home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! 2015 > Semaine télé du 18 au 24 avril 2015
Semaine télé du 18 au 24 avril 2015
Salut les câblés !
publié le samedi 18 avril 2015

Samedi 18 avril 2015

20.40 : Les Révoltés de l’île du Diable de Marius Holst (2011), OCS Choc
Le même sujet que "La Fleur de l’âge", le film avorté de Prévert et Carné : une maison de correction (en Norvège en 1915), les brimades et la révolte. Une réussite.

20.45 : Beetlejuice de Tim Burton (1988), Syfy
On conserve une tendresse certaine pour cette œuvre de jeunesse, bien plus satisfaisante que les derniers films du maître.

20.45 : Le Guerrier solitaire de Philip Martin & Niall MacCormick (2008), 13e Rue
Le premier épisode de la série (anglaise) des enquêtes de l’inspecteur Wallander, avec Kenneth Branagh, curieusement plus crédible en héros des romans de Mankell que ses prédécesseurs suédois Rolf Lassgard ou Krister Henriksson.

21.00 : Last Exit to Brooklyn d’Uli Edel (1988), Sundance Channel
Pas aussi puissant que le roman de Selby, évidemment, mais une adaptation correcte - et on ne voit pas souvent le film.

23.50 : Retour à l’aube d’Henri Decoin (1938), Ciné+Classic
Le moins célébré de la trilogie Darrieux-Decoin, entre Abus de confiance et Battement de cœur, mais pas le moins émouvant. On comprend DD, marié à Pierre Dux, de préferer les lumières de Budapest à sa gare perdue dans la campagne hongroise.

Dimanche 19 avril 2015

20.45 : Stocker de Park Chan-wook (2013), Ciné+Premier
Parce que c’est Park et qu’il y a Nicole Kidman, même s’il ne trouve pas à Hollywood la puissance de ses films coréens.

20.50 : Au revoir les enfants de Louis Malle (1987), HD1
Vu et revu, certes, mais le film n’en souffre pas. Malle n’a pas fait mieux - éviter le pathos sur un tel sujet n’était pas facile.

22.35 : Têtes vides cherchent coffre plein de William Friedkin (1979), TCM
Le titre français est nul (The Brink’s Job en VO d’après Noel Behn), mais pas le film, qui réunit Peter Falk, Gena Rowlands et Warren Oates ! Il faut lire les mémoires de Friedkin, récemment parus.

23.35 : À minuit, je posséderai ton âme de José Mojica Marins (1964), Ciné FX
Un régal pour les amateurs d’étrangeté. Lire sur le site ce que nous pensons de ce réalisateur totalement barjot.

00.12 (sic) : Surrender d’Allan Dwan (1950), France 3
Toujours dans la série Dwan et les années 50, un western très rare, avec Vera Ralston, déjà vue dans Belle le Grand, il y a peu.

Lundi 20 avril 2015

20.40 : La Gloire et la peur de Lewis Milestone (1959), TCM
La guerre de Corée, pas magnifiée - Milestone est un cinéaste mal considéré - et Gregory Pack en action.

20.45 : Mère et fils de Calin Peter Netzer (2013), Ciné+Club
Honnêtement, on le préfère, le réalisateur, même s’il est moins connu, à ses collègues Mungiu, Porumboiu ou Puiu. Ours d’or à Berlin.

20.55 : Broadchurch (2014), France 2
Épisodes 7 et 8 de la seconde saison. Pour les accros de la série, qui sont nombreux. Alec Hardy va-t-il enfin parvenir à un résultat ?

21.00 : Manina, la fille sans voile de Willy Rozier (1952), TV5
En espérant que les hackers islamistes ne perturberont pas la soirée. Mais qui voudrait du mal à Brigitte Bardot, saisie dans la fleur de son premier film ?

22.35 : Les Promesses de l’ombre de David Cronenberg (2007), Arte
Un sommet dans la trajectoire de l’auteur. Non que Cosmopolis ou Maps to the Stars soient négligeables, mais ils n’atteignent pas le niveau où Cronenberg nous avait menés. Viggo Mortensen est magnifique.

Mardi 21 avril 2015

20.40 : Steak de Quentin Dupieux (2007), OCS City
Steak n’est peut-être pas aussi accompli que son dernier Réalité, mais on sent déjà percer la bizarrerie du cinéaste.

20.40 : Tarzan et les sirènes de Robert Florey (1948), OCS Géants
Une curiosité et les adieux de Johnny Weismuller à son personnage. Florey s’en sort très bien, en jouant sur un érotisme explicite, rare dans les autres aventures de Tarzan.

