home > Personnalités > Ferlinghetti, Lawrence (né en 1919)
Ferlinghetti, Lawrence (né en 1919)
Brève
publié le dimanche 10 mai 2015

Jeune Cinéma en ligne directe

Journal de Old Gringo (mardi 24 mars 2015)

JPEG - 347.4 ko

 


Mardi 24 mars 2015

 

Bon anniversaire à Lawrence Ferlinghetti, né en 1919, qui va transuillement sur ses cent ans.
Il est le dernier survivant de la Beat Generation, l’éditeur, le libraire.

On ne le dira jamais assez (cf. les statistiques) : les livres, ça conserve. Autant que la peinture. En tout cas, plus que le rock, par exemple. Pour les ordi, on n’a pas encore assez de recul.

Ferlinghetti était aussi un poète, un peu éclipsé par ses amis du devant de la scène.

On trouve ses poèmes sur Internet, sur le site PoemHunter.com.

La Quatrième Personne du singulier (Her, en anglais) est son seul livre édité en France, par Maurice Nadeau, en 1961, chez Julliard (collection Lettres Nouvelles).
On le trouve encore chez tous les bons libraires d’occasion.

On aime se souvenir de sa librairie à lui, la City Lights Bookstore, à San Francisco.

Et de lui, toujours poète.

Pity The Nation
D’après Khalil Gibran (1883-1931)

Pity the nation whose people are sheep
And whose shepherds mislead them
 

Pity the nation whose leaders are liars
Whose sages are silenced
And whose bigots haunt the airwaves
 

Pity the nation that raises not its voice
Except to praise conquerers
And acclaim the bully as hero
And aims to rule the world
By force and by torture
 

Pity the nation that knows
No other language but its own
And no other culture but its own
 

Pity the nation whose breath is money
And sleeps the sleep of the too well fed
 

Pity the nation oh pity the people
Who allow their rights to erode
And their freedoms to be washed away
 

My country, tears of thee
Sweet land of liberty !

 


 



Revue Jeune Cinéma - Contacts