home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! 2015 > Semaine télé du 8 au 14 août 2015
Semaine télé du 8 au 14 août 2015
Salut les câblés !
publié le vendredi 7 août 2015

Samedi 8 août 2015

20.45 : Le Livre noir d’Anthony Mann (1949), Classic
L’an II de la République, vu du côté des aristos qui complotent contre le méchant Robespierre. Côté action, c’est du Mann de la bonne époque. Côté politique, c’est réac, du niveau des aventures du Mouron rouge, de la baronne Orczy.

20.45 : Une vierge sur canapé de Richard Quine (1965), TCM
Pas très fréquente cette comédie signée Quine, toujours une garantie. Certes, ce n’est pas My Sister Eileen, mais Natalie Wood est charmante et Tony Curtis toujours égal. La presse à scandale, déjà…

20.55 : Maigret et la vente à la bougie de Pierre Granier-Deferre (1994), D8
Un excellent téléfilm (comme tous les Maigret tournés par PGD avec Bruno Cremer). On peut en profiter pour relire la nouvelle de Simenon, ce n’est jamais du temps perdu.

22.25 : No Direction Home : Bob Dylan de Martin Scorsese (2005), Arte
Certainement le meilleur documentaire parmi la quinzaine réalisée sur le trajet de Robert Zimmerman, "the best song-writer in the history of American music". 210 minutes pour aller de 1960 à 1966, Scorsese a pris son temps, mais quel régal. On attend la suite.

22.30 : Quasimodo de William Dieterle (1939), TCM
Maureen O’Hara en Esmeralda, ce n’était peut-être pas le meilleur choix. Mais Charles Laughton en sonneur de cloches de Notre-Dame est génial. Et le travail de Dieterle est de toute beauté, comme souvent.

23.30 : L’Extravagant docteur Dolittle de Richard Fleischer (1967), Famiz
On peut faire l’impasse sur les deux sequels (Docteur Dolittle, 1998, et Docteur Dolittle 2, 2000), qui précèdent le film de Fleischer (20.45 et 22.05), Eddie Murphy ne faisant pas le poids face au souvenir de Rex Harrison.

00.30 : Adventure in Baltimore de Richard Wallace (1949), TCM
Le RKO de la nuit, aveuglément. Un des derniers films de Shirley Temple, avant sa retraite et sa transformation en politicienne de choc.

Dimanche 9 août 2015

20.40 : JFK d’Oliver Stone (1991), TCM
Stone n’a jamais travaillé dans la légèreté. Mais ici, sa conviction était, à l’époque, entraînante. Vingt-cinq ans après, qu’en reste-t-il ? Au moins, un grand numéro de Kevin Costner.

20.45 : Romaine par moins 30 d’Agnès Obadia (2009), Numéro 23
La réalisatrice pratique un humour décalé très personnel, depuis bientôt vingt ans et son Romaine initial. On conseille son Du poil sous les roses (2000), mais le film semble désormais invisible. Par moins 30, Sandrine Kiberlain se glisse parfaitement dans le petit monde obadien.

22.10 : Commis d’office d’Hannelore Cayre (2008), OCS Choc
Un premier film, pas encore suivi d’un second, et c’est dommage, car celui-ci avait des qualités certaines - les amateurs de Mathias Mlekuz se réjouiront.

00.00 : Panama Lady de Jack Hively (1939), TCM
Hively a tourné plusieurs titres de la série The Saint, avec George Sanders, en ces mêmes années. Pour Lucille Ball, alors tout à fait sympathique, et Evelyn Brent, rescapée des grands Sternberg muets.

00.20 : L’Audience de Marco Ferreri (1972), France 3
Le film avait disparu quasiment depuis sa sortie. La copie neuve est très belle, c’est le moment d’en profiter.

Lundi 10 août 2015

20.45 : Les Misérables de Jean-Paul Le Chanois (1958), Paris 1ère
On a trop pris l’habitude de se moquer des films de Le Chanois. Redressons le tir : si elle n’égale pas l’inégalable version de Raymond Bernard (1932), celle-ci est une des plus justes de la série (il suffit de comparer avec les versions de Lelouch ou de Bille August). Gabin brille de ses derniers feux avent de se caricaturer et Blier est un Javert de haut niveau.

20.45 : Un caïd de Bryan Forbes (1965), Classic
Encore un cinéaste à redécouvrir - au moins la partie qui va de La Chambre indiscrète (1962) à La Folle de Chaillot (1969). La réunion ici de George Segal, Tom Courtenay et James Fox est une belle idée.

22.20 : Car sauvage est le vent de George Cukor (1958), Paramount Channel
Un grand mélo, comme Cukor les osait parfois. Anna Magnani + Anthony Quinn, on n’est pas dans le non-dit et la litote, mais ça fait du bien de vibrer encore.

22.55 : Don’t Come Knocking de Wim Wenders (2005), Arte
WW ne nous a pas toujours gâtés depuis quinze ans. S’il reprend des thèmes qu’il avait déjà traités au siècle dernier, il offre à Sam Shepard un de ses bons rôles - et Jessica Lange est toujours émouvante.

00.05 : Kitty Foyle de Sam Wood (1940), TCM
Wood a bien meilleure réputation que les cinéastes RKO habituels. Réputation pas toujours méritée, mais ici, Ginger Rogers est remarquable - elle reçut d’ailleurs l’Oscar (le seul qu’elle ait eu) de la meilleure actrice.

Mardi 11 août 2015

20.45 : Les Grandes Ondes (à l’ouest) de Lionel Baier (2013), Club
Joli sujet (comme celui de Un autre homme, son précédent, dans lequel un critique de cinéma bidonnait ses chroniques) - trois reporters suisses se retrouvent au Portugal au moment où la révolution des Œillets éclate. Michel Vuillermoz est un grand comédien, quant à Valérie Donzelli, on s’y habitue.

20.50 : Baby Cart 6, Le Paradis blanc de l’enfer d’Yoshiyuki Kuroda (1974), Action
On n’avait pas suivi Baby cart jusqu’ici. Bonne occasion de recoller les morceaux de la saga.

22.15 : Flash Gordon de Mike Hodges (1980), Famiz
Gentille adaptation de la bande dessinée d’Alex Raymond, un peu moins naïve que les trois serials des années 30, mais à peine. Retrouver, outre Ornella Muti, Max von Sydow en méchant empereur Ming, vaut son pesant de poussières stellaires.

00.25 : Primrose Path de Gregory La Cava (1940), TCM
Le plus beau film RKO de la semaine. Lutte des classes et misère en 1940, avec Ginger Rogers, toujours admirable.

Mercredi 12 août 2015

20.40 : Le Salaire de la violence de Phil Karlson (1958), OCS Géants
Un bon western classique, signé par un réalisateur redécouvert (enfin), grâce à l’hommage de la Cinémathèque de l’an dernier. Karlson a tout filmé, et souvent bien, polars, westerns, espionnage et même film sportif (Un direct au cœur, un des bons titres d’Elvis Presley).

20.45 : Le Gang de Jacques Deray (1977), Classic
Deray était presque méprisé de son vivant, accusé d’être le "yes-man" de Delon. On accepte enfin de lui reconnaître, outre un métier rare, une personnalité véritable. Encore un effort pour voir en lui un auteur, pas moins intéressant que Melville.

20.50 : Top of the Lake, Arte
Suite et fin de la saison 1 de la série. Deux épisodes pour Jane Campion (le 4 et le 6), le 5 pour Garth Davis. Aussi prenant que la première moitié.

23.50 : Marley de Kevin Macdonald (2012), Arte
Tout est dans le titre. Le réalisateur échappe au piège de l’hagiographie et son documentaire est passionnant.

00.15 : Look Who’s Laughing d’Allan Dwan (1941), TCM
La surprise de la semaine, un Dwan inconnu. Avec Edgar Bergen et sa marionnette Charlie McCarthy, ce qui fait craindre le pire, mais avec Lucille Ball, ce qui compense.

Jeudi 13 août 2015

20.40 : Pour ceux qui ne craignent rien, OCS Géants offre une soirée Max Pécas, avec sa trilogie tropézienne, Les Branchés à St-Tropez (1983, 20.40), Deux enfoirés à St-Tropez (1986, 22.05) et On se calme et on boit frais à St-Tropez (1985, 23.35). À mettre sur le même rayon que la série des gendarmes du même lieu.

20.40 : Seuls les anges ont des ailes d’Howard Hawks (1939), TCM
Plus un huis clos qu’un film d’aviation. Cary Grant et Rita Hayworth, pour son vingt-cinquième film en quatre ans : on ne voit qu’elle. Et Calling Alameda ! Calling Alameda ! est resté un mot de passe pour les amateurs du film.

20.45 : La Proie d’Éric Vallette (2013), Frisson
Bon polar d’un spécialiste (cf. Une affaire d’État, belle adaptation de Nos fantastiques années fric de Dominique Manotti), avec Albert Dupontel en détenu évadé à la poursuite d’un violeur et Alice Taglioni en commissaire - pourquoi pas ?

20.45 : Charulata de Satyajit Ray (1964)
Encore un chef-d’œuvre de Ray, encore un magnifique portrait de femme.

00.30 : The Great Gildersleec de Gordon Douglas (1942), TCM
Le premier de la série. À voir, ne serait-ce que pour s’interroger : comment un acteur aussi nul qu’Harold Peary a-t-il pu être le héros d’une série (reprise d’une émission de radio, mais tout de même) ?

Vendredi 14 août 2015

20.40 : Raccrochez, c’est une erreur d’Anatol LIivak (1948), Paramount Channel
Tous les procédés sont en place : une paralytique, une méprise téléphonique, une menace d’assassinat inévitable. Ce pourrait être du William Irish, ce n’est qu’une pièce radio de Lucille Fletcher. Mais quelle classe ! Barbara Stanwyck est parfaite et Burt Lancaster également (dans notre souvenir, il n’a pas de scène torse nu, ce qui est d’une insigne rareté).

20.40 : Les Anciens de Saint-Loup de Georges Lampin (1950), OCS Géants
Exemple-type du cinéma français des années 40-50 : un scénario très écrit (par Pierre Véry, d’après son roman), des acteurs efficaces (Reggiani, Blier, Périer), une atmosphère sombre. Le tout donne un film pas tout à fait aussi réussi que Les Disparus de St-Agil d’après le même Véry, mais bien plus agréable que sa petite réputation ne le laisse croire.

22.20 : Call Girl de Mikael Marcimain (2012), Frisson
Un film inédit, un réalisateur inconnu, une coproduction suédo-norvégo-finlandaise, il y a de quoi aiguiser notre curiosité.

22.30 : Monsieur Léon de Pierre Boutron (2006), HD1
Un téléfilm de Pierre Boutron ne se laisse jamais passer. Michel Serrault, la Résistance, on a l’impression d’avoir déjà vu ça ou son équivalent, mais ça vaut tout de même un détour.

00.00 : Gangway for Tomorrow de John H. Auer (1943), TCM
On peut s’attendre à tout de la part de l’auteur de Tam-tam sur l’Amazone. Alors, on regardera, pour John Carradine, Robert Ryan, que du lourd, et l’improbable Margo.

00.30 : La Vie au ranch de Sophie Letourneur (2010), OCS City
La cinéaste fait partie de celles qui montent. Son premier film avait surpris, et même si les suivants Les Coquillettes et Gaby Baby Doll ne nous ont pas convaincus, on peut jeter un œil attentif sur celui-ci, avec ses actrices "nature".

Revue Jeune Cinéma - Contacts