Semaine du 16 au 22 mai 2015
publié le samedi 16 mai 2015

Samedi 16 mai 2015

20.40 : The Good German de Steven Soderbergh (2006), OCS Max
Berlin en ruines, Clooney, Cate Blanchett, Soderbergh : tout est réuni pour que ça marche – et ça marche.

20.40 : Le Massacre de Fort Apache de John Ford (1948), TCM
Pour apprécier encore plus, prière de se reporter à l’article d’Alain Pailler dans le numéro 365 de Jeune Cinéma (mai 2015), qui vient de paraître.

20.45 : L’Homme qui souriait d’Andy Wilson (2010), 13e Rue
Toujours Wallander-Branagh. On persiste à trouver ces téléfilms remarquables.

22.15 : La vie ne me fait pas peur de Noémie Lvovsky (1999), Ciné+Famiz
Bonne illustration de notre théorie : le premier film est souvent le meilleur.

22.20 : Mes chères études d’Emmanuelle Bercot (2010), Ciné+Émotion
Un téléfilm pour compléter la connaissance de l’auteure, en pleine floraison cannoise, entre La Tête haute, qu’elle a réalisé, et Mon roi, de Maïwenn, où elle joue (et très bien).

Dimanche 17 mai 2015

20.45 : Fargo de Joel & Ethan Coen (1995), Arte
C’est ce titre qui aurait dû décrocher jadis une Palme d’or. Vingt ans et une série télé après, le film demeure un chef-d’œuvre.

20.45 : Chaos de Coline Serreau (2001), 13e Rue
À revoir pour les vingt premières minutes. Ensuite, on peut aller revoir, pour la vingtième fois, La Règle du jeu de Renoir qui passe sur Ciné+Classic au même moment.

20.45 : Outsiders de Francis Ford Coppola (1983)
Dans la série "revoyons les films maudits de Coppola", ne pas manquer celui-ci, réalisé presque en même temps que Rusty James.

20.55 : Argo de Ben Affleck (2012), TF1
Eh oui, TF1, si l’on est prêt à supporter les trente-deux interruptions publicitaires. Mais le film en vaut la peine.

22.45 : Mississippi Burning d’Alan Parker (1988), TCM
Un beau film noir, politiquement savoureux, avec un Willem DaFoe encore jeunot.

00.15 : Toto le Moko de Carlo Ludovico Bragaglia (1951), France 3
Une rareté, comme la plupart des films de Toto du début des années 50. Continuons à suivre Patrick Brion dans ses explorations.

Lundi 18 mai 2015

20.40 : Trois enterrements de Tommy Lee Jones (2005), Paris 1ere
Superbe western. Pour ses débuts derrière la caméra, TLJ a frappé fort, et juste.

20.40 : La Paysanne aux pieds nus de Vittoria De Sica (1961), OCS Géants
Non, ce n’est pas un inédit inconnu, simplement La Ciociara, affublé d’un titre français ridicule. Ce qui n’enlève rien au film, heureusement.

20.45 : La grande bellezza de Paolo Sorrentino (2013), Ciné+Club
Oscar mérité du meilleur film étranger. Jusqu’à présent, le plus beau film de Sorrentino, en attendant Youth, à Cannes 2015.

20.50 : Né pour tuer de Robert Wise (1947), Polar
Si le film est bien en VO, comme annoncé, prière de ne pas le rater. Lawrence Tierney y est extraordinaire en psychopathe.

21.00 : Le Repenti de Merzak Allouache (2012), TV5
Pour accompagner la vision des Terrasses, sorti en salles il y a deux semaines, réalisé juste après ce film-ci.

23.50 : Les Acacias de Pablo Giorgelli (2011), Arte
Très joli film argentin, dans la catégorie road-movie, sous-genre : "relations mutiques". Il ne s’y passe presque rien, mais quelle intensité !

Mardi 19 mai 2015

20.40 : Elephant de Gus Van Sant (2003), OCS City
Inspiré de faits réels, certes, mais magnifiquement stylisés. On aura oublié la tuerie de Columbine que le film demeurera dans les mémoires.

20.40 : Le Corsaire rouge de Robert Siodmak (1952), OCS Géants
Avec La Flèche et le flambeau de Tourneur, le film de Lancaster le plus tonique de la décennie. On a rarement fait mieux sur le chapitre de la marine à voiles. Comme la soirée est dédiée au grand Burt, on reverra à la suite avec profit, The Swimmer et Tant qu’il y aura des hommes.

00.15 : Un cœur pris au piège de Preston Sturges (1941), TCM
Ça fait du bien de se replonger de temps en temps dans des films cousus main à la Sturges. Un savoir-raconter oublié, une direction d’acteurs - ici Fonda et Stanwyck - sans faille. Quel plaisir !

Mercredi 20 mai 2015

20.40 : Rêves d’or de Diego Quemada-Diaz (2013), OCS City
Le rêve de l’immigration vers l’Eldorado nord-américain. D’une terrible justesse, sans pathos.

20.45 : Le Journal d’une femme de chambre de Luis Buñuel (1964), Ciné+Classic
On a beau faire, c’est encore la meilleure adaptation du roman de Mirbeau.

20.50 : La piel que habito de Pedro Almodavar (2011), France 4
On préfère Almodovar comme ça, traitant sérieusement un sujet délirant - adaptation de Mygale de Thierry Jonquet -, plutôt que dans ses films survitaminés de la movida.

22.25 : Omar de Hany Abu-Assad (2013), OCS City
Belle programmation sur la chaîne ce soir : après les immigrés guatémaltèques, des immigrés palestiniens de l’intérieur, dans leur combat quotidien.

22.45 : Valse avec Bachir d’Ari Folman (2008), France 4
Une réussite sans mélange, que le film suivant, Le Congrès, n’a pas fait oublier. La séquence initiale, course des chiens à travers la ville, reste un grand moment.

Jeudi 21 mai 2015

20.40 : Volte-Face de John Woo (1997), Paris 1ère
John Woo à Hollywood n’a rien perdu de sa puissance. Et il parvient à tenir en laisse John Travolta et Nicholas Cage !

20.50 : Armored Car Robbery de Richard Fleischer (1950), Polar
Comme pour le film de Wise il y a trois jours, le film est annoncé en V0. À verifier. Excellent petit polar des débuts de Fleischer.

22.30 : Otto Preminger and the Dangerous Woman d’André S. Labarthe (2012), Ciné+Classic
Un documentaire sur Preminger, pas question de s’en priver.

01.15 : L’Opéra de quat’sous de G.W. Pabst (1931), Ciné+Classic
L’horaire est tardif, mais il s’agit de la version allemande, beaucoup moins fréquemment programmée que la française.

01.55 : Roy Colt et Winchester Jack de Mario Bava (1970), OCS Géants
Pour les insomniaques. Le second et dernier western de Bava, tout à fait réjouissant dans le parodique.

Vendredi 22 mai 2015

20.45 : Only God Forgives de Nicolas Winding Refn (2013), Ciné+Frisson
Notre réaction en voyant le film : "Mon Dieu, comment a-t-il pu tomber si bas ?" Le souvenir de Drive était encore trop net. Deux ans plus tard, peut-être le film s’est-il bonifié ?

20.45 : Trains étroitement surveillés de Jiri Menzel (1966), Ciné+Classic
Menzel était à l’époque, avec raison, le chouchou de la revue Jeune Cinéma. Il le serait encore si nous parvenions à voir ses films - mais rien depuis près de dix ans. Un motif de plus pour savourer ses débuts.

22.25 : Return of the Secaucus Seven de John Sayles (1980), Sundance Channel
Un film très curieux, jamais sorti ici, le premier de cet auteur que nous aimons particulièrement. Mais rien vu depuis Silver City, il y a onze ans

00.05 : Miss Manton est folle de Leigh Jason (1938), TCM
Un bon exemple, peu connu, de screw-ball comedy. Encore Fonda, encore Stanwyck, mais qui s’en plaindrait ?

01.15 : Padre padrone de Paolo & Vittorio Taviani (1977), Paris 1ère
Pour attendre la sortie des Contes italiens, retour aux origines, ou presque. Encore une Palme méritée.

Revue Jeune Cinéma - Contacts