home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! 2015 > Semaine télé du 18 au 24 juillet 2015
Semaine télé du 18 au 24 juillet 2015
Salut les câblés !
publié le vendredi 17 juillet 2015

Samedi 18 juillet 2015

20.40 : Lady Hamilton d’Alexander Korda (1941), TCM
On a privilégié le rôle de producteur de Korda, ce qui est normal. Mais les quelques films qu’il a tournés sont souvent de première grandeur, de Rembrandt (1937) à Un mari idéal (1947). Ici, les performances de Laurence Olivier en Nelson et de Vivien Leigh en lady Hamilton sont mémorables.

20.40 : Piazza Fontana de Marco Tullio Giordana (2012), OCS Max
Retour réussi sur l’attentat de décembre 1969 à Milan. Giordana à son meilleur - et avec Valerio Mastandrea et Pierfrancesco Favino, deux des acteurs italiens les plus solides d’aujourd’hui.

20.40 : Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot (1943), OCS Géants
Pourquoi le revoir ? Parce que le film est inusable. Et pour le plaisir de retrouver la grande Héléna Manson, une des plus longues carrières du cinéma français (1925-1988), et son implacable méchanceté.

20.50 : État de manque de Claude d’Anna (2008), Chérie 25
Téléfilm, certes, mais quelle importance ? Claude d’Anna a signé depuis cinquante ans, une bonne poignée de films que l’on aimerait bien voir revenir à la surface, comme La Pente douce, Trompe-l’œil ou Partenaires et qui en font un des grands méconnus du second rayon.

20.55 : Maigret et l’enfant de chœur de Pierre Granier-Deferre (1997), D8
Ce téléfilm, vu à l’époque, nous a laissé un fort souvenir. Il faut dire que son réalisateur fut un des plus intéressants du cinéma français de son temps, tout en étant plus reconnu par le public que par la critique. Il faudra bien le revisiter un jour. Il faut dire aussi que la nouvelle d’origine de Simenon est superbe.

22.40 : César et Cléopâtre de Gabriel Pascal (1945), TCM
Un péplum british, c’est rare. Avec Vivien Leigh, éblouissante, et surtout Claude Rains, toujours réjouissant.

00.45 : 21 jours ensemble de Basil Dean (1940), TCM
Un film très peu connu (réédité récemment en DVD par Elephant Films) de ce cinéaste quasi inconnu, mais très intéressant et qui conclut la soirée Vivien Leigh (ici, avec Olivier).

Dimanche 19 juillet 2015

20.40 : Dérapages incontrôlés de Roger Michell (2002), OCS Max
Remarquable scénario, comme tous les films de Michell - encore un auteur mal considéré, car trop de succès public.

20.50 : Good Morning, Vietnam de Barry Levinson (1987), Arte
Le film a-t-il supporté ses presque trente ans de bouteille ? En tout cas, quelle rigolade à l’époque - à revoir, ne serait-ce que pour la bande musicale.

00.10 : Gildersleeve on Broadway de Gordon Douglas (1943), TCM
Au début des années 40, Douglas, qui travaillait déjà vite et bien, a enfilé les titres, dont cette série des Gildersleeve, dont on ne connaît que deux des quatre qu’il a tournés. RKO de catégorie basique, 65 minutes, sans graisse.

00.20 : Les Amants traqués de Robert Siodmak (1936), France 3
Que les amateurs de Siodmak ne s’émeuvent pas de cet inédit, absent des filmographies. Au su des acteurs - Jouvet, Edwige Feuillère, Mila Parély -, il s’agit assurément de Mister Flow, l’excellent scénario de Jeanson d’après l’excellent roman de Gaston Leroux qui a donné cet excellent film.

Lundi 20 juillet 2015

20.45 : Le Petit Bougnat de Bernard Toublanc-Michel (1969), Famiz
Une curiosité. L’adolescente qui y débutait, Isabelle Adjani, nous avait alors enchantés, sans que l’on imagine qu’elle puisse faire ensuite une carrière d’un tel calibre.

20.50 : Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman (1982), Arte
Bergman, on y revient toujours, surtout celui-ci. Et après les 185 minutes de projection, on pourra enchaîner, sur le même émetteur, avec Les Fraises sauvages, histoire de rénover nos souvenirs de ciné-club. Les Fraises sauvages : le plus beau Bergman.

20.50 : La Planète des tempêtes de Pavel Klouchantsev (1963), Ciné FX
En VF, hélas, mais on peut jeter un œil sur cette science-fiction soviétique des belles années du sovcolor et des truquages naïfs.

22.35 : Tous au Larzac de Christian Rouaud (2011), OCS City
Aussi enthousiasmant que le film sur les Lip, fait cinq ans avant. Vingt ans de lutte et le triomphe de la population sur la machine guerrière d’État. Galvanisant.

22.40 : Les Camisards de René Allio (1971), Club
Austère, mais passionnante, la reconstitution par Allio de la période de la révocation de l’édit de Nantes. Tourné en pays cévenol, qui n’a quasiment pas changé depuis.

00.15 : Tender Comrade d’Edward Dmytryk (1943), TCM
Et "comrade" était le terme qui convenait à l’époque pour le réalisateur, militant du PC, ainsi que pour le scénariste, Dalton Trumbo - tous deux furent blacklistés, Dmytryk pas très longtemps, juste le temps de dénoncer ses anciens amis. Nonobstant, le film est très réussi, qui rassemble, dans une coloc, quelques épouses de G.I. au combat. Ginger Rogers ne danse pas, mais est très bonne tout de même.

Mardi 21 juillet 2015

20.40 : La Blessure d’Ivan Passer (1980), TCM
En VO, Cutter’s Way. Un très grand film, justement exalté dans le dernier numéro de Jeune Cinéma ("Chronique DVD d’été" par Jérôme Fabre, JC n°266-367, été 2015). Passer a raté le reste de sa carrière américaine, mais quel film !

20.50 : Baby Cart 3 de Kenji Misumi (1972), Action
Troisième volet des aventures du mercenaire légendaire. À suivre…

00.00 : Dansons gaiement de Tim Whelan (1944), TCM
Pas vu, mais la conjonction Frank Sinatra - Adolphe Menjou - George Murphy (excellent danseur qui a fini dans la peau d’un sénateur républicain de Californie, nobody’s perfect) est alléchante.

Mercredi 22 juillet 2015

20.45 : L’Incident de Larry Peerce (1967), Classic
Inattendu de la part de son auteur, après avoir fait pleurer la planète avec One Potato, Two Potatoes, que ce thriller parfaitement tenu, entièrement filmé dans le métro new-yorkais. Sauf erreur, Martin Sheen y faisait ses débuts.

22.00 : La Princesse et le pirate de David Butler (1944), TCM
Une rareté, avec Bob Hope, bof, mais Virginia Mayo, ah, en princesse incognito. Butler est capable du meilleur et du pire, alors…

23.30 : Autour du monde avec Orson Welles (1955), TCM
Pour ceux qui n’ont pas pu suivre la rétrospective de la Cinémathèque. Ce soir, épisode Corrida à Madrid. Le choix est mince, mais tous les autres films intéressants du jour ont déjà été conseillés dans nos précédents Salut les câblés ! - C’est l’été ;

Jeudi 23 juillet 2015

20.40 : George et Fanchette de Jean-Daniel Verhaeghe (2009), Histoire
Pas vu ce téléfilm, mais on fait confiance à son auteur, parce qu’il a commencé sa carrière en écrivant dans Jeune Cinéma, ce qui est preuve de bon goût, et que parmi les multiples productions télévisées (une cinquantaine) qu’il a signées, il n’y a pas grand-chose à négliger. Il y a Ariane Ascaride, il y a surtout Anaïs Demoustier.

20.45 : Il divo de Paolo Sorrentino (2008), Club
Fascinant portrait, à peine chargé, de l’insubmersible Giulio Andreotti. Toni Servillo est magnifique, comme d’habitude. Sur les chaînes parallèles, c’est du délire à l’italienne côté programmation : Rocco et ses frères (Classic) et Mort à Venise (TCM), à la même heure. Help !

20.55 : Shokuzai : Celles qui voulaient se souvenir de Kyoshi Kurosawa (2012), Arte
Premier volet du diptyque de KK, aussi passionnant que ses autres productions. On complètera à 22.50, sur la même chaîne, avec Shokuzai : Celles qui voulaient oublier (2012).

22.25 : Diaz de Daniele Vicari (2012), OCS Max
La dominante du jour est donc italienne. Pourquoi ne pas achever la soirée avec cette reconstitution du G8 de Gênes et de la répression qui a frappé les altermondialistes. Rarement un massacre policier a été montré avec une telle exactitude.

Vendredi 24 juillet 2015

20.40 : Hôtel des Amériques d’André Téchiné (1981), OCS Géants
Le premier film de son auteur qui nous ait surpris, par la justesse du scénario et l’intensité du jeu des acteurs (Dewaere en particulier). Qu’en reste-t-il, si longtemps après ? À vérifier.

20.45 : L’Amant de cinq jours de Philippe de Broca (1961), Classic
Broca est revenu à la surface et c’est bien mérité. Sa trilogie des débuts avec Jean-Pierre Cassel, Le Farceur, Les Jeux de l’amour et celui-ci, a traversé cinq décennies sans dommage.

00.00 : Gas-oil de Gilles Grangier (1955), OCS Géants
Un des grands Gabin méconnus des années 50, avec Le Sang à la tête et Le rouge est mis, tous dus à Grangier.

00.45 : San Quentin de Gordon Douglas (1946), TCM
Un film de prison, genre plutôt illustré par la Warner dans les années 30. Mais Douglas est égal à lui-même et ses deux méchants, Lawrence Tierney et Barton McLane, sont parfaits.

Et pour les aficionados de Downton Abbey, toujours prêts à revoir la série dans n’importe quel ordre, TV Breizh offre une soirée continue, entre 20.50 et 02.20.
Ah, lady Mary-Michelle Dockery, la classieuse, et lady Violet-Maggie Smith, et sa langue de vipère ! Vivement la saison 6.



Revue Jeune Cinéma - Contacts