home > Personnalités > Gauthier, Guy (1930-2010)
Gauthier, Guy (1930-2010)
Une vie, une œuvre
publié le lundi 5 avril 2010

par la rédaction de JC
Jeune Cinéma n°329-330, printemps 2010

Guy Gauthier (1930-2010)


Décédé le 17 mars, Guy Gauthier a toujours étudié l’image et les imageries, le cinéma, la BD, la littérature – la grande et la populaire – et le langage. Il ne faisait partie d’aucun clan, d’aucune coterie, mais seulement de groupes de travail et de groupements d’affinités intellectuelles.

Enseignant et membre actif d’une grande organisation d’éducation populaire (un terme démodé, mais qu’il n’a jamais renié), il a écrit de nombreux articles pour la revue Image et Son (puis Revue du cinéma vers 1960), publication de la Ligue de l’Enseignement dont il a été un des acteurs culturels. Il y a toujours défendu, et surtout analysé, les cinématographies les moins choyées par les médias dominants, les cultures les plus lointaines – en gros : le Tiers-Monde du cinéma – ainsi que les genres les moins diffusés, principalement le documentaire. Son panthéon personnel s’étendait de Chris Marker (qu’il admirait depuis Dimanche à Pékin) à Raymond Depardon, en passant par Pierre Perrault (dont il fut l’ami), René Allio, Joris Ivens, Jean Rouch – une liste trop limitée au regard des références d’un auteur dépourvu de tout dogmatisme.

Outre ses contributions à La Revue du cinéma, à Ciném’Action (il a notamment dirigé les livraisons sur la Nouvelle Vague et sur le cinéma militant), il a publié de nombreux livres, dont un sur René Allio (éditions du Cerf, 1993) et un sur Andreï Tarkovsky (Edilig, 1988) qui a obtenu le Prix du Livre Art et Essai.
Son Chris Marker, écrivain multimédia (L’Harmattan, 2001), est la somme de ses années de réflexion sur Marker et sur l’art des images.

Il était très connu par ses travaux sur le cinéma documentaire : le fondamental Le Documentaire, un autre cinéma (Armand Colin), qui a connu trois éditions, et qui a été traduit dans plusieurs langues.
Chez le même éditeur il a publié Un siècle de documentaire français – des tourneurs de manivelle aux voltigeurs du multimédia (2004).
On lui doit aussi, en collaboration avec Simone Suchet et Philippe Pilard, Le Documentaire passe au direct (VLB éditeur, à Montréal).

Ses sujets de recherche ne se limitaient pas au cinéma : Télévision active, télévision passive (avec P. Pilard, 1972), Villes imaginaires (1977), sur les utopies et mythes urbains, Un village, deux écoles. Mémoires d’un paléolaïque (Arléa-Corlet, 1994), sur son expérience pédagogique en milieu rural, Edouard Riou, dessinateur (L’Harmattan, 2008), sur un illustrateur contemporain de Jules Verne …

Depuis avril 2003, il collaborait à Jeune Cinéma, où chacun a pu apprécier son érudition et son brio, qu’il traite de Frederick Wiseman, Pierre Perrault, Jia Zhangké, Frank Capra, Pare Lorentz ou Youssef Chahine.
Nous publierons bientôt, en hommage, son long article inédit sur la question tchétchène et le documentaire.

La rédaction de JC
Jeune Cinéma n°329-330, printemps 2010

Revue Jeune Cinéma - Contacts