home > Films > Du silence et des ombres (1962)
Du silence et des ombres (1962)
de Robert Mulligan (Brève)
publié le dimanche 2 août 2015

To Kill a Mockingbird (Du silence et des ombres) de Robert Mulligan (1962)

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Old Gringo (samedi 1er août 2015)

JPEG - 170.9 ko

 

Dans la catégorie "tout fout le camp" :

Vous connaissez probablement ce merveilleux film antiraciste de Robert Mulligan, To Kill a Mockingbird (Du silence et des ombres, 1962), avec un Gregory Peck en pleine forme, d’après le seul et unique roman de Harper Lee (1960), Prix Pulitzer en 1961.
Le héros, Atticus Finch, est un de nos personnages fétiches.


 

Aussi quand Harper Lee, en 2015, à 89 ans, annonce la suite de l’histoire de Atticus Finch et ses enfants Scoutt et Jem (qui ont grandi), tout le monde s’en fait l’écho et nous nous réjouissons.

Sauf que, le 13 juillet 2015, nous lisons, dans Libé, un entrefilet passé inaperçu, intitulé "Retour de bâton : le personnage raciste de Harper Lee fait polémique" :

"Les fans de la romancière Harper Lee sont bouleversés de la découverte. Dans Go Set a Watchman, [cette fameuse suite annoncée] le personnage de Atticus Finch a très mal vieilli. Il est dépeint comme un homme raciste, ségrégationniste et il assiste même à une réunion du Ku Klux Klan.
Vaste déception pour tous ceux qui ont grandi avec ce roman et vénéré ce personnage d’avocat intègre, qui avait pourtant défendu un Noir injustement accusé d’avoir violé une Blanche dans l’Alabama des années 30.
Parmi des centaines de témoignages indignés et autres menaces de boycott, retenons le tweet ironique de l’écrivaine Joyce Carol Oastes : J’espère quon ne va pas exhumer une suite de Huckleberry Finn, où l’on découvrirait que Huck est un raciste de 50 ans qui a trahi Jim au profit des marchands d’esclaves.

Dans Le Guardian, était évoquée la fragilité de Harper Lee, due à son grand âge.
Il nous est doux de croire à un mauvais coup et de nous vautrer dans la parano. Quelques lignes bien placées peuvent suffire à démolir un personnage.

Mais hélas, elle a eu une vie depuis 1960, on change.
Et, après tout, elle a accepté, en 2007, la médaille présidentielle de la liberté de George W. Bush "pour sa contribution à la littérature".
On sait pas pourquoi, on trouve ça louche.

JC en ligne directe (août 2015)

Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird). Réal : Robert Mulligan ; sc : Horton Foote d’après le roman Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee ; ph : Russell Harlan ; mu : Elmer Bernstein ; mont : Aaron Stell. Int : Gregory Peck, Mary Badham, Phillip Alford, John Megna, Brock Peters, Robert Duvall, James Anderson, Rosemary Murphy, (États-Unis, 1962, 129 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts