home > Films > Jauja (2014)
Jauja (2014)
de Lisandro Alonso
publié le mercredi 22 avril 2015

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 360, été 2014

Sélection officielle Un certain regard au Festival de Cannes 2014
Sélection officielle du festival de Toronto

Sortie le mercredi 22 avril 2015

JPEG - 52.9 ko

Voici presque six ans que le réalisateur argentin n’avait pas fait de film. On le retrouve avec, encore une fois, de fort belles images, filmées dans un étrange format carré.
Mais cette histoire de paradis perdu et de terre d’abondance, trop artificielle, devient vite lassante, d’autant qu’il ne se passe pas grand-chose au long des (presque) deux heures.
Construit autour de deux photos, au début et à la fin, représentant des phoques échoués à marée basse sur des rochers couverts d’algues, le film a du mal à trouver sa respiration.

Entre western métaphysique et retour vers le futur, le spectateur aura de la peine à détacher son regard de Viggo Mortensen, qui fait merveille dans le rôle du capitaine Dinesen, un Danois engagé comme ingénieur dans l’armée argentine et installé sur ces terres inhospitalières de Patagonie, en 1882, au moment d’une guerre génocidaire qui ne dit pas son nom. Il vit là avec sa fille de quinze ans, convoitée par tous les hommes.

JPEG - 124.2 ko

 

Dans la séquence d’ouverture, on la découvre près de son père, de dos, exprimant presque face caméra son désir d’avoir un chien.
Dans la séquence finale, on la retrouve (par quel hasard ?) dans un château, avec un chien blessé par le stress de ses départs à répétition.

Entre les deux, Viggo Mortensen, sorti de ses habituels films d’action, promène sa dégaine de soldat postnapoléonien, se tord les pieds sur les cailloux glissants et cherche partout sa fille qui s’est fait la belle avec un jeune soldat. Il retrouve celui-ci un peu par hasard, agonisant à la manière rimbaldienne, quoique sa nuque ne baigne pas dans du frais cresson bleu.

JPEG - 60 ko

 

Le capitaine l’achèvera pour continuer sa quête désespérée, jusqu’à perdre les notions d’espace et de temps, surtout après sa rencontre avec une mystérieuse vieille dame, gardienne de la source.
L’ensemble est un peu trop confus et sibyllin.

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 360, été 2014


Jauja. Réal : Lisandro Alonso ; sc : Fabian Casas, mu : Viggo Mortenesen & Buckethead ; ph : Timo ; mont : Natalia Lopez & Gonzalo Del Val. Int : Viggo Mortensen, Ghita Norby, Viilbjork Agger Malling, Adrian Fondari (USA-Argentine-France-Danemark-Pays-Bas-Mexico-Allemagne, 2014, 108 min).



Revue Jeune Cinéma - Contacts