ciné+Classic
Ce n’est pas non plus le film de Baker que l’on préfère, mais les secondes parties de soirée ne sont pas flamboyantes ce samedi. Alors…

Dimanche 12 avril 2015

20.40 : Le Magnifique de Philippe de Broca (1973), OCS Géants
La soirée manque de surprises, alors pourquoi ne pas revisiter les classiques, surtout lorsqu’ils sont dus à un cinéaste qu’il serait temps de réhabiliter (à quand une réédition des Caprices de Marie ?)

20.45 : Amitiés sincères de Stéphan Archinard & François Prévôt-Leygonie (2013), Ciné+Émotion
Un joli premier film dans la tradition classique des amitiés masculines qui résistent au temps. Ça tient mieux que ses équivalents signés Esposito. Lanvin, Anglade et Yordanoff assurent comme des chefs - et le 14e arrondissement est bien filmé.

00.15 : La femme qui faillit être lynchée d’Allan Dwan (1953), France 3
Le deuxième titre de l’hommage à Dwan proposé par Patrick Brion. Avec Joan Leslie, mais surtout Audrey Totter, beaucoup plus intéressante, comme d’habitude.

00.30 : Les Cheveux d’or d’Alfred Hitchcock (1926), TCM
On n’a pas si souvent l’occasion de redécouvrir la préhistoire de sir Alfred…

Lundi 13 avril 2015

20.40 : Far North d’Asif Kapadia (2007), OCS Choc
Pour ceux que Jack London et James-Oliver Curwood font encore rêver. Michelle Yeoh et une magnifique histoire de vengeance dans la toundra ; une des plus belles séquences de dépeçage que l’on connaisse.

20.45 : Blocus de William Dieterle (1938), Ciné+Classic
Le premier film de fiction US sur la guerre d’Espagne, et du bon côté. Il nous semble bien que la sortie du film n’avait pas été autorisée en France à l’époque. On va vérifier dans la biographie d’Hervé Dumont.

21.00 : La Voleuse de Jean Chapot (1966), TV5
Avouons que nous ne l’avons pas revu depuis sa sortie. Pour Romy Schneider, certes, mais aussi pour Hans Christian Blech.

22.30 : L’Éclipse de Michelangelo Antonioni (1962), Arte
Le moins repris de la trilogie fondatrice du cinéma moderne. Delon et la Vitti n’ont pas grand-chose à échanger, mais quel couple !

Mardi 14 avril 2015

20.40 : Rubber de Quentin Dupieux (2010), OCS City
Un road-movie réussi : un pneu parcourt les routes américaines en tuant tous ceux qui le gênent. Radical, mais savoureux.

20.40 : Mélodie pour un meurtre d’Harold Becker (1989), TCM
Peut-être l’a-t-on déjà recommandé ? Qu’à cela ne tienne, on recommence. Pour Al Pacino et Ellen Barkin.

20.45 : La Belle Endormie de Marco Bellocchio (2012), Ciné+Club
Le dernier (pour l’instant) film d’un auteur qui nous est cher depuis ses débuts. Pour Toni Servillo et, surtout, pour Alba Rohrwacher.

23.05 : Guilty of Romance de Sono Sion (2011), OCS City
Quarante films en trente ans, dont nous ne connaissons qu’une poignée. Un thriller extrême, découvert à la Quinzaine cannoise.

00.10 : Nous, les femmes, film collectif à sketches, (1953), Ciné+Classic
Rossellini ne s’est pas trop fatigué pour filmer son épouse d’alors, Ingrid Bergman, mais Visconti a su capter la Magnani dans son grand numéro. On ajoute Alida Valli et Isa Miranda et le cocktail est tonique.

Mercredi 15 avril 2015

20.40 : It’s a Free World de Ken Loach (2007), OCS City
Sans doute le plus terrifiant des films de Loach depuis dix ans, car le plus cynique et le plus désespéré. Ou comment s’en sortir en exploitant plus pauvre que soi…

20.45 : Le Trou de Jacques Becker (1960), Ciné+Classic
Pas vraiment une découverte, mais le film reste un modèle.

20.50 : Oh Boy de Jan Ole Gerster (2012), Arte
Un très charmant film en noir et blanc, qu’on peut caser quelque part entre Frances Ha ! de Noah Baumbach (2013) et les films d’Europe de l’Est des années 60, pour le rythme, l’auto-dérision, et la profondeur.

22.15 : Just a Kiss de Ken Loach (2004), OCS City
Moins déprimant que le Loach de 20.40, car l’amour, même contrarié, y garde un soupçon d’espoir. Mais pas vraiment un feel-good movie.

23.25 : Paper Covers Rock de Joe Maggio (2008), Sundance Channel
Le style Sundance, New York de l’été indien, et une très jolie héroïne triste.

Jeudi 16 avril 2015

20.40 : The Lost Moment de Martin Gabel (1947), OCS Géants
Unique réalisation d’un acteur de second plan, d’après Les Papiers d’Aspern d’Henry James. Deux raisons d’aller y voir de plus près.

20.45 : Comme un lion de Samuel Collardey (2012), Ciné+Famiz
Ou comment tromper un jeune Africain qui rêve de devenir une star du foot. Pas drôle, mais avec les crampons dans le réel. L’auteur, entre L’Apprenti (2008) et son prochain Tempête (2015) est un des plus prometteurs du jeune cinéma français, courant social.

20.50 : Ce soir, je dors chez toi d’Olivier Baroux (2007), D17
Une comédie française, certes, mais sympathique, comme la plupart des films de Kad & Olivier. Jean-Paul Rouve est toujours juste dans ses personnages en demi-teintes.

22.25 : Confessions d’un homme dangereux de George Clooney (2002), OCS Max
La première réalisation de Mr. Nespresso. Déjà remarquable, comme presque tout ce qu’il a signé depuis.

Vendredi 17 avril 2015

20.40 : Les Quatre Fils de Katie Elder d’Henry Hathaway (1965), TCM
La programmation de la soirée n’étant pas grandiose, on peut revoir cet Hathaway tardif mais plaisant, nouvelle rencontre de John Wayne et Dean Martin.

20.45 : Le Diable boiteux de Sacha Guitry (1948), Ciné+Classic
Même motif que le précédent. L’apologie de la trahison d’État à travers le portrait de Talleyrand ne serait-elle pas, pour Guitry, une façon de justifier les quelques erreurs de positionnement qu’il avait commises entre 1940 et 1944 ? Mais il y a toujours le plaisir de la langue…

22.05 : Tortillard pour Titfield de Charles Crichton (1953), OCS Géants
Un des moins connus de la série des comédies anglaises des années 50. Stanley Holloway, qui fut une des vedettes du genre (il apparaît dans presque tous les titres), est bien oublié. À redécouvrir.

Revue Jeune Cinéma - Contacts