20.40 : Dillinger de John Milius (1973), TCM
Sans être toujours convaincu par l’auteur, reconnaissons que son évocation du gangster, bien servie par Warren Oates, est étonnante.

20.45 : Il divo de Paolo Sorrentino (2008), Ciné+Club
Sorrentino ne nous a encore jamais déçu. Sa recréation de l’"insubmersible" Andreotti est remarquable, et Toni Servillo aussi étonnant que d’habitude.

20.50 : The Queen de Stephen Frears (2006), HD1
Une vision à la fois respectueuse et lucide de Her Majesty. Helen Mirren est parfaite.

22.30 : Why Don’t You Play in Hell ? de Sono Sion (2013), OCS City
Pas encore vu, mais on a déjà écrit pourquoi il fallait suivre cet auteur.

23.15 : Cartouche de Philippe de Broca (1962), Chérie 25
Les premières galopades de Belmondo dirigées par Fildebroc. Il y en aura d’autres, entre Rio et la Chine, mais celles-ci étaient déjà prometteuses.

Mercredi 22 avril 2015

20.40 : There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson (2007), OCS City
La Californie et le pétrole, sujet inépuisable. C’était mieux sur un grand écran que sur le petit, mais il faut faire avec. Avec Daniel Day-Lewis.

20.45 : Les Nuits de la pleine lune d’Éric Rohmer (1984), Ciné+Club
Le film nous avait irrité à l’époque, comme presque tous les titres de l’auteur. On ne demande qu’à vérifier son bon vieillissement, après trente ans de cave.

20.45 : Les bourreaux meurent aussi de Fritz Lang (1943), Ciné+Classic
Parce que c’est le seul scénario de Brecht tourné durant son séjour à Hollywood. Mais Lang a fait mieux, avant et ensuite. Et Bertolt aussi - revoir Kuhle Vampe.

22.25 : La Sonate à Kreutzer d’Éric Rohmer (1956), Ciné+Club
Une rareté, un moyen métrage jamais vu ailleurs qu’à la télévision scolaire. D’autres courts de Rohmer suivent, à partir de 23.05, tous avec Rosette, ce qui ne nous enchante guère.

Jeudi 23 avril 2015

20.40 : La Maison Bonnadieu de Carlo Rim (1951), OCS Géants
L’occasion de découvrir ce cinéaste en voie d’oubli, tout à fait immérité. On essaiera bientôt de lui apporter un peu de lumière. En attendant, profitons de Darrieux en majesté, et de la chanson de Georges Van Parys, "La Complainte des infidèles".

20.40 : Bonjour toubib de Louis Cuny (1956), Histoire
Restons fidèle aux jeudis de cette chaîne, chers au cœur des raffinés. Ce soir, un drame dû à un réalisateur lui aussi oublié, avec quelque raison.

20.45 : Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu (2005), Numéro 23
Le grand œuvre de l’auteur, qui a quelque peu déçu depuis. L’histoire est belle - celle des "falashas". Yaël Abécassis est là, qui fait tout accepter.

22.45 : Profession : reporter de Michelangelo Antonioni (1975), Ciné+Classic
Un chef-d’œuvre dont le charme demeure mystérieux : est-ce grâce à Jack Nicholson ? À Maria Schneider et sa petite robe à fleurs sur la terrasse au sommet de la Pedrera de Gaudi ? À ce génial plan-séquence final dans ce village désert ? En tout cas, le sommet de la courbe de MA.

Vendredi 24 avril 2015

20.40 : Went the Day Well ? d’Alberto Cavalcanti (1942), OCS Géants
Une uchronie, tournée en pleine guerre : les Allemands envahissent un village anglais. Oser une comédie à partir d’un argument aussi brûlant, il n’y avait que les Britanniques pour y parvenir.

20.45 : Nanny McPhee de Kirk Jones (2005), Ciné+Famiz
Comme il n’y a pas grand-chose à découvrir ce soir, on peut se laisser aller sur la chaîne Famiz. Le film est gentiment drôle, avec Emma Thompson et Colin Firth. Mais, dans la catégorie "famille avec plein d’enfants", on préfère celle de Chaque soir à 9 heures.

22.55 : Le Vent de la plaine de John Huston (1959), TCM
Un casting atypique (rassembler Burt Lancaster, Audie Murphy, Audrey Hepburn et Lilian Gish et les mettre à l’unisson, chapeau !) pour un western hors norme. Décidément, Huston…

23.20 : Let’s Get Lost de Bruce Weber (1988)
Très beau documentaire sur le trompettiste Chet Baker.



Revue Jeune Cinéma - Contacts