Messac, Régis, un univers
Pour le plaisir des amateurs en ligne 24
publié le samedi 6 juin 2015

Connaissez-vous Régis Messac (1893-1945) ?

JPEG - 475.1 ko

 


Non, c’est pas lui, sur l’image, c’est Herman Melville.

Revenons à Messac.

Il a une notice biographique dans le Maitron, mais ça ne suffit pas à faire une réputation.

Non plus que l’anarchisme non-violent, ou les mondes du polar et de la science-fiction.

Ni l’humour. Ni la mort prématurée.

Ni l’inscription du nom au Panthéon, qui prouve que cette société n’est pas tout à fait mauvaise, qui peut "diviniser" même un maverick.

En plus, si on rappelle aujourd’hui le livre qu’il a écrit en 1933 (réédité en 2010), À bas le latin !, ça va pas jouer en sa faveur et ça va s’agiter dans les chaumières.

JPEG - 287.2 ko

 

D’ailleurs, nous mêmes, nous sommes pour le latin ET le grec, pour tous.
Sans eux, nous sommes des va-nu-pieds. Mais ne nous égarons pas.

Reste Quinzinzinzili, alias qui es in caelis (c’est du latin, non ?).

Pas la contre-utopie romanesque parue en 1935, suivie, en 1937, par La Cité des Asphyxiés évoquée dans l’édito du Journal de Ma’ Joad en 2014.

JPEG - 32.6 ko

 

Non, ce qui reste c’est la revue trimestrielle, qui prolonge l’univers messacquien, et qui en est à sa 7e année et à son numéro 28 (hiver 2015) .

En quatrième de couv : Imaginales, le festival des mondes imaginaires, 14e édition, à Épinal (28-31 mai 2015).

JPEG - 466 ko

 

Régis Messac : Connaissez-vous ses amis ?
C’est l’occasion.

Revue Jeune Cinéma - Contacts